Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FASCISME

Unité et diversité

Marche sur Rome, 1922 - crédits : Pathé

Marche sur Rome, 1922

Premier en date à se définir, le fascisme italien constitue un modèle de base auquel l'analyse historique ne peut manquer de se référer. Créés à Milan le 23 mars 1919, les Fasci italiani di combattimento (Faisceaux italiens de combat) réunissent, sous l'égide de Benito Mussolini, des petits groupes d'anciens combattants et d'anciens militants du syndicalisme révolutionnaire. La prise du pouvoir par les fascistes, le 30 octobre 1922, conduit cependant à l'élaboration progressive d'une idéologie et d'un système politique d'un caractère entièrement original.

Au centre du système fasciste se trouve l'affirmation de la toute-puissance de l'État : « Tout dans l'État, rien contre l'État, rien en dehors de l'État », proclame Mussolini. Sur le plan des institutions, la doctrine de la toute-puissance de l'État conduit à la concentration de tous les pouvoirs entre les mains d'un seul homme, le Duce (le chef, le guide). Pour ce qui est de l'organisation sociale, le parti encadre, contrôle et dirige toute la vie de la collectivité. « Je prends, dit Mussolini, l'homme au berceau et je ne le rends au pape qu'après sa mort. » La jeunesse, notamment, est embrigadée dans des formations de caractère paramilitaire, élevée dans le culte du chef et dans celui de la grandeur de la nation. Le fascisme cherche aussi à imposer ses vues dans le domaine économique : il entend dépasser la lutte des classes en créant les cadres d'un régime corporatif où salariés et employeurs doivent se trouver réunis à l'intérieur d'une même organisation professionnelle. Le fascisme affirme enfin sa volonté d'apporter au peuple italien une « foi » nouvelle ; il s'agit d'« une conception générale de la vie » où la première place est accordée aux vertus de sacrifice, de dévouement et de combat. Tels sont les principes proposés aux jeunes Italiens et qui doivent leur permettre de fonder autour de la « nouvelle Rome » un puissant empire.

L'essentiel de ces traits se retrouve dans le national-socialisme allemand, avec cependant une différence capitale : Hitler accorde une importance fondamentale, non pas à la notion d'État, mais à celle d'une « communauté raciale » reposant sur la pureté du sang aryen et sur l'élimination de ses éléments corrupteurs (dont le principal est le « juif »).

La Garde de fer en Roumanie, 1940 - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

La Garde de fer en Roumanie, 1940

Les innombrables mouvements, plus ou moins inspirés de l'exemple mussolinien, qui se développent, surtout après 1930, dans tous les pays européens s'inscrivent dans la même perspective. Il convient de citer la Phalange espagnole de José Antonio Primo de Rivera, le rexisme belge de Léon Degrelle, les Gardes de fer du Roumain Codréanu, le Mouvement britannique d'Oswald Mosley, etc. En France même, le fascisme se trouve représenté par quelques « ligues » comme le Francisme ou la Solidarité française ; il s'étend, d'autre part, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, dans certains milieux intellectuels, dont Robert Brasillach et Drieu La Rochelle constituent les meilleurs interprètes.

La multiplicité des mouvements fascistes apparus en Europe entre 1919 et 1939, si elle donne la mesure de l'ampleur du phénomène, permet toutefois d'y déceler quelques nuances. À cet égard, un certain nombre de critères de différenciation peuvent être établis, à partir desquels il est possible de dresser une typologie des différents fascismes.

Il faut d'abord tenir compte du contexte historique. Les mouvements fascistes apparaissent dans des pays différents, à des dates différentes et dans des circonstances différentes. Ils portent donc tout naturellement la marque des traditions politiques et idéologiques des pays dans lesquels ils se développent. Beaucoup d'observateurs contemporains ont insisté sur[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis et Raoul GIRARDET. FASCISME [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

La Libye italienne - crédits : Baron/ Hulton Archive/ Getty Images

La Libye italienne

Marche sur Rome, 1922 - crédits : Pathé

Marche sur Rome, 1922

La Garde de fer en Roumanie, 1940 - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

La Garde de fer en Roumanie, 1940

Autres références

  • QU'EST-CE QUE LE FASCISME ? HISTOIRE ET INTERPRÉTATION (E. Gentile)

    • Écrit par
    • 961 mots

    Il aura fallu beaucoup de temps pour que le public francophone prenne connaissance de l'œuvre de Renzo De Felice, le grand historien romain disparu en 1996, auquel nous devons un réexamen radical de la nature du régime mussolinien. Emilio Gentile, qui fut son élève et qui est aujourd'hui professeur...

  • LATRAN ACCORDS DU (1929)

    • Écrit par
    • 208 mots
    • 1 média

    Signés par le pape Pie XI (1922-1939) et Mussolini, les accords du Latran règlent la « question romaine », qui envenimait les relations entre la papauté (et, par suite, les catholiques) et l'État unitaire italien, depuis que ce dernier avait annexé Rome le 2 octobre 1870, mettant...

  • ALBANIE

    • Écrit par , , et
    • 22 072 mots
    • 9 médias
    ...brouilla avec la Yougoslavie puis, un peu plus tard (22 nov. 1927), un traité d'alliance offensive et défensive. Il put éviter une union douanière que Mussolini tentait d'imposer dès 1932, mais une démonstration navale devant Durrës (22 juin 1934) l'obligea à renoncer à une nationalisation...
  • ALMIRANTE GIORGIO (1914-1988)

    • Écrit par
    • 617 mots

    Né le 27 juin 1914, Giorgio Almirante commence sa carrière politique en 1932 comme journaliste au Tevere, publication caractérisée par ses campagnes antisémites. En 1944, il est nommé chef de cabinet du ministre de la Culture de la République sociale italienne, fondée par Mussolini pour continuer...

  • ANARCHISME

    • Écrit par , , et
    • 13 391 mots
    • 7 médias
    L'histoire des anarchistes sous le fascisme se confond avec celle des organisations prolétariennes. Après la suppression de toute presse d'opposition en 1926, et donc la disparition de la revue que Malatesta publiait à Rome, Pensiero e Volontà, les anarchistes continuèrent de s'exprimer...
  • Afficher les 51 références