FASCISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Unité et diversité

Premier en date à se définir, le fascisme italien constitue un modèle de base auquel l'analyse historique ne peut manquer de se référer. Créés à Milan le 23 mars 1919, les Fasci italiani di combattimento (Faisceaux italiens de combat) réunissent, sous l'égide de Benito Mussolini, des petits groupes d'anciens combattants et d'anciens militants du syndicalisme révolutionnaire. La prise du pouvoir par les fascistes, le 30 octobre 1922, conduit cependant à l'élaboration progressive d'une idéologie et d'un système politique d'un caractère entièrement original.

Marche sur Rome, 1922

Vidéo : Marche sur Rome, 1922

Dans l'Italie en crise de 1922, le coup de force de la marche sur Rome marque l'arrivée au pouvoir de Mussolini. Désarroi et désorganisation expliquent le succès de son mouvement des Faisceaux italiens de combat, devenu, en novembre 1921, le Parti national fasciste. Soutenu par des bandes... 

Crédits : Pathé

Afficher

Au centre du système fasciste se trouve l'affirmation de la toute-puissance de l'État : « Tout dans l'État, rien contre l'État, rien en dehors de l'État », proclame Mussolini. Sur le plan des institutions, la doctrine de la toute-puissance de l'État conduit à la concentration de tous les pouvoirs entre les mains d'un seul homme, le Duce (le chef, le guide). Pour ce qui est de l'organisation sociale, le parti encadre, contrôle et dirige toute la vie de la collectivité. « Je prends, dit Mussolini, l'homme au berceau et je ne le rends au pape qu'après sa mort. » La jeunesse, notamment, est embrigadée dans des formations de caractère paramilitaire, élevée dans le culte du chef et dans celui de la grandeur de la nation. Le fascisme cherche aussi à imposer ses vues dans le domaine économique : il entend dépasser la lutte des classes en créant les cadres d'un régime corporatif où salariés et employeurs doivent se trouver réunis à l'intérieur d'une même organisation professionnelle. Le fascisme affirme enfin sa volonté d'apporter au peuple italien une « foi » nouvelle ; il s'agit d'« une conception générale de la vie » où la première place est accordée aux vertus de sacrifice, de dévouement et de combat. Tels sont les principes proposés aux jeunes Italiens et qui doivent leur permettre de fonder autour de la « nouvelle Rome » un puissant empire.

L'essentiel de ces traits se retrouve dans le national-socialisme allemand, avec cependant une différence capitale : Hitler accorde une importance fondamentale, non pas à la notion d'État, mais à celle d'une « communauté raciale » reposant sur la pureté du sang aryen et sur l'élimination de ses éléments corrupteurs (dont le principal est le « juif »).

Les innombrables mouvements, plus ou moins inspirés de l'exemple mussolinien, qui se développent, surtout après 1930, dans tous les pays européens s'inscrivent dans la même perspective. Il convient de citer la Phalange espagnole de José Antonio Primo de Rivera, le rexisme belge de Léon Degrelle, les Gardes de fer du Roumain Codréanu, le Mouvement britannique d'Oswald Mosley, etc. En France même, le fascisme se trouve représenté par quelques « ligues » comme le Francisme ou la Solidarité française ; il s'étend, d'autre part, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, dans certains milieux intellectuels, dont Robert Brasillach et Drieu La Rochelle constituent les meilleurs interprètes.

La Garde de fer en Roumanie, 1940

Photographie : La Garde de fer en Roumanie, 1940

Les "chemises vertes", jeunes fascistes roumains de la Garde de fer, et des hommes en costume traditionnel, à Bucarest, en 1940. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La multiplicité des mouvements fascistes apparus en Europe entre 1919 et 1939, si elle donne la mesure de l'ampleur du phénomène, permet toutefois d'y déceler quelques nuances. À cet égard, un certain nombre de critères de différenciation peuvent être établis, à partir desquels il est possible de dresser une typologie des différents fascismes.

Il faut d'abord tenir compte du contexte historique. Les mouvements fascistes apparaissent dans des pays différents, à des dates différentes et dans des circonstances différentes. Ils portent donc tout naturellement la marque des traditions politiques et idéologiques des pays dans lesquels ils se développent. Beaucoup d'observateurs contemporains ont insisté sur le caractère spécifiquement italien du fascisme mussolinien ; d'autres sur les sources spécifiquement germaniques du national-socialisme allemand. Ces mouvements ne peuvent manquer, d'autre part, d'être influencés par les problèmes particuliers du temps et de la société dans lesquels leur idéologie s'est trouvée élaborée.

Le contenu doctrinal peut également varier. Des facteurs essentiels comme le racisme et l'antisémitisme ne se retrouvent pas au même titre dans tous les fascismes européens ; d'autre part, les divers mouvements n'ont pas toujours la même attitude à l'égard des droits de la personne humaine ou des problèmes religieux. Si le national-socialisme allemand, par exemple, se montre violemment hostile aux Églises chrétiennes, ce n'est le cas ni du phalangisme espagnol, ni des Gardes de fer roumains.

Les composantes sociales des mouvements fascistes peuvent aussi présenter d'importantes divergences. Le pourcentage respectif des éléments bourgeois, ouvriers et paysans varie selon les dates et selon les pays. La prédominance agraire est sensible dans le fascisme roumain, alors que le fascisme norvégien présente une importante base ouvrière.

Enfin, le degré de contestation révolutionnaire à l'égard de l'ordre établi n'est pas toujours le même : certains mouvements fascistes peuvent se trouver en opposition violente avec les partis conservateurs ; d'autres, au contraire, se présentent comme des défenseurs de l'ordre social traditionnel et associent leur action à celle des forces conservatrices anciennes. Le fascisme italien lui-même, très proche, dans les premiers mois de son existence, de l'idéologie du syndicalisme révolutionnaire, apparaît ensuite comme le garant de l'ordre social menacé.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

La Libye italienne

La Libye italienne
Crédits : Baron/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Marche sur Rome, 1922

Marche sur Rome, 1922
Crédits : Pathé

vidéo

La Garde de fer en Roumanie, 1940

La Garde de fer en Roumanie, 1940
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  FASCISME  » est également traité dans :

QU'EST-CE QUE LE FASCISME ? HISTOIRE ET INTERPRÉTATION (E. Gentile)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 960 mots

Il aura fallu beaucoup de temps pour que le public francophone prenne connaissance de l'œuvre de Renzo De Felice, le grand historien romain disparu en 1996, auquel nous devons un réexamen radical de la nature du régime mussolinien. Emilio Gentile, qui fut son élève et qui est aujourd'hui professeur à l'université de Roma-La Sapienza, aura eu moins longtemps à attendre pour que la traduction de plu […] Lire la suite

LATRAN ACCORDS DU (1929)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Signés par le pape Pie XI (1922-1939) et Mussolini, les accords du Latran règlent la « question romaine », qui envenimait les relations entre la papauté (et, par suite, les catholiques) et l'État unitaire italien, depuis que ce dernier avait annexé Rome le 2 octobre 1870, mettant fin à l'existence millénaire des États du pape. La papauté, qui disposait déjà d'une souveraineté internationale reconn […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La domination zoguiste (1925-1939) »  : […] Zogu convoqua alors une assemblée qui le proclama président de la République et établit une constitution lui donnant des pouvoirs très étendus. Il fit régner l'ordre, appuyé sur une gendarmerie solide, dompta les soulèvements régionaux (par exemple en 1926 dans le Dukagjin), se concilia les bajraktars (chefs locaux) par des grades et des pensions, se débarrassant de ses adversaires par tous les […] Lire la suite

ALMIRANTE GIORGIO (1914-1988)

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES
  •  • 611 mots

Né le 27 juin 1914, Giorgio Almirante commence sa carrière politique en 1932 comme journaliste au Tevere , publication caractérisée par ses campagnes antisémites. En 1944, il est nommé chef de cabinet du ministre de la Culture de la République sociale italienne, fondée par Mussolini pour continuer la guerre aux côtés des Allemands. L'accusation qui lui sera faite en 1971 d'avoir alors signé un déc […] Lire la suite

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 336 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le fascisme et la Résistance (1923-1945) »  : […] L'histoire des anarchistes sous le fascisme se confond avec celle des organisations prolétariennes. Après la suppression de toute presse d'opposition en 1926, et donc la disparition de la revue que Malatesta publiait à Rome, Pensiero e Volontà , les anarchistes continuèrent de s'exprimer à l'étranger : dans Controcorrente (Boston), Germinal (Chicago), Lotta anarchica et Il Momento (Paris). Clande […] Lire la suite

ANTONESCU ION (1882-1946)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 261 mots
  •  • 1 média

Officier et homme politique roumain, Ion Antonescu est né à Pitesti en Transylvanie, qui appartenait alors au royaume de Hongrie. Il participe aux combats de la Première Guerre mondiale comme officier dans l'armée roumaine. Nommé attaché militaire à Londres, puis à Rome, il ne cache pas ses sympathies pour le régime fasciste. Il devient chef d'état-major général, puis ministre de la Guerre. Le dé […] Lire la suite

ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 3 948 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Italie « nouvelle » »  : […] C'est dans l'Italie fasciste que sont posés pour la première fois les problèmes de l'architecture comme instrument de l'action politique et idéologique de l'État. On sait que l'une des idées-forces du régime mussolinien fut la filiation entre l'Italie « nouvelle » et la Rome impériale. La Rome antique était présente dans la Rome du xx e  siècle. C'est à son exaltation que Mussolini appelle les […] Lire la suite

BADOGLIO PIETRO (1871-1956) maréchal italien

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 726 mots
  •  • 1 média

Officier d'artillerie, Pietro Badoglio prend part à la campagne d'Afrique (1896-1897) puis sert dans l'état-major, au cours de la guerre de Libye. Quand éclate le premier conflit mondial, il est lieutenant-colonel, au commandement de la II e armée. En août 1916, il se signale par un fait d'armes, enlevant, à la tête d'une colonne d'infanterie, la position du Sabotino. Dans la retraite de Caporett […] Lire la suite

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 485 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Bosnie dans le royaume yougoslave »  : […] Quand la Constitution de ce nouvel État fut finalement établie en juin 1921, la Bosnie ne garda aucun statut officiel propre. Cependant, son tracé fut préservé sur la carte, sous la forme de six oblasti (provinces) correspondant aux sandjak de la période ottomane tardive (à l'exception de celui de Novi Pazar). Le servage fut aboli, mais la Bosnie resta relativement sous-développée dans les domain […] Lire la suite

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 979 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Glissement vers le fascisme »  : […] On comprend que la vie politique soit dominée par la violence sous le règne de Boris III (1918-1943), en faveur de qui Ferdinand a dû abdiquer. Stambolijski établit en 1920 une dictature paysanne, qui limite à trente hectares la propriété foncière et réduit les revenus industriels et financiers ; mais il est renversé et assassiné en 1923 . L'insurrection manquée des communistes et des agrariens, e […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17-24 mars 2021 France. Polémique autour des réunions non mixtes racisées à l'UNEF.

fascisme ». Le 24, le premier secrétaire du Parti socialiste (PS) Olivier Faure dénonce à la fois la « dérive » de l’UNEF et « l’instrumentalisation » de cette affaire par le gouvernement. […] Lire la suite

16-28 avril 1994 Italie. Silvio Berlusconi chargé de former le gouvernement

fascisme. Des représentants de la Ligue du Nord participent au défilé, mais leur chef Umberto Bossi est pris à parti par certains manifestants qui lui reprochent son ralliement au projet de gouvernement tripartite incluant le Mouvement social italien (M.S.I., néo-fasciste) au côté de la Ligue et de Forza Italia. Le même jour, Gianfranco Fini, chef  […] Lire la suite

22-29 août 1992 Allemagne. Flambée de violence xénophobe à Rostock

fascisme, le racisme et la xénophobie. D'autres foyers de demandeurs d'asile sont victimes d'attaques similaires, dans l'ex-R.D.A., durant le mois.  […] Lire la suite

6 décembre 1987 France. Jean-Marie Le Pen empêché d'atterrir en Martinique

fascisme » regroupant quatorze organisations de gauche et d'extrême gauche, des manifestants envahissent les pistes de l'aéroport, empêchant l'avion de se poser. L'appareil atterrit finalement en Guadeloupe où J.-M. Le Pen refuse de débarquer. Après plusieurs heures d'attente, il doit revenir à Paris, le 7. Le président du Front national demande dès […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raoul GIRARDET, « FASCISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fascisme/