ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'évolutionnisme peut être défini moins comme une doctrine particulière que comme la tendance générale à supposer et à rechercher une loi d'évolution dans la série des changements observables ou prévisibles. C'est, bien sûr, dans le domaine biologique que l'évolutionnisme a pris sa forme la plus déterminée avec les théories de Lamarck et de Darwin sur l'évolution des espèces vivantes. L'hypothèse d'une évolution régulière dans les organisations des sociétés et dans leurs productions culturelles était cependant implicitement contenue dans bien des spéculations antérieures sur le progrès des civilisations. Mais le darwinisme allait lui donner plus de consistance, lui fournir des modèles méthodologiques et l'insérer dans une conception plus vaste.

L'évolutionnisme culturel et social était sans doute, en un sens, plus aisé à concevoir que l'évolutionnisme biologique, car il ne se heurtait pas à la fixité, au moins apparente, des espèces vivantes, puisque au contraire on trouve aisément, par l'observation courante, des exemples évidents de changement dans la vie des sociétés. Cependant, la complexité des phénomènes sociologiques, leur caractère multiforme et instable rendait plus hasardeuse la notion d'une loi régissant leur devenir. Aussi bien les critiques à l'encontre de cet évolutionnisme se sont-elles attachées à dénoncer vigoureusement l'incompatibilité d'une évolution unilinéaire avec la diversité des changements sociaux, ce qui a entraîné des assouplissements dans l'hypothèse première.

L'évolutionnisme unilinéaire

Origines et premières ébauches

Les principes fondamentaux de l'évolutionnisme culturel et social se situent au confluent de plusieurs courants d'idées émanant eux-mêmes de diverses observations. C'est, d'abord, la comparaison entre divers types de civilisations qui a pu suggérer l'idée que les uns représentaient des formes arriérées et les autres des formes avancées de la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Johann Jakob Bachofen

Johann Jakob Bachofen
Crédits : AKG

photographie

Herbert Spencer

Herbert Spencer
Crédits : AKG

photographie





Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL  » est également traité dans :

ÂGE ET PÉRIODE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 958 mots

Dans le chapitre « Le sens du temps »  : […] Au-delà des événements immédiats, et au-delà des périodes simplement stylistiques (période orientalisante, époque gothique ou baroque, etc.), l'archéologie et l'histoire reconstruisent de grandes unités temporelles, qui sont autant de moments dans l'histoire de l'humanité. La pensée évolutionniste, marquée par les noms de Condorcet, mais aussi de l'ethnologue américain Lewis H. Morgan ( La Sociét […] Lire la suite

ANIMISME

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 087 mots

Dans le chapitre « Les données nouvelles »  : […] L'explication générale de Tylor a été critiquée surtout pour deux conclusions de grande conséquence théorique : 1. l'identification de l'animisme à l' origine de la religion ; 2. l'affirmation selon laquelle, partout dans le monde , la religion a évolué dans le sens qu'on vient d'indiquer. Nombre d'auteurs ont rejeté la première affirmation. Andrew Lang, par exemple, a montré que l'idée d'un Être […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La construction de l'ethnologie »  : […] Les introductions classiques assignent à la naissance de l'ethnologie des dates différentes ; certaines la font remonter à Hérodote, d'autres à Rousseau ou à Morgan. La référence à Hérodote s'explique par l'intérêt qu'il porta à la description des autres peuples, considérés toutefois comme des barbares ; la référence à Rousseau ne repose pas tant sur son mythe du bon sauvage que sur sa façon de […] Lire la suite

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « La mentalité primitive selon Lévy-Bruhl »  : […] C'est contre la conception, commune à l'animisme et au rationalisme sociologique durkheimien, d'une homogénéité fondamentale de toutes les mentalités que Lévy-Bruhl a soutenu la spécificité de la mentalité qu'il nommait primitive et que nous appellerions plus volontiers aujourd'hui archaïque. Tandis que, pour l'animiste, les primitifs ont le même appareil intellectuel que nous, mais s'en servent […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - Les modèles interprétatifs

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 420 mots

Dans le chapitre « Les théories du fonctionnement social »  : […] Derrière ces différentes catégories de facteurs, parfois antagonistes, archéologues et historiens utilisent, explicitement ou non, des modèles encore plus globaux. Longtemps a dominé dans les sciences humaines et sociales une vision évolutionniste et linéaire de l'histoire, qui paraissait même frappée du coin du bon sens : de même que l'enfant devient adulte, les sociétés humaines seraient passée […] Lire la suite

BACHOFEN JOHANN JAKOB (1815-1887)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 710 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La thèse du matriarcat originel »  : […] Une lettre (G.W., X, n o  96), adressée le 23 octobre 1857 par Bachofen à A. Gervasio, montre que c'est à l'étude de la famille comme institution sociale que l'ont finalement conduit ses recherches sur l'Antiquité classique : « Quoi de plus surprenant, écrit-il à l'archéologue italien, que de voir la femme des premiers temps de l'histoire humaine occuper le rang et la position qu'un développemen […] Lire la suite

BASTIAN ADOLF (1826-1905)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 314 mots

Anthropologue et médecin allemand né le 26 juin 1826 à Brême, Adolf Bastian est un précurseur du diffusionnisme. Il est à la source d'une théorie de l'unité psychique de l'humanité, qui explique que certaines « idées élémentaires » soient communes à tous les peuples. Selon lui, les traits culturels, les traditions populaires, les mythes et les croyances des différents peuples répondent, chez ch […] Lire la suite

BIOLOGISME

  • Écrit par 
  • Sébastien LEMERLE, 
  • Carole REYNAUD-PALIGOT
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Quelques repères historiques »  : […] Les xviii e et xix e  siècles se caractérisent par un essor de la pensée scientifique, certaines sciences telles que la médecine et les sciences naturelles connaissent un grand dynamisme. À une époque où les explications rationnelles sont préférées aux préceptes religieux, ces sciences incarnent la modernité et acquièrent une incontestable autorité. Certaines notions « scientifiques » circulent, […] Lire la suite

BOAS FRANZ (1858-1942)

  • Écrit par 
  • Philippe LUCAS
  •  • 1 183 mots

Dans le chapitre « La critique de l'évolutionnisme »  : […] « La complexité des événements historiques est telle qu'il faut considérer la vie sociale d'un peuple ou d'une tribu comme la conséquence des conditions uniques dans lesquelles elle s'est manifestée. » Né en 1858 en Westphalie, mort aux États-Unis (il a trouvé à Clark University puis à Columbia ce que lui avait refusé l'Allemagne de Bismarck), Boas poursuit ainsi la critique engagée depuis 1895, […] Lire la suite

CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 115 mots

Dans le chapitre « Culture et civilisation »  : […] L'incertitude dans la confrontation de ces deux termes apparaît bien chez Tylor, l'un des auteurs auxquels on se réfère toujours à ce sujet. En effet, celui-ci, dès les premières lignes de son étude classique sur la civilisation primitive, pose les deux termes comme rigoureusement synonymes, et il en donne la définition suivante : « Le mot culture, ou civilisation, pris dans son sens ethnographiq […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'historicisation des catégories kantiennes »  : […] Dans son projet de fonder l'autonomie de la sociologie par rapport à la psychologie et la philosophie, Émile Durkheim apporte une contribution majeure à la sociologie de la connaissance en s'attaquant aux catégories les plus fondamentales de l'entendement et de la sensibilité (temps, espace, nombre, cause, substance, etc.) et de la pensée logique. Jusque-là domaine réservé aux philosophes qui l […] Lire la suite

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La leçon de l'anthropologie sociale et de la bio-anthropologie »  : […] La séparation entre l'étude de la nature et l'étude de la culture et, plus précisément, l'abandon du recours à des explications biologiques des variations culturelles semblent s'être produits vers la fin du xix e  siècle et au début du xx e , comme une conséquence de la prise en considération de la théorie darwinienne de l'évolution. Cette dernière, intégrant l'homme au monde animal, le décrivait […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Sociologie

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 6 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La typologie par différences »  : […] Afin de mieux maîtriser l'interprétation sociologique, de nombreux auteurs (en général nord-américains) ont réduit la diversité des sociétés accédant au développement à un seul type, défini en tant que « modèle » de la société traditionnelle. Ce modèle est construit par différence, par opposition au modèle de la société moderne, rapportée à l'ensemble des sociétés industrielles à techniques avanc […] Lire la suite

DIFFUSIONNISME

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 2 818 mots
  •  • 2 médias

Il existe certes un sens sociologique du terme « diffusion » qui se rapporte à la seule propagation des idées, soit directement, de bouche à oreille (rumeur), soit indirectement, par le livre et les moyens de propagande dits audio-visuels. Il s'agit là d'un sens restreint, que l'on ne retiendra pas ici. Dans un autre sens, celui que lui donne l' anthropologie culturelle, il se rapporte à la propag […] Lire la suite

ETHNOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 1 744 mots

Dans le chapitre « Assimiler l'autre à soi »  : […] Outre les répudiations pures et simples des autres cultures, l'ethnocentrisme fonctionne aussi, comme pratique négative, par assimilation de l'autre à soi. En effet, si sous le terme d'ethnocentrisme on regroupe divers modes caractéristiques de la négation d'une culture par une autre, et si l'on considère que, par son acte de négation, l'homme peut nier soit l'objet, soit la relation même à l'obje […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Daryll FORDE, 
  • Patrick MENGET
  •  • 2 777 mots

E ncouragés par le succès des théories évolutionnistes en biologie, la plupart des premiers ethnologues ont tenté de retracer l'évolution sociale et culturelle de l'humanité. Ils étaient gênés par le caractère fragmentaire et restreint du matériel dont ils disposaient, mais, surtout, ils interprétaient souvent de manière erronée les principes évolutionnistes qui avaient cours en biologie. Les b […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 636 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Deux initiateurs : Morgan et Tylor »  : […] Le premier ethnologue « de terrain » est l'Américain L. H. Morgan, qui séjourne en 1850 chez les Iroquois et visite plus tard d'autres tribus. Morgan s'efforce de recueillir des terminologies de parenté : ayant découvert la notion de terminologie classificatoire, il s'attache à classer ces terminologies en relation avec des faits institutionnels (mariage, types de famille, autres traits sociolog […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « Les liens de parenté »  : […] L'ethnologie a permis de comprendre avec précision la nature de la parenté ; c'est l'une de ses contributions les plus importantes. La parenté est la reconnaissance sociale de liens biologiques réels ou supposés, qui se créent par les naissances et les mariages. La continuité de toute société dépend de la procréation et de l'éducation des nouveaux membres. La légitimité des enfants engendrés est […] Lire la suite

EXPLICATIONS PROXIMALES ET ULTIMES DES COMPORTEMENTS

  • Écrit par 
  • Patrick BONIN
  •  • 1 017 mots

Traditionnellement, les recherches en psychologie cognitive portent sur le « comment » des comportements : comment apprenons-nous ? comment parlons-nous ? La psychologie évolutionniste propose non seulement des explications – dites proximales – à ces questions mais, aussi et surtout, elle cherche à comprendre le « pourquoi » des comportements – des explications dites ultimes. Ces deux types d'exp […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CAZENEUVE, « ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolutionnisme-culturel-et-social/