ETHNOLOGIEVue d'ensemble

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Encouragés par le succès des théories évolutionnistes en biologie, la plupart des premiers ethnologues ont tenté de retracer l'évolution sociale et culturelle de l'humanité. Ils étaient gênés par le caractère fragmentaire et restreint du matériel dont ils disposaient, mais, surtout, ils interprétaient souvent de manière erronée les principes évolutionnistes qui avaient cours en biologie. Les biologistes insistaient sur la diversification ; les ethnologues ne postulaient généralement qu'un seul modèle d'évolution culturelle et sociale, qui était applicable à toutes les sociétés humaines ; les différents peuples du passé et du présent se situaient, dans cette perspective, à différents stades d'un même processus de développement. Cette notion d'évolution unilinéaire fut appliquée à la fois à des aspects particuliers de la vie humaine (modes de production, organisation sociale, art, religion, droit) et à l'ensemble du développement socio-culturel. En conséquence, l'ethnographie, c'est-à-dire la présentation descriptive des peuples pris dans leur singularité, servait à illustrer des schèmes connus d'avance, et l'on tendait à négliger les preuves qu'elle fournissait quant à la divergence des formes culturelles et, donc, à la multiplicité des types d'évolution. Ce genre d'approche aboutit finalement aux vastes ouvrages où sir James Frazer compile des données ethnographiques antérieures pour étayer ses hypothèses sur l'évolution de certaines croyances cosmologiques et de certaines institutions sociales primitives.

Toutefois, à mesure que s'élargissait et que se précisait la connaissance des peuples non occidentaux, force fut de reconnaître que les faits contredisaient les schémas d'évolution établis a priori pour des domaines tels que la technologie, l'économie, la religion, l'art et l'organisation sociale ; de plus, tout type culturel donné ou toute forme d'organisation sociale devait faire l'objet d'un examen détaillé et complet, et être envisagé comme un système en acte, si l'on voulait élucider la nature de ses différents traits pour fournir une base adéquate à des études comparatives. Cette constatation encouragea la recherche ethnographique sur le terrain ; en même temps, en fonction des caractéristiques de la culture et de la société concernées, une meilleure connaissance des sciences voisines, comme la psychologie et la sociologie. Sur ces bases, l'ethnologie, étude de l'histoire des peuples et des cultures, fit de grands progrès dans la première moitié du xxe siècle. Les ethnologues se sont préoccupés, tel R. H. Lowie, de réfuter les vieilles théories de l'évolution unilinéaire ; ils ont aussi cherché – l'œuvre de A. L. Kroeber en est un exemple – à préciser, par des méthodes plus empiriques, les phases du développement culturel dans une région donnée. D'autres ont essayé cependant de remplacer les anciennes hypothèses par des théories tout aussi universelles, fondées sur d'autres critères. L'une des plus influentes est la Kulturkreislehre, ou doctrine des aires culturelles : pour F. Graebner, qui en fut l'initiateur, les peuples les plus primitifs pouvaient être classés en une série limitée de types culturels distincts et archaïques, chaque type étant caractérisé par un mode d'existence, des règles de parenté, des croyances religieuses spécifiques. Ces différents types, affirmait-il, se sont développés, diffusés, puis mélangés, à des périodes successives de l'histoire ancienne de l'homme. La tâche de l'ethnologue était, en conséquence, de dégager de l'enchevêtrement des cultures vivantes les éléments fournis pour un cas déterminé par une ou plusieurs de ces aires. Les ressemblances formelles existant dans le mode de vie, la parenté, les rites entre des peuples aussi éloignés les uns des autres que les indigènes d'Afrique occidentale, de Mélanésie et de Californie étaient censées démontrer que leurs cultures dérivaient toutes, pour l'essentiel, d'un type archaïque unique. La théorie de Graebner ne fut guère appréciée dans les pays de langue anglaise, où son caractère artificiel fut l'objet de vives critiques. Par contre, sur le continent européen, non seulement elle exerça une influence considérable sur l'ethnologie, mai [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ETHNOLOGIE  » est également traité dans :

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 637 mots
  •  • 2 médias

L'histoire de l'ethnologie est une tâche qui intéresse un nombre croissant d'ethnologues et d'historiens des sciences depuis les années 1960. Ce n'est pas tant, comme on l'a avancé avec quelque légèreté, que la raréfaction des objets traditionnels de l'ethnographie et les doutes épistémologiques sur le statut de la discipline aient amené un nombre croissant d'ethnologues à se pencher sur l'histoir […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

L'ethnologie a normalement pour données de base les relations découlant des nécessités de la vie en société. Ces relations sociales ont leurs modèles, mis en évidence par la répétition (par exemple, un père de famille joue avec ses enfants tous les soirs en rentrant du travail). Elles tendent à former un système, lié à d'autres et en partie déterminé par eux […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 5 066 mots

Chaque science possède, en fait, deux principales sphères d'activité superposées : travaux expérimentaux ou documentaires, d'une part, travaux comparatifs et analytiques, d'autre part, se fondant sur les premiers. Il en est ainsi pour les sciences exactes et naturelles comme pour la philosophie et les sciences humaines. L' […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 092 mots

L'anthropologie religieuse tente de cerner la dimension religieuse de l'homme, en tant qu'universelle et inhérente à tout homme (même si cette dimension, dans notre société sécularisée, invente, pour se manifester, de nouveaux signifiants, apparemment non religieux). Mais, l'expérience vécue du sacré se traduit, ch […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnoarchéologie

  • Écrit par 
  • Anick COUDART
  •  • 4 860 mots

Le termeethnoarchaeology apparaît pour la première fois en 1900, dans un rapport rédigé par l'archéologue, anthropologue et naturaliste américain, Jesse Walter Fewkes, directeur du Bureau de l'ethnologie de la Smithsonian Institution. Celui-ci estimait que la connaissance des sociétés indiennes du sud-ouest des États-Unis constituait […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethno-esthétique

  • Écrit par 
  • Lucien STÉPHAN
  •  • 3 075 mots

Le terme « ethno-esthétique », emprunté à J. Delange, désigne un ensemble d'études consacrées aux arts dits primitifs, ethniques, traditionnels ou tribaux. Il semble composé afin d'exprimer la double idée d'une interdiscipline à dominante esthétique et préféré à « ethnologie de l'art », qui désigne une spécialisation de l'ethnologie. Par provision, l'ethn […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnomusicologie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 6 977 mots
  •  • 3 médias

L'ethnomusicologie étudie la musique des divers groupes ethniques et communautés culturelles du monde entier. Oscillant, au cours de son histoire, entre l'analyse scientifique des systèmes musicaux et la description ethnographique des contextes socioculturels dans lesquels se situent ces musiques, l'ethnomusicologie est non seulement une branche de la […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnosciences

  • Écrit par 
  • Jacques BARRAU
  •  • 3 706 mots
  •  • 2 médias

Dans l'ouvrage publié en 1983, Le Regard éloigné, Claude Lévi-Strauss remarque que, en matière de connaissance des faits de culture et de société, « une étroite collaboration entre les sciences humaines et les sciences naturelles permettra seule de récuser un dualisme métaphysique dép […] Lire la suite

AFRICAINS CINÉMAS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 132 mots

L'histoire des cinémas africains se sépare difficilement de celle de la décolonisation. Il y eut d'abord des films de Blancs tournés en Afrique. Puis, à partir des années soixante, les nouveaux États africains ont été confrontés au problème de savoir quel rôle, quelle orientation, quels moyens donner au cinéma. Problème technique mais avant tout problème politique : celui de la possibilité de pro […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Nommer, classer »  : […] Que veut-on différencier lorsqu'on parle d'anthropologie sociale, d'anthropologie culturelle, d'anthropologie physique, d'ethnologie ? Ces divers vocables engendrent la confusion, car ils reflètent une discrimination entre les domaines géographique, historique, problématique. Dans le monde anglo-saxon, l'anthropologie rassemble sous son titre à la fois l'anthropologie physique – l'étude comparée d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daryll FORDE, Patrick MENGET, « ETHNOLOGIE - Vue d'ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-vue-d-ensemble/