JOLY EVA (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Eva Joly, née Eva Gro Farseth à Oslo en 1943, fut d'abord, avant d'entrer en politique, une magistrate française dont la carrière atypique connut un point d'orgue avec l'instruction de l'affaire Elf dans les années 1990. Cette affaire a fait d'elle l'un des principaux protagonistes du combat juridique et de la révélation médiatique des formes de corruption des élites économiques et politiques en France. Devenue députée européenne en juin 2009, Eva Joly entend continuer ce combat contre la délinquance financière et pour l'indépendance de la justice, dans l'arène parlementaire cette fois.

Fille d'un fournisseur pour l'armée norvégienne, éduquée au sein d'un milieu protestant, la réussite scolaire socialement inespérée d'Eva Joly la pousse à choisir par défaut des études littéraires qui l'amènent à effectuer un séjour linguistique de six mois à Paris en 1964. Celui-ci se transformera en point de départ d'une vie familiale et professionnelle entièrement dévolue à la France jusqu'en 2002. À la fin des années 1960, mariée à un étudiant français en médecine bientôt installé dans l'Essonne, elle vit d'abord de son travail de secrétaire. Elle donne naissance à son premier enfant au moment même où elle reprend des études de droit en suivant des cours du soir. L'obtention d'une licence la conduit ensuite à travailler, de 1973 à 1981, en hôpital psychiatrique en tant que conseillère juridique. Après la réussite d'un concours exceptionnel d'accès à la magistrature en 1981, Eva Joly entame une deuxième carrière à près de quarante ans, dans un métier essentiellement exercé par des gens plus jeunes qu'elle et passés par l'École nationale de la magistrature. D'abord substitut du procureur au parquet, à Orléans de 1982 à 1984 puis à Évry jusqu'en 1989, elle se consacre essentiellement à la justice des mineurs ainsi que, plus marginalement, aux affaires du parquet financier. En 1990, cherchant à échapper à la « justice au jour le jour », elle obtient un détachement à la direction du Trésor à Bercy, au service du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI).

Ici débute non seulement sa troisième carrière mais plus fondamentalement sa seconde vie publique et intellectuelle. Entrée comme simple magistrate conseillère, elle est la secrétaire générale adjointe du CIRI au moment où elle obtient une mutation comme juge d'instruction à la « galerie financière » du tribunal de grande instance de Paris – où elle siégera de 1993 à 2002. Au sein d'un cabinet devant instruire en dix ans près de soixante affaires, une la retient particulièrement : celle qui la mène aux comptes de l'entreprise pétrolière Elf et, conséquemment, à ceux des hommes publics suspectés et pour la plupart bientôt condamnés pour abus de biens sociaux (l'ancien ministre Roland Dumas – le seul qui bénéficiera d’une relaxe en appel – et trois dirigeants du groupe, Loïk Le Floch-Prigent, Alfred Sirven et André Tarallo). Par cette affaire politico-médiatique menée de 1994 à 2002 (où elle collabore avec deux autres juges d'instruction, Laurence Vichnievsky et Renaud Van Ruymbeke), Eva Joly revendique également, bien que critiquée sur ce point – par des journaux comme le Nouvel Observateur, par l'Ordre des avocats, par la ministre de la Justice de l'époque Élisabeth Guigou –, l'utilisation de méthodes peu courantes en matière de droit pénal des affaires : perquisitions en 1997 au siège social d'Elf comme au domicile du président du Conseil constitutionnel Roland Dumas, détentions provisoires, mandats d'arrêt internationaux (contre Alfred Sirven, en 2001). Conseillère du gouvernement norvégien à partir de 2002, notamment du cabinet de Kjell Magne Bondevik, sur les questions de blanchiment d'argent, elle poursuit son apprentissage des missions diplomatiques contre la corruption en prenant, en mars 2009, la direction d'une cellule d'enquête de l'État islandais sur la faillite de son système bancaire et la fuite des capitaux qui l'a précédée.

L'engagement militant d'Eva Joly, sur un mode nettement plus collectif et supranational, est pour l'essentiel postérieur à sa grande médiatisation en France. Hormis une brève expérience à la CFDT dans les années 1970, c'est d'abor [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : doctorant en science politique à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, chargé de cours à l'université de Strasbourg

Classification

Autres références

«  JOLY EVA (1943- )  » est également traité dans :

FRANCE - Les élections présidentielle et législatives de 2012

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 001 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une campagne tentée par un certain radicalisme »  : […] Suscitant la controverse jusqu'au sein de son propre camp, Nicolas Sarkozy, influencé en cela par son conseiller venu de l'extrême droite, Patrick Buisson, et par son ministre de l'Intérieur, Claude Guéant – qui, en pleine campagne électorale, lança un débat sur les valeurs respectives de chaque civilisation –, effectue une campagne assez marquée à droite. Cette tendance s'accentue au cours des de […] Lire la suite

Les derniers événements

5-23 avril 2012 France. Premier tour de l'élection présidentielle

Eva Joly (Europe Écologie-Les Verts) recueille 2,31 p. 100 des suffrages (– 0,58 p. 100 par rapport aux scores de Dominique Voynet, candidate des Verts, et de l'altermondialiste José Bové); Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République), 1,79 p. 100; Philippe Poutou (Nouveau Parti anticapitaliste), 1,15 p. 100 (– 2,93 p. 100 par rapport au score d'Olivier Besancenot, candidat de la Ligue communiste révolutionnaire); Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), 0,56 p. […] Lire la suite

9-23 mars 2012 France. Poursuite de la campagne présidentielle

Le 19 également, le Conseil constitutionnel valide dix candidatures en vue du premier tour de l'élection présidentielle: Eva Joly (Europe Écologie-Les Verts), Marine Le Pen (Front national), Nicolas Sarkozy (U.M.P.), Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche), Philippe Poutou (Nouveau Parti anticapitaliste), Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Jacques Cheminade (Solidarité et progrès), François Bayrou (MoDem), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) et François Hollande (Parti socialiste). […] Lire la suite

15-19 novembre 2011 France. Accord électoral et programmatique entre les socialistes et les écologistes

à l'élection présidentielle Eva Joly déclare ne pas se sentir engagée par le texte. Cette position entraîne des tensions au sein du parti écologiste. Le 19, le conseil fédéral d'E.E.-L.V. valide l'accord.  […] Lire la suite

13 novembre 2010 France. Fusion au sein du mouvement écologiste

Lors des assises du mouvement écologiste à Lyon, les Verts dirigés par Cécile Duflot et le rassemblement Europe Écologie qui réunissait, lors des élections européennes de juin 2009 et régionales de mars 2010, les Verts et des personnalités proches de la mouvance écologiste telles que Eva Joly ou Daniel Cohn-Bendit, fusionnent en un nouveau parti baptisé Europe Écologie-Les Verts. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Thomas MARTY, « JOLY EVA (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eva-joly/