FAZENDA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La conquête des terres nouvelles a abouti, au Brésil, à la constitution de grosses propriétés ou fazendas, leur taille variant de 200 à 20 000 hectares ; ainsi en 1912 la famille Prado possédait cinq millions de caféiers. Les fazendas couvrent la zone côtière (cacao), mais surtout la région caféière des États de S ao Paulo et de Paraná. Les fazendas ont été conquises sur la forêt par concession, achat, ou simple occupation : le territoire était divisé en grands rectangles (gleba) dont le grand côté était parallèle aux cours d'eau principaux ; puis, les fazendas étaient délimitées perpendiculairement au réseau hydrographique. Ainsi, chaque propriété regroupait un terroir de plateau, une bande sur le versant et une zone humide de fond de vallée.

La pièce maîtresse de la fazenda est la caféière (cafezal) ; après la grande crise des années trente, les propriétaires (fazendeiros) abandonnèrent la monoculture. La tendance actuelle est à la diversification et à l'exploitation méthodique de toute l'étendue possédée en dehors du cafezal. Le tung, la ramie, la canne à sucre procurent d'intéressants revenus. L'élevage prend une place croissante. La fazenda est une entreprise intégrée ; les installations de séchage, de stockage, le parc de camions lui donnent une allure industrielle. Mais les fazendeiros contrôlent aussi les maisons de commerce, parfois les banques qui assurent la vente du café. Les fazendeiros constituent une catégorie sociale privilégiée, résidant à la ville où elle se consacre à la gestion de vastes affaires familiales. Le salariat ou le colonage fournissent la main-d'œuvre.

—  Roger BÉTEILLE

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Poitiers

Classification

Autres références

«  FAZENDA  » est également traité dans :

BRÉSIL - La conquête de l'indépendance nationale

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 6 211 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Premier cycle »  : […] Selon la tradition, c'est en 1727 que le premier plant de café fut introduit de Guyane au Brésil. Pendant cinquante ans, le café est presque exclusivement cultivé dans la capitainerie du Pará , mais, en 1761, il s'implante dans celle de Rio. Sa culture se développe d'abord autour de la baie, puis gagne la vallée du Paraíba au nord de la ville, entre la serra do Mar et la serra da Mantiqueira. C'e […] Lire la suite

BRÉSIL - Économie

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 6 366 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Empire et la Vieille République (1822-1889-1930) »  : […] Les guerres de la Révolution et de l'Empire en Europe provoquent le déplacement de la cour des Bragance au Brésil (1808) et l'indépendance du pays en 1822. L'Empire brésilien sous Dom Pedro I er et Dom Pedro II dure jusqu'en 1889, lorsqu'un coup d'État établit une république fédérale. Cette période voit se développer un autre cycle, celui du café, commençant dans les années 1840. Ce nouveau prod […] Lire la suite

PATRIMOINE INDUSTRIEL EN AMÉRIQUE LATINE

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON, 
  • Myriam COTTIAS
  •  • 6 656 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une économie de plantation »  : […] L'industrialisation latino-américaine trouve ses racines aux premiers temps de la colonisation du Nouveau Monde. Les premiers foyers en ont été le Brésil, d'une part, et les plateaux et chaînes de montagnes qui s'étirent du Mexique aux régions andines, de l'autre. Par le Brésil est entrée la canne à sucre, au terme d'un long périple qui l'avait conduite de l'océan Indien aux îles Canaries qui, dè […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger BÉTEILLE, « FAZENDA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fazenda/