FASCISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Libye italienne

La Libye italienne
Crédits : Baron/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Marche sur Rome, 1922

Marche sur Rome, 1922
Crédits : Pathé

vidéo

La Garde de fer en Roumanie, 1940

La Garde de fer en Roumanie, 1940
Crédits : Hulton Getty

photographie


Unité et diversité

Premier en date à se définir, le fascisme italien constitue un modèle de base auquel l'analyse historique ne peut manquer de se référer. Créés à Milan le 23 mars 1919, les Fasci italiani di combattimento (Faisceaux italiens de combat) réunissent, sous l'égide de Benito Mussolini, des petits groupes d'anciens combattants et d'anciens militants du syndicalisme révolutionnaire. La prise du pouvoir par les fascistes, le 30 octobre 1922, conduit cependant à l'élaboration progressive d'une idéologie et d'un système politique d'un caractère entièrement original.

Marche sur Rome, 1922

Marche sur Rome, 1922

Vidéo

Dans l'Italie en crise de 1922, le coup de force de la marche sur Rome marque l'arrivée au pouvoir de Mussolini. Désarroi et désorganisation expliquent le succès de son mouvement des Faisceaux italiens de combat, devenu, en novembre 1921, le Parti national fasciste. Soutenu par des bandes... 

Crédits : Pathé

Afficher

Au centre du système fasciste se trouve l'affirmation de la toute-puissance de l'État : « Tout dans l'État, rien contre l'État, rien en dehors de l'État », proclame Mussolini. Sur le plan des institutions, la doctrine de la toute-puissance de l'État conduit à la concentration de tous les pouvoirs entre les mains d'un seul homme, le Duce (le chef, le guide). Pour ce qui est de l'organisation sociale, le parti encadre, contrôle et dirige toute la vie de la collectivité. « Je prends, dit Mussolini, l'homme au berceau et je ne le rends au pape qu'après sa mort. » La jeunesse, notamment, est embrigadée dans des formations de caractère paramilitaire, élevée dans le culte du chef et dans celui de la grandeur de la nation. Le fascisme cherche aussi à imposer ses vues dans le domaine économique : il entend dépasser la lutte des classes en créant les cadres d'un régime corporatif où salariés et employeurs doivent se trouver réunis à l'intérieur d'une même organisation professionnelle. Le fascisme affirme enfin sa volonté d'apporter au peuple italien une « foi » nouvelle ; il s'agit d'« une conception générale de la vie » où la première place est accordée aux vertus de sacrifice, de dévouement et de combat. Tels sont les principes proposés aux jeunes Italiens et qui doivent leur permettre de fonder autour de la « nouvelle Rome » un puissant empire.

L'essentiel de ces traits se retrouve dans le national-socialisme allemand, avec [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  FASCISME  » est également traité dans :

QU'EST-CE QUE LE FASCISME ? HISTOIRE ET INTERPRÉTATION (E. Gentile)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 960 mots

Il aura fallu beaucoup de temps pour que le public francophone prenne connaissance de l'œuvre de Renzo De Felice, le grand historien romain disparu en 1996, auquel nous devons un réexamen radical de la nature du régime mussolinien. Emilio Gentile, qui fut son élève et qui est aujourd'hui professeur à l'université de Roma-La Sapienza, aura eu moins longtemps à attendre pour que la traduction de plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-est-ce-que-le-fascisme-histoire-et-interpretation/#i_186

LATRAN ACCORDS DU (1929)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Signés par le pape Pie XI (1922-1939) et Mussolini, les accords du Latran règlent la « question romaine », qui envenimait les relations entre la papauté (et, par suite, les catholiques) et l'État unitaire italien, depuis que ce dernier avait annexé Rome le 2 octobre 1870, mettant fin à l'existence millénaire des États du pape. La papauté, qui disposait déjà d'une souveraineté internationale reconn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accords-du-latran/#i_186

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 079 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La domination zoguiste (1925-1939) »  : […] Zogu convoqua alors une assemblée qui le proclama président de la République et établit une constitution lui donnant des pouvoirs très étendus. Il fit régner l'ordre, appuyé sur une gendarmerie solide, dompta les soulèvements régionaux (par exemple en 1926 dans le Dukagjin), se concilia les bajraktars (chefs locaux) par des grades et des pensions, se débarrassant de ses adversaires par tous les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albanie/#i_186

ALMIRANTE GIORGIO (1914-1988)

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES
  •  • 611 mots

Né le 27 juin 1914, Giorgio Almirante commence sa carrière politique en 1932 comme journaliste au Tevere , publication caractérisée par ses campagnes antisémites. En 1944, il est nommé chef de cabinet du ministre de la Culture de la République sociale italienne, fondée par Mussolini pour continuer la guerre aux côtés des Allemands. L'accusation qui lui sera faite en 1971 d'avoir alors signé un déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giorgio-almirante/#i_186

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 333 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le fascisme et la Résistance (1923-1945) »  : […] L'histoire des anarchistes sous le fascisme se confond avec celle des organisations prolétariennes. Après la suppression de toute presse d'opposition en 1926, et donc la disparition de la revue que Malatesta publiait à Rome, Pensiero e Volontà , les anarchistes continuèrent de s'exprimer à l'étranger : dans Controcorrente (Boston), Germinal (Chicago), Lotta anarchica et Il Momento (Paris). Clande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anarchisme/#i_186

ANTONESCU ION (1882-1946)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 261 mots
  •  • 1 média

Officier et homme politique roumain, Ion Antonescu est né à Pitesti en Transylvanie, qui appartenait alors au royaume de Hongrie. Il participe aux combats de la Première Guerre mondiale comme officier dans l'armée roumaine. Nommé attaché militaire à Londres, puis à Rome, il ne cache pas ses sympathies pour le régime fasciste. Il devient chef d'état-major général, puis ministre de la Guerre. Le dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ion-antonescu/#i_186

ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 3 946 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Italie « nouvelle » »  : […] C'est dans l'Italie fasciste que sont posés pour la première fois les problèmes de l'architecture comme instrument de l'action politique et idéologique de l'État. On sait que l'une des idées-forces du régime mussolinien fut la filiation entre l'Italie « nouvelle » et la Rome impériale. La Rome antique était présente dans la Rome du xx e  siècle. C'est à son exaltation que Mussolini appelle les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-et-etat-au-xxe-siecle/#i_186

BADOGLIO PIETRO (1871-1956) maréchal italien

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 726 mots
  •  • 1 média

Officier d'artillerie, Pietro Badoglio prend part à la campagne d'Afrique (1896-1897) puis sert dans l'état-major, au cours de la guerre de Libye. Quand éclate le premier conflit mondial, il est lieutenant-colonel, au commandement de la II e armée. En août 1916, il se signale par un fait d'armes, enlevant, à la tête d'une colonne d'infanterie, la position du Sabotino. Dans la retraite de Caporett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pietro-badoglio/#i_186

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 482 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Bosnie dans le royaume yougoslave »  : […] Quand la Constitution de ce nouvel État fut finalement établie en juin 1921, la Bosnie ne garda aucun statut officiel propre. Cependant, son tracé fut préservé sur la carte, sous la forme de six oblasti (provinces) correspondant aux sandjak de la période ottomane tardive (à l'exception de celui de Novi Pazar). Le servage fut aboli, mais la Bosnie resta relativement sous-développée dans les domain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bosnie-herzegovine/#i_186

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 974 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Glissement vers le fascisme »  : […] On comprend que la vie politique soit dominée par la violence sous le règne de Boris III (1918-1943), en faveur de qui Ferdinand a dû abdiquer. Stambolijski établit en 1920 une dictature paysanne, qui limite à trente hectares la propriété foncière et réduit les revenus industriels et financiers ; mais il est renversé et assassiné en 1923 . L'insurrection manquée des communistes et des agrariens, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bulgarie/#i_186

CAETANO MARCELO (1906-1980)

  • Écrit par 
  • Alfredo MARGARIDO
  •  • 1 401 mots

Né à Lisbonne dans une famille aux ressources très modestes (son père était instituteur), Marcelo Caetano est un élève brillant ; il s'inscrit à la faculté de droit, mais est obligé de travailler comme journaliste dans la presse catholique. Jeune rédacteur des journaux A Epoca et A Voz , Marcelo Caetano aide à préparer idéologiquement le putsch du 28 mai 1926, dont l'ambiguïté initiale, due à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcelo-caetano/#i_186

COLONNE CINQUIÈME

  • Écrit par 
  • Arnaud JACOMET
  •  • 668 mots

Après le soulèvement du 18 juillet 1936 et leurs premiers succès contre les républicains, les troupes nationalistes des généraux Franco et Mola convergèrent vers Madrid. Elles étaient réparties en quatre colonnes. Cherchant le moyen de démoraliser leur adversaire, les responsables de la propagande franquiste eurent l'astuce, dans leurs émissions, de parler surtout de l'intervention proche et déci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-colonne/#i_186

CONQUÊTE DE L'ÉTHIOPIE PAR L'ITALIE

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 188 mots
  •  • 1 média

Au début des années 1930, l'Éthiopie demeurait un des rares États indépendants d'Afrique, excitant les convoitises du pouvoir fasciste de Benito Mussolini, désireux de constituer, sur le modèle mythique de l'Empire romain, un Empire colonial moderne comparable à celui des grandes puissances européennes. En 1896, à la bataille d'Adoua, l'Italie, déjà, avait échoué à s'emparer de l'Éthiopie. Le 3 oc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conquete-de-l-ethiopie-par-l-italie/#i_186

D'ANNUNZIO GABRIELE (1863-1938)

  • Écrit par 
  • Pierre de MONTERA
  •  • 3 475 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la guerre au Victorial »  : […] La guerre marque une étape importante dans la vie de D'Annunzio comme dans son œuvre. Cet esthète égocentriste, qui a tout sacrifié jusqu'alors à l'art, à l'amour, à l'exaltation de soi, ne va plus vivre que pour l'action. Son rôle dans l'intervention de l'Italie aux côtés des Alliés relève de l'histoire : il est trop connu pour qu'il soit besoin d'y revenir, sinon pour rappeler, sur le plan litté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriele-d-annunzio/#i_186

DICTATURE

  • Écrit par 
  • Maurice DUVERGER
  •  • 3 305 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La notion moderne de dictature »  : […] On appelle dictatures des régimes politiques présentant trois caractères fondamentaux : ces régimes sont installés et ils se maintiennent par la force, qu'il s'agisse de celle de l'armée régulière (d'où le grand nombre de dictateurs militaires), de celle de milices privés, de celle d'organisations politico-policières, etc. ; ils sont autoritaires et arbitraires, c'est-à-dire qu'ils suppriment en f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dictature/#i_186

DRIEU LA ROCHELLE PIERRE (1893-1945)

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ
  •  • 1 165 mots

Dans le chapitre « Drieu et la politique »  : […] Raté sexuel, Drieu, s'en étonnera-t-on ? a cherché dans la politique l'ordinaire consolation des mous. Incapable de s'attacher virilement une femme, il se donna fémininement à un parti, le parti qui lui paraissait le plus fort, le plus mâle. C'est après le 6 février 1934 qu'il passa définitivement au fascisme, après avoir hésité longtemps entre le fascisme et le communisme. Le fascisme, il le pra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-drieu-la-rochelle/#i_186

DUCE

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 141 mots

Donnée à Mussolini, la désignation de duce (du latin dux , conducteur, guide) apparaît dès le temps de la « marche sur Rome » (1922). Elle se rattache à un type de meneur d'hommes qui, du condottiere de la Renaissance à Garibaldi, avait une forte résonance dans la psychologie politique des Italiens. Après 1925, le terme sort de l'usage des seuls militants fascistes, pour être constamment utilisé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/duce/#i_186

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - L'ère franquiste

  • Écrit par 
  • Guy HERMET
  •  • 7 214 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'armée »  : […] L' armée est à l'origine même de la dictature du général Franco , et demeure jusqu'à la fin son pilier central. Les généraux insurgés en juillet 1936 optent d'abord pour un gouvernement militaire collégial dont la présidence revient à l'aîné d'entre eux, le général Cabanellas. Deux mois plus tard, si leur quête d'un chef unique et plus prestigieux les conduit à faire appel à Francisco Franco, ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-l-ere-franquiste/#i_186

EVOLA GIULIO dit JULIUS (1898-1974)

  • Écrit par 
  • Giovanni LISTA
  •  • 426 mots

Très jeune, Giulio Evola pense à une carrière artistique et fréquente à Rome l'atelier de Balla. De la même époque datent ses premières compositions poétiques qu'il signe Julius Evola, suivant son penchant pour la culture allemande. En 1917, il participe au conflit, expérience dont il reste trace dans divers poèmes de « mots en liberté » rédigés à la même date. En 1920, Tzara le met en contact ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evola-giulio-dit-julius/#i_186

EXTRÊME DROITE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves CAMUS
  •  • 11 028 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fascismes étrangers : des spécificités nationales fortes »  : […] À l'époque de la contre-révolution, alors que, finalement, élites nobiliaires et intellectuelles sont largement globalisées en Europe et que l'État-nation n'est que peu constitué, le camp libéral et celui des contre-révolutionnaires transcendent les frontières. Ainsi existe en Espagne, à partir du début de la guerre d'indépendance (1808), un groupe absolutiste à forte composante aristocratique e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extreme-droite/#i_186

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 473 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les vicissitudes des années 1930 »  : […] La crise économique toucha la Finlande dès le début de l'année 1930. L'industrie du sciage en fut la victime la plus évidente. Mais, en réalité, toutes les activités furent frappées. Le chômage devint très fort parmi les travailleurs urbains, surtout les ouvriers du bâtiment et les manœuvres. La petite paysannerie ressentit aussi les effets de la dépression. Mais, en comparaison des grands pays c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finlande/#i_186

FRONT POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 921 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expérience Blum (juin 1936-juin 1937) »  : […] Avant son arrivée au pouvoir, Léon Blum a tenu à définir la nature du gouvernement qu'il entend conduire, face aux exigences de l'aile révolutionnaire de son parti, dirigée par Marceau Pivert qui, dans un retentissant article du Populaire publié le 27 mai 1936 et intitulé « Tout est possible », préconisait de transformer l'exercice du pouvoir en conquête révolutionnaire du pouvoir pour fonder la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/front-populaire/#i_186

GARDE DE FER

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 330 mots
  •  • 2 médias

Nom pris par le parti fasciste roumain qui s'appuie sur un antisémitisme combatif et, après 1933, sur la propagande national-socialiste. La Garde de fer est fondée par un jeune capitaine, Codreanu, qui se sépare bientôt du mouvement nationaliste et conservateur du vieux professeur Couza, la Ligue chrétienne. Il prétend rendre à la vie politique un idéal qu'on croit évanoui depuis la réalisation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/garde-de-fer/#i_186

GENTILE GIOVANNI (1875-1944)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 1 028 mots

Ancien élève de l'École normale supérieure de Pise, Gentile enseigne dès 1903 la philosophie aux universités de Naples, de Palerme et de Rome. Il est, après Benedetto Croce, le représentant le plus éminent de la pensée italienne de la première moitié du xx e  siècle. Gentile subit, à travers Bertrando Spaventa (1817-1883), l'influence de l'idéalisme hégélien, en réaction contre le positivisme de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-gentile/#i_186

GIOLITTI GIOVANNI (1842-1928)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 823 mots

Homme d'État italien, né le 22 octobre 1842 à Mondoví (royaume de Sardaigne, auj. Italie), mort le 17 juillet 1928 à Cavour (Italie). Diplômé en droit de l'université de Turin en 1860, Giovanni Giolitti intègre la fonction publique, où, vingt années durant, il se forge une solide expérience en tant qu'inspecteur général des Finances, puis secrétaire général de la Cour des comptes, puis conseiller […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-giolitti/#i_186

GRAMSCI ANTONIO (1891-1937)

  • Écrit par 
  • Hugues PORTELLI
  •  • 4 470 mots

Dans le chapitre « Du léninisme à l'antifascisme »  : […] Au lendemain de la controverse avec Tasca sur les rapports entre conseils et syndicats, Gramsci se retrouve isolé au sein du socialisme turinois. La majorité de l'aile révolutionnaire soutient les positions intransigeantes du courant « abstentionniste » (hostile à la participation aux élections) d'Amedeo Bordiga, et sa principale minorité (Togliatti, Tasca), une position « électionniste ». Gramsci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-gramsci/#i_186

GRANDI DINO (1895-1988)

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES
  •  • 617 mots

Né le 4 juin 1895 à Mordano dans cette basse vallée du Pô périodiquement agitée d'âpres conflits sociaux, Dino Grandi appartient à une petite bourgeoisie (son père est agriculteur, sa mère institutrice) avide de promotion. Nationaliste, il s'engage dès la déclaration de la guerre qu'il termine avec le grade de commandant et plusieurs décorations. Jeune avocat à Bologne, il dirige un journal, L'As […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dino-grandi/#i_186

GUÉRIN DANIEL (1904-1988)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 318 mots

Parmi les observateurs lucides d'une époque, Daniel Guérin est l'un des rares penseurs français à reconnaître, dès les années 1930, la prépondérance de la vie quotidienne sur le pouvoir des idéologies. L'homosexualité, qu'il découvre et revendique tout adolescent, l'incitera très vite à prôner la liberté sexuelle, inséparable pour lui des libertés qu'ont tenté de conquérir le prolétariat et les m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-guerin/#i_186

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 430 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'entre deux-guerres »  : […] Le monde intellectuel européen réagit en priorité aux événements internationaux. Cette dépendance tient fondamentalement à l'émergence de l'Union soviétique. Désormais, et jusqu'à sa chute, les intellectuels devront constamment se confronter au marxisme. L'évolution des surréalistes est, à cet égard, significative. Ils passeront de Freud à Marx et d'une « révolution poétique » à l'adhésion au Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellectuel/#i_186

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « L'organisation de la dictature »  : […] Le fascisme, qui domine la vie italienne du ventennio 1925-1945, est une dictature antiparlementaire et antidémocratique. Ce n'est pas une idéologie originale, mais une doctrine qui mêle, dans une improvisation continue, l'exaltation de l'action, le culte de la force, la subordination de l'individu à l'État, dans un système où l'autorité vient d'en haut. La propagande et l'embrigadement des masse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_186

ITALIE - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 7 718 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le cinéma italien pendant l'époque fasciste (1922-1945) »  : […] Arrivé au pouvoir en 1922, le fascisme s'est d'abord peu soucié de la question du cinéma. En matière de communication de masse, il ne se préoccupe que de la presse écrite, ne prenant pas la mesure du message que peut véhiculer le film. Seuls l'intéressent les actualités et les documentaires ; le film de fiction apparaît comme un simple divertissement qu'il convient de contrôler au regard de l'ord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-le-cinema/#i_186

MALAPARTE CURZIO (1898-1957)

  • Écrit par 
  • Giovanni JOPPOLO
  •  • 1 769 mots

Dans le chapitre « L'art de la contradiction »  : […] Malaparte semble vouloir être toujours du « mauvais côté ». À partir de 1925 , il prendra le pseudonyme de « mala parte » (« mauvais côté »), allusion directe à la famille Bonaparte et en référence à un pamphlet de F. Borri paru en 1869, selon lequel les Bonaparte se seraient appelés Malaparte et auraient obtenu du pape le droit de modifier leur nom pour services rendus. Juste avant l'entrée en gu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/curzio-malaparte/#i_186

MARCHE SUR ROME (1922)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 218 mots
  •  • 1 média

L'Italie du début des années 1920 est un État en crise, écartelé entre les nationalistes qui exploitent, avec Gabriele D'Annunzio, le thème de la « victoire mutilée » (l'Italie, dans le camp des vainqueurs en 1918, n'avait pas obtenu les satisfactions territoriales qu'elle attendait), et les forces révolutionnaires qui, stimulées par l'exemple de la Révolution russe de 1917, ont menacé les institu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marche-sur-rome/#i_186

MARXISME - Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 652 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fascisme, nationalisme :nouveaux enjeux »  : […] Il n'est pas certain que les austro-marxistes, avec pour chef de file Otto Bauer, doivent être considérés comme révisionnistes. Ils ne cessent en effet de renvoyer kautskystes et léninistes dos à dos : crétinisme parlementaire contre crétinisme insurrectionnel, fétichisme démocratique contre fétichisme militaire. Cette « internationale deux et demi » prône avant l'heure la pluralité des voies de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-les-revisions-du-marxisme/#i_186

MATTEOTTI GIACOMO (1885-1924)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 673 mots
  •  • 1 média

Issu d'une famille de propriétaires fonciers aisés, Giacomo Matteotti fait des études de droit et milite, très jeune, au Parti socialiste italien. Interné pour pacifisme pendant la Première Guerre mondiale, il est élu député en 1919 et constamment réélu, par les circonscriptions de Ferrare et de Padoue. En 1922, lors de la scission du Parti socialiste, il ne suit pas la fraction communiste et, av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-matteotti/#i_186

MILZA PIERRE (1932-2018)

  • Écrit par 
  • Marc LAZAR
  •  • 1 020 mots
  •  • 1 média

Spécialiste de l’Italie contemporaine, et plus précisément du fascisme, historien des relations internationales, Pierre Milza a suivi un parcours original , produit une œuvre prolifique, multiplié les entreprises éditoriales et enseigné à des générations d’étudiants. Né à Paris le 16 avril 1932 d’un père immigré italien, Pierre Milza est orphelin très jeune. Il devient instituteur, passe ensuite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-milza/#i_186

MOSLEY sir OSWALD (1896-1980)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 432 mots
  •  • 1 média

Issu d'une vieille et riche famille, sir Oswald Mosley entre en 1918 au Parlement de Londres en tant que conservateur, puis rejoint les rangs travaillistes en 1924. Il fait partie du gouvernement Ramsay MacDonald de 1929, sans être cependant compris au nombre des ministres du Cabinet. Il appartient alors à l'aile gauche du parti et se singularise en dénonçant les timidités « excessives » du progra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mosley-sir-oswald/#i_186

MUSSOLINI BENITO (1883-1945)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 3 761 mots
  •  • 6 médias

Ancien socialiste révolutionnaire converti au nationalisme durant la Première Guerre mondiale, Benito Mussolini est l'inventeur d'une nouvelle forme de dictature, adaptée à l'ère des masses : le totalitarisme fasciste. Devenu, après la « marche sur Rome » d'octobre 1922, le « guide » ( duce ) tout-puissant de l'Italie, il a instauré dans ce pays un régime autoritaire dont la spécificité fut d'impo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benito-mussolini/#i_186

NOLTE ERNST (1923-2016)

  • Écrit par 
  • Christoph BRÜLL
  •  • 1 261 mots

Dans le chapitre « L’historien du fascisme »  : […] C’est donc en marge du monde universitaire qu’Ernst Nolte prépare l’ouvrage qui le rend célèbre : Le Fascisme dans son époque , publié en 1963 en Allemagne. Cet ouvrage, qui prend la forme d’une trilogie, est une tentative de compréhension historico-phénoménologique de « ce qu’est » le fascisme (plutôt que de poser les questions du « pourquoi » et du « comment ») à travers l’étude de l’Action fra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-nolte/#i_186

OUSTACHIS

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 579 mots
  •  • 2 médias

Du serbo-croate ustaša (révolutionnaire), les oustachis ont constitué le parti fasciste croate. Fondé en 1929 par un avocat de Zagreb, Ante Pavelić , le mouvement oustaša constituera de 1941 à 1944 le parti unique du royaume fantoche de Croatie, obtenu par le démembrement de la Yougoslavie et placé sous protectorat allemand. Ce mouvement a pour origine l'antagonisme entre Serbes et Croates à l'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oustachis/#i_186

PAXTON ROBERT O. (1932- )

  • Écrit par 
  • Denis PESCHANSKI
  •  • 1 091 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'historien du fascisme »  : […] Enseignant de 1969 à 1997 à l'université Columbia, Paxton a continué de creuser son sillon. Avec Michaël Marrus, il publie en 1981 un ouvrage de référence sur Vichy et les Juifs qui, au même titre que les travaux de Serge Klarsfeld, participe d'une mise au jour de la politique antisémite d'État, longtemps oblitérée. Élargissant son propos, il veut comprendre et expliquer le fascisme. Il commence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-o-paxton/#i_186

PIE XI, ACHILLE RATTI (1857-1939) pape (1922-1939)

  • Écrit par 
  • Aline COUTROT
  •  • 1 037 mots
  •  • 2 médias

Lors de son élection par le conclave, le cardinal Ratti est depuis quelques mois archevêque de Milan. C'est un érudit — il a été préfet de la bibliothèque Vaticane et enseigné la théologie et l'hébreu — mais aussi un pasteur qui catéchise les enfants des quartiers pauvres et un diplomate qui, au lendemain de la Première Guerre mondiale, a exercé les difficiles fonctions de visiteur apostolique dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/achille-pie-xi/#i_186

PRIMO DE RIVERA JOSÉ ANTONIO (1903-1936)

  • Écrit par 
  • André DESSENS
  •  • 531 mots

Fils aîné du général espagnol Miguel Primo de Rivera qui exerça la dictature de 1923 à 1930. Brillant avocat au barreau de Madrid, José Antonio Primo de Rivera ne fit de la politique active qu'après la mort de son père, dont il était soucieux de défendre la mémoire. Après un échec aux élections législatives d'octobre 1931, il étudia les récentes expériences fasciste et nazie, qu'il jugea inapplica […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-antonio-primo-de-rivera/#i_186

ROME

  • Écrit par 
  • Géraldine DJAMENT, 
  • Sylvia PRESSOUYRE
  •  • 11 410 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Rome vitrine du fascisme »  : […] L'affirmation de la primauté de Rome, qui devient au cours des années 1930 la commune la plus peuplée d'Italie, s'accélère sous le régime fasciste. La Marche sur Rome de 1922 débouche sur la prise de pouvoir de Mussolini, qui promeut la « Troisième Rome » comme décor de sa mythologie politique. Les références à l'Antiquité culminent en 1937, lors de la Mostra Augustea della romanità qui célèbre l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome/#i_186

ROSSONI EDMONDO (1884-1965)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 276 mots

Né près de Ferrare, Edmondo Rossoni vient très vite à l'anarchisme et au syndicalisme révolutionnaire. Militant actif et connu, il dirige la Bourse du travail de Parme, considérée comme La Mecque du syndicalisme révolutionnaire. Exilé à Londres, il participe à la tentative de création d'une Internationale anarchiste en 1913. Découragé par les dissensions au sein du mouvement, Rossoni abandonne ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmondo-rossoni/#i_186

ROUMANIE

  • Écrit par 
  • Mihai BERZA, 
  • Catherine DURANDIN, 
  • Alain GUILLERMOU, 
  • Gustav INEICHEN, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Philippe LOUBIÈRE, 
  • Robert PHILIPPOT, 
  • Valentin VIVIER
  •  • 34 946 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La faillite de la démocratie »  : […] L'histoire politique de la Grande Roumanie commence sous d'heureux auspices. Les lois agraires de 1918 et 1921 transfèrent à la paysannerie les biens de la couronne, ceux des propriétaires étrangers ou absents, limitent à 100 hectares la propriété des terres arables. Le suffrage universel est institué en 1919. Mais les premières élections faites au suffrage universel balayent le gouvernement Brăti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roumanie/#i_186

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « Les années 1930 »  : […] Dans la mémoire collective, les années 1930 constituent les années « sombres », années noires de dépression économique, de crise sociale, de démission internationale. La crise économique, née en 1929 aux États-Unis, frappe l'Angleterre de plein fouet en 1931, menant en juillet à une panique financière. Elle est marquée par une crise commerciale, par la diminution, parfois de moitié, de la producti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_186

TOTALITARISME

  • Écrit par 
  • Brigitte STUDER
  •  • 1 361 mots

Longtemps, la notion de totalitarisme a été associée à la période de la guerre froide et appliquée au « bloc de l'Est », essentiellement à l'U.R.S.S. Plus récemment, son usage est devenu plus comparatiste pour désigner une forme de pouvoir entièrement nouvelle, absolue, ayant pour principale caractéristique de tendre à la dissolution de la frontière entre l'État et la société, ce qui la distingu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/totalitarisme/#i_186

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 595 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La montée des périls »  : […] Le gouvernement Ecevit était porté par un puissant courant populaire, d'autant plus que la guerre de Chypre de l'été 1974 avait fait du Premier ministre un véritable héros. Aussi, sa démission fut-elle accueillie avec soulagement par les classes dominantes qui considéraient cet admirateur de la social-démocratie scandinave comme un dangereux gauchiste. En avril 1975, après six mois de crise gouver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_186

VICHY RÉGIME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AZÉMA
  •  • 6 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'instauration d'un nouveau régime »  : […] La défaite avait été payée au prix fort. La Convention d'armistice, signée le 22 juin 1940 à Rethondes, n'incluait aucune revendication territoriale de la part de l'Allemagne, mais elle réduisait à peu de chose la puissance militaire française ; surtout, elle comportait des clauses politiques drastiques, dont la plus importante était l'instauration d'une ligne de démarcation scindant la France en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regime-de-vichy/#i_186

VICTOR-EMMANUEL III (1869-1947) roi d'Italie (1900-1946) empereur d'Éthiopie (1936-1943) et roi d'Albanie (1939-1943)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 1 046 mots
  •  • 1 média

Troisième souverain de la monarchie unitaire. Le règne de Victor-Emmanuel sera le plus long, le plus chargé d'événements dramatique de l'Italie contemporaine. Son père Humbert I er , autoritaire et porté au gouvernement personnel, sa mère Marguerite de Savoie, ambitieuse et cultivée, aggravent le complexe d'infériorité qui lui vient de son physique ingrat et de sa petite taille. En 1896, il épouse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-emmanuel-iii/#i_186

Voir aussi

Pour citer l’article

Raoul GIRARDET, « FASCISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fascisme/