ÉTHIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'éthique à la morale

Au long de ce nouveau trajet, la référence à l'intention éthique s'effacera progressivement, à mesure que le terme neutre se chargera lui-même de significations nouvelles qu'il faut considérer comme étant non négligeables et même incontournables.

La constitution de la notion de valeur

Partons d'un terme de notre vocabulaire éthique ou moral (à ce niveau, la différence n'est pas encore marquée) qui est encore proche de la constitution primaire de l'intention éthique : le terme de valeur. Nous l'employons en relation avec des entités telles que la justice, l'égalité, la tempérance l'amitié, etc. Les Anciens ont été les premiers à essayer de fixer ces entités dans un tableau des vertus. Ainsi en est-il dans les dialogues socratiques sur le courage (Lachès), la pitié (Euthyphron), la justice (République). C'est surtout dans la grande Éthique d'Aristote que cette recherche s'épanouit, les vertus y prenant le sens fort d'excellences dans l'ordre de l'agir.

On peut retrouver dans la constitution de la notion de valeur le rapport triangulaire dans lequel se fonde l'intention éthique. Dans le mot « valeur », il y a d'abord un verbe : évaluer, lequel à son tour renvoie à préférer : ceci vaut mieux que cela ; avant valeur, il y a valoir plus ou moins. Or la préférence est l'apanage d'un être de volonté et de liberté c'est pourquoi Aristote fait précéder le traité des vertus par une analyse de l'acte libre : seul celui qui peut se poser en auteur de ses actes, en agent moral, peut hiérarchiser ses préférences. Cette toute première référence à une position de liberté en première personne est essentielle à l'évaluation. Elle met en jeu le jugement moral, inséparable de la volonté qu'aura chacun d'effectuer sa propre liberté, de l'inscrire dans des actes et dans des œuvres qui pourront eux-mêmes être jugés par d'autres. À son tour, cette référence à l'évaluation par autrui – en fonction de l'aid [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X, professeur à l'université de Chicago

Classification


Autres références

«  ÉTHIQUE  » est également traité dans :

AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 994 mots
  •  • 2 médias

Le terme « agnotologie » a été introduit par l’historien des sciences Robert N. Proctor (université de Stanford) pour désigner l’étude de l’ignorance et, au-delà de ce sens général, la « production culturelle de l’ignorance ». Si son usage académique semble assez circonscrit à la philosophie, l’histoire et la sociologie des sciences, il a largement essaimé vers le débat public et la presse dès 2 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agnotologie/#i_35142

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 371 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Levinas : l'Autre comme visage »  : […] Toutes les tentatives de la « philosophie occidentale » pour penser l'Autre à partir du Moi témoigneraient en fait pour Emmanuel Levinas de l'« insurmontable allergie », de l'horreur qu'inspire l'Autre « qui demeure Autre » ( En découvrant l'existence avec Husserl et Heidegger , 1949). En réduisant l'« étranger » à un thème ou à un objet, incapable qu'elle est de le laisser ê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alterite-philosophie/#i_35142

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 312 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autrui : l'obligation et la trace »  : […] Autrui comme autre que moi, qui se refuse originellement à l'identification, qui pourtant me lie à lui jusqu'à fissurer mon moi, et m'ouvre sans tristesse sur l'abîme des commencements et l'indistinction de la fin, telle pourrait être, simplifiée à l'extrême, la thèse d' Emmanuel Levinas, le penseur le plus radical de l'altérité. Éthique ? Non, si l'on entend par là le corollaire d'une conception […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/altruisme/#i_35142

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 164 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Héloïse ou l'amour d'union »  : […] Un triple modèle hante Héloïse : celui de la noble Romaine, celui de la sainte ou de la fille spirituelle d'un grand théologien, mais surtout celui de l'amante inconditionnellement soumise aux désirs et volontés de l'être aimé. « Jamais, Dieu le sait, je n'ai cherché en toi rien d'autre que toi. Ce ne sont pas les liens du mariage, ni un projet quelconque que j'attendais, et ce ne sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/#i_35142

ANIMALITÉ

  • Écrit par 
  • Florence BURGAT
  •  • 7 668 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Rousseau et la refondation d'un droit naturel »  : […] La critique de l'humanisme métaphysique porte sur la non-pertinence d'attributs spirituels (l'âme) ou de performances cognitives (la raison, la conscience réflexive) à fonder les droits moraux. C'est la notion de sensibilité (capacité à ressentir le plaisir et la souffrance) qui serait en elle-même génératrice de droits : telle est la voie ouverte par Rousseau. Partant non pas de caractéristiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animalite/#i_35142

ANTISPÉCISME

  • Écrit par 
  • Fabien CARRIÉ
  •  • 4 140 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Importation en France »  : […] Il en ira tout autrement en France. Bien sûr, les bouleversements et la dynamique de radicalisation développée au sein des mouvements animalistes anglophones dans les années 1970 et 1980 ne pouvaient advenir sans susciter la moindre résonance dans les milieux français de la protection animale. L’exemple des actions entreprises par des groupuscules ou nébuleuses comme le Animal Liberation Front (la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antispecisme/#i_35142

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'action morale »  : […] Aristote distingue entre la praxis , qui est l'action immanente n'ayant d'autre fin que le perfectionnement de l'agent, et la poièsis , c'est-à-dire, au sens le plus large, la production d'une œuvre extérieure à l'agent. Cette distinction apparemment claire fonde la distinction entre sciences pratiques ( éthique et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_35142

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éthique et la politique »  : […] Pour Aristote l'éthique et la politique sont des disciplines connexes : toutes deux traitent du souverain bien, qui n'est pas idéal mais ne se distingue pas du bonheur, et qui se propose autant à l'individu humain qu'à la cité, forme achevée de la vie sociale. D'ailleurs l'individu libre est le citoyen d'une cité et la justice du citoyen est sa conformité aux lois d'une cité. Il n'en reste pas mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme/#i_35142

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 570 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  La beauté injuriée »  : […] « Un soir, j'ai assis la beauté sur mes genoux. – Et je l'ai trouvée amère. – Et je l'ai injuriée. » Cette phrase d'Arthur Rimbaud (1854-1891), dans Une saison en enfer en 1873, pourrait constituer le manifeste de la modernité en matière de beauté. Le changement de paradigme, qui fait « découvrir » le champ de la sensibilité esthétique et considérer l'art du point de vue de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-esthetiques-le-beau/#i_35142

ATOMISME

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 360 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une pensée de la matière »  : […] Le véritable fondateur de l'atomisme philosophique est Démocrite (460 ?-370 ? av. J.-C.). Le non-être parménidien se confond avec le vide qui rend possible le mouvement des atomes, dont les formes rondes, anguleuses ou crochues leur permettent ou non de s'assembler. Persuadé que les impressions sensibles et qualitatives résultent du passage d'atomes de formes diverses par les pores des organes de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atomisme/#i_35142

BELAVAL YVON (1908-1988)

  • Écrit par 
  • Michel FICHANT
  •  • 1 982 mots

Yvon Belaval exerce plusieurs métiers (marin, contrôleur des douanes) avant d'être reçu, en 1941, à l'agrégation de philosophie. Professeur au lycée du Mans, puis au lycée Lakanal, il est ensuite détaché au C.N.R.S. (1951-1955) ; chargé de cours, puis maître de conférences aux facultés des lettres de Strasbourg et de Lille, il devient professeur après la soutenance de sa thèse (1960) et est nommé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yvon-belaval/#i_35142

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 603 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bien comme bonheur, ou « eudaimonia »  »  : […] Les philosophes de l'Antiquité ont lié la recherche du bonheur à la moralité. D'où le nom d'eudémonisme (du terme grec eudaimonia , bonheur, prospérité ou félicité) donné à leur philosophie. La thèse centrale de l'eudémonisme a trait à la coïncidence de la poursuite du bonheur et de l'accès à la vertu. Les philosophes antiques l'ont défendue contre les objections communes qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bien-philosophie/#i_35142

BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

  • Écrit par 
  • Gilbert HOTTOIS
  •  • 7 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] L’introduction américaine du néologisme bioethics au début des années 1970 fut précédée par celle du néologisme allemand Bio- Ethik , qui apparaît pour la première fois dans un article de Fritz Jahr en 1927 (« Bio-Ethik: Eine Umschau über die ethischen Beziehungen des Menschen zu Tier und Pflanze », in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioethique-ethique-biomedicale/#i_35142

BRENTANO FRANZ (1838-1917)

  • Écrit par 
  • Samuel Hugo BERGMAN
  •  • 1 608 mots

Dans le chapitre « La vérité et les valeurs »  : […] En ce qui concerne l'essence de la vérité, Brentano a tenu deux positions extrêmes. Au début, il postulait l'existence d'une « vérité en soi », existant indépendamment du sujet. Il affirmait l'existence des entités de raison (nombres, vérités, valeurs), tout en leur niant la réalité au sens où l'on dit qu'un homme ou un animal sont « réels ». Mais cette définition ontologique et « platonicienne » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-brentano/#i_35142

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Visages du capitalisme contemporain »  : […] Le capitalisme d'aujourd'hui n'a plus guère à voir avec celui des années 1970. À nouveau, le temps a fait son œuvre. Au cours de ces toutes dernières décennies, le fait le plus marquant est la montée en puissance des marchés financiers. Les actionnaires retrouvent un pouvoir longtemps délaissé et, au nom de la gouvernance de l'entreprise, ils savent faire pression pour rentabiliser au mieux et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capitalisme-sociologie/#i_35142

CARE, philosophie

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 3 849 mots
  •  • 2 médias

Depuis quelques années, le care suscite une curiosité et une perplexité motivées entre autres par son nom, un terme anglais laissé non traduit, car impossible à rendre en français par un seul mot, tant il engage de notions variées : celles du soin, du souci, de la proximité, du fait de se sentir concerné, donc d'attitudes ou de dispositions morales ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/care-philosophie/#i_35142

C.I.O. (Comité international olympique)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les commissions du C.I.O. »  : […] Le C.I.O. compte de multiples commissions en charge de dossiers spécifiques, certains étant parfois assez éloignés des questions strictement sportives. Le président est membre de droit de toutes les commissions. Certaines sont des commissions permanentes, mais le président peut établir des commissions et groupes de travail sur tout sujet, à chaque fois que cela lui semble nécessaire. Les commissio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comite-international-olympique/#i_35142

CONTROVERSES SCIENTIFIQUES PUBLIQUES

  • Écrit par 
  • Bernard REBER
  •  • 1 714 mots

Dans le chapitre « L'éthique, remède ou poison ? »  : […] Au-delà de cet effort de compréhension, les pouvoirs publics, notamment les offices d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, ont tenté de prendre en compte les diverses dimensions à l'œuvre. Avec la reconnaissance de l'introduction rapide du principe de précaution dans différents textes de lois internationaux et nationaux, qui exige une participation du public, ces offices européen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/controverses-scientifiques-publiques/#i_35142

CRAINTE ET TREMBLEMENT, Soren Kierkegaard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 800 mots
  •  • 1 média

C'est en 1841, la même année que Marx, que Søren Kierkegaard (1813-1855) soutient sa thèse de doctorat, sur Le Concept d'ironie chez Socrate . En 1843, quelques mois après L'Alternative , paraissent, le même jour, le 16 octobre, La Répétition et Crainte et tremblement , où la pensée paradoxale de l'auteur va p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crainte-et-tremblement/#i_35142

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Philosophie, morale, littérature »  : […] L'intérêt traditionnel des philosophes pour la littérature s'est pour sa part intensifié mais aussi déplacé vers une saisie plus radicale de la connaissance à l'œuvre dans les textes littéraires. Jean-Louis Chrétien poursuit ainsi ses recherches sur l'intériorité humaine – qui l'ont conduit dans une perspective phénoménologique à de belles analyses de la voix et de la proue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_35142

DEWEY JOHN (1859-1952)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 897 mots

Dans le chapitre « Dewey psychologue, éducateur et penseur de la démocratie »  : […] Avant d'élaborer son œuvre philosophique, Dewey s'est fait connaître par ses idées en psychologie et surtout par sa philosophie de l'éducation. Celle-ci occupe dans son œuvre une place centrale. Non seulement il s'y est intéressé très tôt (il a créé l'école-laboratoire de l'université de Chicago en 1897), mais l'importance de l'éducation apparaît étroitement liée à sa philosophie de la connaissanc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-dewey/#i_35142

DIFFÉRENCE, philosophie

  • Écrit par 
  • Alfredo GOMEZ-MULLER
  •  • 1 542 mots

Dans le chapitre « La pensée du Même »  : […] En se déployant sur les plans anthropologique et normatif, cette « métaphysique » qui dévalue la différence s'articule avec une compréhension spécifique de l'éthique et du politique. Chez Aristote et une bonne partie de la tradition aristotélicienne, la dépréciation de la différence sous-tend, en éthique, le principe selon lequel le devoir de justice est hiérarchisé en fonction du degré de ressem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/difference-philosophie/#i_35142

ENFANCE (Situation contemporaine) - Évolution de la relation adultes-enfants

  • Écrit par 
  • Alain RENAUT
  •  • 5 424 mots

Dans le chapitre « Esprit de contrat, éthique de sollicitude »  : […] À travers les difficultés soulevées par la mise en œuvre des droits aujourd'hui reconnus aux enfants, c'est en fait la dimension contractualiste du rapport démocratique à l'enfance qui, sinon trouve ses propres limites, du moins a du mal à les définir. Dès lors que nous identifions en effet l'enfant comme porteurs de droits, nous l'envisageons très vite (et aussi, dans son propre développement, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-situation-contemporaine-evolution-de-la-relation-adultes-enfants/#i_35142

ENVIRONNEMENT - Environnement et économie

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX, 
  • Christelle HUE
  •  • 6 537 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les impasses de la rationalité économique conventionnelle »  : […] Des tensions sont évidentes entre les intérêts économiques immédiats des individus et leur empathie ou leur notion de justice. Face à la question de l'engagement de la société à assurer le bien-être des générations futures, la rationalité économique conventionnelle suggérerait que les individus choisiront « rationnellement » d'investir leur ressource pour leur propre épargne plutôt que pour les g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/environnement-environnement-et-economie/#i_35142

ÉPICURE (341-270 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Graziano ARRIGHETTI
  •  • 6 205 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Éthique : se libérer de toute crainte »  : […] De même que cette théorie de la connaissance ne fait que développer les conséquences nécessaires et logiques du principe de la fidélité aux sensations, de même l'éthique épicurienne est tout entière fondée sur le postulat suivant : le plaisir est le bien, la douleur est le mal ; ce sont là les deux affections fondamentales auxquelles toutes les autres se ramènent. Sur le plaisir et la douleur, Ép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epicure/#i_35142

ÉTHIQUE, Baruch Spinoza - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 797 mots
  •  • 1 média

Rédigée entre 1661 et 1675, publiée de façon posthume et quasi anonymement, en 1677, l'année de la mort de son auteur, interdite avec le reste des écrits du philosophe en 1678, l' Éthique ( Ethica ordine geometrico demonstrata ) est une des œuvres majeures de la philosophie occidentale. Contrairement à Descartes, Spinoza (1623-1677) ne s'attarde pas sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique-baruch-spinoza/#i_35142

ÉTHIQUE À NICOMAQUE, Aristote - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 945 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La morale aristotélicienne »  : […] La morale ou l'éthique (les deux termes renvoyant à une même réalité, en latin mores , en grec éthos  : celle qui concerne les « mœurs ») n'est pas constituée par Aristote en science particulière. Le philosophe distingue seulement entre le domaine des affaires humaines (ce que, avec le néo-aristotélisme, on peut appeler philosophie pratique), domaine de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique-a-nicomaque/#i_35142

EUROPE - Diversité religieuse

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE, 
  • Kathy ROUSSELET
  •  • 11 280 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des solutions à construire »  : […] Dans la construction européenne, la place réduite qui est faite aux Églises et à la religion dans les traités mérite réflexion. En premier lieu, il faut mentionner que les dispositions relatives à ces objets sont très limitées et n'ont en 2007 soulevé aucun débat véritable ni pour la petite phrase du Préambule du T.U.E., ni pour l'article 31 du T.F.U.E., ni enfin pour l'article 10 de la Charte des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-diversite-religieuse/#i_35142

ÉVALUATION DE LA RECHERCHE

  • Écrit par 
  • Ghislaine FILLIATREAU
  •  • 3 207 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les dangers du quantitatif pour évaluer la recherche »  : […] Les indicateurs les plus couramment utilisés dans l’évaluation – le nombre de publications, leur facteur d’impact, le « facteur h » ( h - index ) d’un chercheur, le montant des contrats d’un établissement avec le secteur privé… – nécessitent une certaine expertise, parce qu'il y a souvent plusieurs manières de les calculer et de les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evaluation-de-la-recherche/#i_35142

FORCE DE VENTE, gestion

  • Écrit par 
  • Christophe FOURNIER
  •  • 5 374 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Éthique, vente et comportement commercial »  : […] Les comportements des vendeurs ne respectant pas les règles de bonne conduite généralement attendues sont l'une des raisons de l'image négative qui est souvent attribuée aux commerciaux. De tels comportements non éthiques sont dommageables au client mais également à l'employeur, aux collègues ou encore au responsable hiérarchique du vendeur. Casey Donoho et Timothy Heinze (2011) répertorient dif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/force-de-vente-gestion/#i_35142

ÉDITION DU GÉNOME HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Hugues DÉCHAUX
  •  • 6 468 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les termes du débat éthique »  : […] L’une des questions les plus délicates au sujet de l’édition du génome germinal concerne la distinction entre visée thérapeutique destinée à guérir ou prévenir une pathologie et visée méliorative destinée à augmenter les capacités biologiques de l’être humain. Cela se traduit par le fait que les plaidoyers privilégient l’argument thérapeutique alors que les discours hostiles pointent le risque d’u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edition-du-genome-humain/#i_35142

GILLIGAN CAROL (1936- )

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 1 120 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un autre regard sur l’éthique »  : […] Carol Gilligan, après des études en littérature et en psychologie, s’est orientée vers la psychologie sociale pour sa thèse à l’université Harvard, puis dans les recherches qu’elle a menées auprès de Lawrence Kohlberg, psychologue du développement qui l’a influencée... et qui a également fourni le point de départ de ses critiques. À la suite d’une enquête menée auprès de filles et de femmes, elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carol-gilligan/#i_35142

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - L'homme grec

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE
  •  • 8 576 mots

Dans le chapitre « Se délivrer de toute crainte »  : […] Mais est-ce tout ? J'ai mes lupins, mon verre d'eau, ma pèlerine. J'ai amorti, par hypothèse, tout désir vain. Suis-je heureux ? Hélas, il y a encore la crainte. La crainte des dieux, la crainte de la mort, la crainte de la souffrance ! La crainte des dieux ! Cela peut paraître absurde à l'homme moderne qui n'est plus un animal religieux. Mais il suffit d'avoir quelque expérience de la religion po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-l-homme-grec/#i_35142

HABITUS

  • Écrit par 
  • Frédéric GONTHIER
  •  • 1 520 mots

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Dans son sens initial, l'habitus désigne une disposition acquise et stable relevant de l'éthique ou de la noétique. Dans le domaine éthique, l'habitus fait signe vers la vertu morale. Pour Aristote, l'homme vertueux actualise la manière d'être ( hexis ) sur laquelle il a délibéré (Léon Robin, 1947). La scolastique médiévale accentue le caractère actif de cette définition. L'h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/habitus/#i_35142

HÉDONISME

  • Écrit par 
  • Henri WETZEL
  •  • 3 981 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La jouissance et le degré zéro du logos »  : […] Avec Socrate, le problème éthique est au centre des préoccupations d'une philosophie qui se découvre une vocation à l'universalité, et qui rompt avec la confusion polymathique des penseurs précédents. Pour ses successeurs, la question du plaisir n'est pas d'abord un problème, mais une réponse parmi d'autres, dont la nature est telle qu'elle échappe à la juridiction de la raison et de tout discours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hedonisme/#i_35142

HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 352 mots

Dans le chapitre « L'humanité déçue »  : […] Ces différentes compréhensions de l'humanité ont toutes le même présupposé : l'homme est ; sa nature est de devenir humain. Ce prédicat est aujourd'hui remis en question d'une façon radicale, à la fois dans la réflexion philosophique et dans certaines expériences qui ont marqué le xx e  siècle. On ne saisit pas l'humanité à la racine si l'on en fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humanite/#i_35142

INÉGALITÉS - Théories de la mesure des inégalités économiques

  • Écrit par 
  • Thibault GAJDOS
  •  • 4 870 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les axiomes éthiques fondamentaux »  : […] Les axiomes que nous avons vus jusqu'à présent n'ont qu'un contenu éthique limité, et ne sont en rien spécifiques à la mesure des inégalités (on les retrouve, par exemple, dans le domaine de la théorie de l'équilibre général). Toutefois, lorsqu'il s'agit d'évaluer les inégalités, quelques axiomes éthiques élémentaires paraissent incontournables. En premier lieu, il est naturel de supposer que l'id […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inegalites-theories-de-la-mesure-des-inegalites-economiques/#i_35142

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA)

  • Écrit par 
  • Jean-Gabriel GANASCIA
  •  • 5 073 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Questions éthiques  »  : […] Avec l’intelligence artificielle, la plupart des dimensions de l’intelligence – sauf peut-être l’humour – font l’objet d’analyses et de reconstructions rationnelles avec des ordinateurs. De plus, les machines outrepassent les facultés cognitives de l’homme dans la plupart des domaines, ce qui fait craindre à certains des risques d’ordre éthique. On a beaucoup glosé sur la question des voitures au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intelligence-artificielle-ia/#i_35142

JONAS HANS (1903-1993)

  • Écrit par 
  • Nicolas TERTULIAN
  •  • 1 276 mots

Le trajet philosophique de Hans Jonas a connu une ligne de développement sinueuse, sur laquelle on peut distinguer au moins trois étapes. Si les recherches sur la gnose et le gnosticisme ont dominé au début de son activité théorique, il s'est orienté, à partir de la Seconde Guerre mondiale, vers les questions d'ontologie, pour se concentrer finalement sur les questions d'éthique. Profondément marq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-jonas/#i_35142

KOTARBINSKI TADEUSZ (1886-1981)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 879 mots

Logicien et philosophe polonais né à Varsovie, Tadeusz Kotarbinski fait ses études à l'université de Lwów, et obtient en 1912 son doctorat avec une thèse sur L'Utilitarisme dans l'éthique de Mill et de Spencer . De 1918 à 1957, il enseigne à l'université de Varsovie. En 1957, il préside l'Académie des sciences polonaise. De 1957 à 1960, il est vice-président de l'Institut int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tadeusz-kotarbinski/#i_35142

LANCEUR D'ALERTE

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe FOEGLE
  •  • 3 319 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le lancement d'alerte entre dénonciation et désobéissance »  : […] Lancer une alerte est à la fois une forme spécifique de dénonciation et un type particulier de désobéissance. Acte de dénonciation, l'alerte signale toujours des pratiques malhonnêtes, immorales ou illégitimes d’une personne physique ou morale. Mais, à la différence du délateur, le lanceur d'alerte dénonce de manière désintéressée, sans chercher à en tirer un profit personnel. La plupart des légi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lanceur-d-alerte/#i_35142

LEIBNIZ GOTTFRIED WILHELM

  • Écrit par 
  • Martine DE GAUDEMAR
  •  • 5 064 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Éthique : amour et action des esprits »  : […] Une éthique découle de ces vues de Leibniz. La République des esprits est une société virtuelle, gouvernée par les lois de la charité. La réciprocité y soutient les droits et les obligations mutuelles, annonçant ainsi la future Justice de Dieu. Travailler au bien commun, c'est la pierre de touche de l'amour de Dieu. L'amour de Dieu ou du bien public donne le plus grand plaisir. Car aimer c'est to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leibniz-g-w/#i_35142

LÉVINAS EMMANUEL (1905-1995)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 188 mots

Dans le chapitre « Autrui me regarde : l'épiphanie du visage »  : […] L'expérience du « déchirement profond d'un monde attaché à la fois aux philosophes et aux prophètes » ( Totalité et Infini ) est un aspect du thème central autour duquel gravite Totalité et Infini , qu'explicite le sous-titre : Essai sur l'extériorité . Lévinas cherche à étayer par des descriptions phénoménologiques originales sa t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-levinas/#i_35142

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 650 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Être de l'acte et éthique de l'action »  : […] C'est dans les termes suivants qu'on a, au début de cet article, introduit le troisième discours : comment la réalité dans son ensemble doit-elle être constituée pour que l'homme y soit un agent, c'est-à-dire l'auteur de ses actes, au double sens du pouvoir psychologique et de l'imputation morale que les deux premières recherches ont permis d'élaborer ? Cette question ouvre un type d'investigatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/#i_35142

MARQUE, marketing

  • Écrit par 
  • Jean-Noël KAPFERER
  •  • 6 498 mots

Dans le chapitre « La marque : une source de valeurs ajoutées »  : […] Pour se développer, la marque doit être plus qu'un repère de valeurs ; elle doit être porteuse de valeurs ajoutées. Antoine Riboud, fondateur du groupe Danone, disait à ses équipes : « Ne dites pas que vous vendez des yaourts, vous vendez des Danone. » C'est-à-dire un mélange de santé, de modernité, de plaisir aussi, jamais démentis. Face à une concurrence qui ne cesse de progresser, le rôle de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marque-marketing/#i_35142

MŒURS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 7 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La morale subjective et la moralité réalisée »  : […] Montesquieu reconnaît aux mœurs et aux manières une constance et une consistance qui les constituent comme des objets naturels. C'est pourquoi il recommande aux législateurs de n'aborder les coutumes des peuples que d'« une main tremblante ». Mais sa prudence et son empirisme laissent en suspens le statut de ces règles coutumières qui parmi d'autres déterminations gouvernent les hommes. Il est cla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moeurs/#i_35142

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Étymologiquement, « morale » vient du latin ( philosophia ) moralis , traduction par Cicéron, du grec ta èthica  ; les deux termes désignent ce qui a trait aux mœurs, au caractère, aux attitudes humaines en général et, en particulier, aux règles de conduite et à leur justification. On réserve parfois, mais sans qu'il y ait accord su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_35142

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hegel et les représentations religieuses »  : […] Hegel ouvre une autre possibilité. Les représentations religieuses ne sont pas pour lui au-delà de la limite prescrite par une raison qui se censure elle-même ; elles sont, au contraire, en deçà d'un achèvement du savoir, dans la conscience de soi de l'esprit absolu. Les représentations religieuses ne sont pas alors aux confins de la frontière ; elles appartiennent à l'étape avant-dernière d'un i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-l-interpretation-philosophique/#i_35142

NATUREL DROIT

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 5 966 mots

Dans le chapitre « Affectivité, raison et histoire »  : […] La question posée revient à celle plus primitive de la possibilité rationnelle du concept de nature. C'est souvent en niant le devenir que la philosophie classique, oubliant l'intuition aristotélicienne qui est de penser tout ensemble le changement et la permanence, s'est voulue à la fois philosophie de l'éternel et philosophie du réel. Le réel était conçu d'une manière unilatérale sur le mode de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-naturel/#i_35142

NATURE WRITING, littérature

  • Écrit par 
  • Yves-Charles GRANDJEAT
  •  • 3 697 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’essor contemporain »  : […] Cette nouvelle pensée trouve sa première formulation explicite dans l' A lmanach d’ un comté des sables (1949). Aldo Leopold y annonce le mouvement écologiste contemporain en formulant sa fameuse « éthique de la terre », ouvrant ainsi formellement le champ de l’éthique environnementale : « l’éthique de la terre se contente d’étendr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-writing-litterature/#i_35142

NON-VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Jacques SEMELIN
  •  • 5 877 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Violence immorale »  : […] Divers philosophes ont argumenté contre la violence au nom d'une éthique du politique, soulignant que la visée même du politique est de réduire la violence. Il s'agit notamment d'Emmanuel Mounier, Simone Weil, Paul Ricœur, Hannah Arendt, Emmanuel Lévinas. Karl Popper développe l'idée que le principe même de la démocratie doit être celui de la non-violence. Et pour Eric Weil, « le progrès vers la n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-violence/#i_35142

NORME SOCIALE

  • Écrit par 
  • Pierre DEMEULENAERE
  •  • 1 340 mots

Dans le chapitre « Définitions »  : […] Pour définir les normes sociales, il faut les considérer de deux points de vue. D'une part, on tend, depuis Talcott Parsons, à les faire dériver de valeurs partagées par tout ou partie de la société : les normes correspondent à des applications particulières de valeurs sociales, qui ont une plus grande généralité. Les normes déterminent alors les rôles et les attentes qui conditionnent les intera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norme-sociale/#i_35142

OBÉISSANCE (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michel CHAMBON, 
  • Michaël DAMBRUN
  •  • 1 000 mots

Dans le chapitre « Développements »  : […] Les questions éthiques soulevées par ces expériences (usage abusif de la duperie, perturbations de la santé mentale des participants) ont favorisé un vif débat et plusieurs protocoles ont été développés pour minimiser les risques. Il existe par exemple une version « adoucie » du protocole originel qui s’est avérée utile ; elle consiste à limiter le voltage ultime à 150 volts. D’autres chercheurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/obeissance-psychologie/#i_35142

PÉCHÉ, religion

  • Écrit par 
  • Jacques POHIER
  •  • 6 302 mots

Dans le chapitre « Péché et mutations philosophiques de l'éthique »  : […] Les importantes mutations culturelles engendrées ou favorisées par les découvertes, les théories et les pratiques des différentes disciplines évoquées ci-dessus se sont conjuguées avec des mutations non moins importantes, et à peine plus anciennes, dans la conception même qu'on se fait, au moins en Occident, de la moralité et de ce qu'elle représente pour l'homme. Hegel marque sur ce point une ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche-religion/#i_35142

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La vague éthique »  : […] C'est probablement le champ normatif de l'éthique et du politique qui tend à dominer la scène de la philosophie, tant dans son histoire académique que dans sa réception culturelle. L'éthique est devenue, après l'effondrement des grandes idéologies sociopolitiques, un point de passage obligé, quand elle ne tient pas lieu de slogan pour nos sociétés. De nombreux travaux continuent de faire un état d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_35142

PLAGIAT

  • Écrit par 
  • Hélène MAUREL-INDART
  •  • 5 722 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le plagiat à l’ère du marketing éditorial »  : […] Quérard et Balzac dénonçaient dès le xix e  siècle le négoce dont le livre faisait l’objet ; les moyens de publicité et de diffusion – et les profits s’y rapportant – n’avaient pourtant pas encore atteint les niveaux actuels et justifié le recours de plus en plus fréquent à la délégation d’écriture, au détournement de manuscrit, à la rémunération […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plagiat/#i_35142

LE PRINCIPE RESPONSABILITÉ, Hans Jonas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 802 mots

Œuvre de maturité, Le Principe Responsabilité , paru en Allemagne en 1979, a reçu une audience qui dépasse de beaucoup celle des autres travaux de son auteur, Hans Jonas (1903-1993), élève de Husserl, Heidegger et Bultmann, d'abord spécialiste de La Religion gnostique (1930, trad. franç. 1978), qui enseigna à Jérusalem, puis, pour l'essentiel, en Amériq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-principe-responsabilite/#i_35142

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « La raison et la pratique »  : […] Nous avons noté incidemment que les acteurs humains n'étaient guère en tant que tels des êtres rationnels. L'homme peut-il s'efforcer d'agir rationnellement ? Une interprétation à tous égards radicale de l'expérience humaine est celle de Spinoza. Pour l'un des plus grands parmi les philosophes, la réalité, ou substance, qui est une tout en se déployant parallèlement sous différents attributs, don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisme/#i_35142

RECONSTRUCTION EN PHILOSOPHIE, John Dewey - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 891 mots

Dans le chapitre « Un « nouveau paradigme en philosophie » »  : […] Une telle tâche ne se conçoit pas sans un examen des impasses dans lesquelles la philosophie s'est historiquement engagée. Le livre, à cet égard, approfondit la critique pragmatiste de l'intellectualisme et des différentes formes de carcans dont il a été la source en privilégiant une essence fixe des choses, ainsi qu'une conception de la raison étrangère à l'esprit de la recherche. Un tel réexamen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reconstruction-en-philosophie/#i_35142

RELIGION - La sécularisation

  • Écrit par 
  • François-André ISAMBERT
  •  • 3 409 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'autonomisation du profane »  : […] Tout le monde pense, à propos de sécularisation, à Galilée, à l'autorité passée de l'Église en matière scientifique et à la conquête que la science a faite de son autonomie, laquelle a été reconnue, dans son ensemble, par l'Église elle-même. Si l'on entend ainsi par sécularisation le développement d'un secteur d'activité qui échappe à l'emprise religieuse, il est important de distinguer du précéde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-la-secularisation/#i_35142

RELIGION - Sociologie religieuse

  • Écrit par 
  • Olivier BOBINEAU
  •  • 6 053 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Analyse wébérienne »  : […] Pour Max Weber , la religion est une tentative d'arrachement au monde : elle peut être une distance à soi, une méthode de conduite mais aussi un prophétisme, une relation émotionnelle à une transcendance fondatrice qui produit historiquement un processus de rationalisation, que l'on désigne couramment par « désenchantement du monde ». En premier lieu, pour le sociologue allemand, la religion pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-sociologie-religieuse/#i_35142

RESPONSABILITÉ

  • Écrit par 
  • Jacques HENRIOT
  •  • 2 319 mots

Dans le chapitre « L'idée de responsabilité »  : […] Est-ce une forme d'ordre que défend le théoricien lorsqu'il met en avant le principe de responsabilité ? Dans ce cas, ne se rend-il pas complice de ceux à qui la morale sert de caution ? Voilà qui aiderait à comprendre, outre le sens des tentatives de « démystification » de la notion de responsabilité, les aspects multiples sous lesquels se présente la tentation de l'irresponsabilité. L'irresponsa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite/#i_35142

RESPONSABILITÉ SOCIALE DES SCIENTIFIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques TESTART
  •  • 7 658 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Chercheurs résistants »  : […] On ne peut pas accepter la charge sociale de producteur de savoir sans endosser la responsabilité de ce qu'il adviendra de ce savoir, au moins quand les enjeux technologiques ont été définis ou quand il y a déjà controverse sur l'usage à venir des innovations ainsi préparées. Bien sûr, nul ne sait exactement ce qui pourrait advenir d'un nouveau savoir, mais c'est aussi cet imprévisible qui oblige […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite-sociale-des-scientifiques/#i_35142

SCHELER MAX (1874-1928)

  • Écrit par 
  • Daniel CHRISTOFF
  •  • 2 381 mots

Dans le chapitre « Les valeurs et l'éthique »  : […] Scheler a développé sa théorie des valeurs en critiquant la morale formelle de Kant ( Le Formalisme en éthique et l'éthique matériale des valeurs ). Cette morale rigoriste, en affirmant que la volonté se donne à elle-même sa loi, rend vaine l'autorité de Dieu, de la personne, du commandement d'amour ; hostile aux penchants, elle ignore la lucidité spirituelle des sentiments q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-scheler/#i_35142

SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 154 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une anthropologie pessimiste »  : […] Schopenhauer reproche avec virulence aux religions du Livre leur mépris de l' animalité, et la supériorité des religions de l'Inde sur ce point lui paraît manifeste. Mais il est vrai qu'avec le langage l'homme devient capable de se détacher de l'expérience immédiate, de penser le passé et l'avenir, de prendre conscience d'être mortel et de se poser la question du sens de son existence. Là est la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schopenhauer/#i_35142

SCIENCES - Sciences et société

  • Écrit par 
  • Federico MAYOR, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 9 650 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Éthique et pouvoir »  : […] La science doit se doter d'une conscience. Les chercheurs ne doivent pas rester dans leur tour d'ivoire, ils doivent s'exprimer ; ils doivent s'intéresser de plus près au processus de la prise de décisions et, dans la mesure du possible, s'y intégrer au lieu d'en faire trop souvent l'objet. Ils doivent être libres d'informer et de conseiller sans se laisser réduire au simple rôle d'outils dont l'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sciences-et-societe/#i_35142

SÉNÈQUE (4 av. J.-C. - 65 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Ilsetraut HADOT
  •  • 4 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Signification philosophique de l'œuvre »  : […] L'œuvre de Sénèque constitue une source précieuse pour la connaissance de la philosophie d'époque hellénistique et impériale. Pour toute la période qui va de la fondation de l'école stoïcienne, vers 300 avant J.-C., jusqu'au i er  siècle après J.-C., ses écrits représentent la seule œuvre d'envergure composée par un stoïcien qui nous soit parvenue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seneque/#i_35142

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 488 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'impensable objet de pensée : l'essai et l'impresceptible »  : […] Etre « le témoin du témoin » signifie, au-delà même de la parole des rescapés, la réverbération à l'infini de l'anéantissement. Être « le témoin du témoin » proclame qu'il y a imprescriptibilité de la mémoire et de son dire, tout comme il y a imprescriptibilité du crime. Qu'est-il advenu à l'homme, dans cet effondrement de l'humain ? Rien d'étonnant à ce que Primo Levi et Robert Antelme s'interrog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_35142

SINGER PETER (1946- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 493 mots

Dans le chapitre « Un utilitarisme pour notre temps »  : […] Conformément aux principes éthiques qui guident sa pensée et ses écrits à partir des années 1970, Singer consacre une grande partie de son temps et de son énergie (ainsi qu’une partie importante de ses revenus) à des causes politiques et sociales : tout particulièrement les droits des animaux, mais aussi la lutte contre la famine et la pauvreté, la protection de l’environnement naturel et le droi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-singer/#i_35142

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Le spinozisme passe ordinairement pour être la philosophie même de la totalité, de la nécessité et de l'éternité. Mais comme ces concepts, destinés à définir l'être de la Substance, ou Nature, sont saisis et posés par la seule raison, en même temps que leurs implications sont déployées selon la plus rigoureuse, la plus « mathématique » et la plus abstraite des nécessités, le spinozisme se donne à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_35142

STOÏCISME

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Urs EGLI
  •  • 7 430 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La morale »  : […] L'éthique stoïcienne étend à la conduite humaine l'empire du logos qui règle nos pensées et régit l'univers. Mais l'homme a-t-il encore quelque chose à faire dans ce monde dont il est une partie, et que gouverne l'immuable destin ? Le stoïcisme passe pour une philosophie de l'acceptation, de la résignation. La liberté qu'il promet n'est-elle qu'un esclavage intériorisé, magi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stoicisme/#i_35142

TECHNIQUE

  • Écrit par 
  • Cornélius CASTORIADIS
  •  • 12 508 mots

Dans le chapitre « La technique, l'éthique et la politique »  : […] Langue et culture contemporaines n'ont à peu près rien écarté de la constellation de significations du terme grec. La technique est ainsi mise en œuvre d'un savoir, pour autant qu'elle se distingue de ce savoir comme tel ; pour autant aussi qu'elle ne prend pas en considération les fins ultimes de l'activité dont il s'agit : déjà Aristote disait que « dans la technè , celui q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/technique/#i_35142

TŌRAH

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 2 855 mots
  •  • 3 médias

Le judaïsme se distingue des autres religions révélées par le fait qu'il place au centre de la révélation la Tōrah , la «   Loi » . Non qu'il faille confondre Loi et légalisme : à côté des prescriptions religieuses, éthiques et sociales, la Tōrah ne cesse de parler, à travers les récits qui la composent, du « Dieu unique », maître de l'histoire et créateur des cieux et de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/torah/#i_35142

TOTALITÉ ET INFINI, Emmanuel Lévinas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 711 mots

Dans le chapitre « Une pensée du visage »  : […] Autrui, ici, n'est pas l'alter ego, l'autre moi que je rencontre dans les luttes, plus ou moins pacifiques, du monde quotidien. Le rapport à autrui, dont le face-à-face est la modalité la plus exemplaire, ne saurait se dire en effet dans les termes par lesquels s'affirment les rapports aux choses du monde. Le visage auquel Totalité et Infini consacre des pages inoubliables n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/totalite-et-infini/#i_35142

VALEURS, sociologie

  • Écrit par 
  • Patrick PHARO
  •  • 2 321 mots

Dans le chapitre « Qu'est-ce qu'une valeur morale ? »  : […] Malgré les doutes qu'elle exprime sur l'universalité des valeurs, l'œuvre de Max Weber offre néanmoins des ressources intéressantes pour surmonter certaines des difficultés qui viennent d'être évoquées. Pour Weber, en effet, toutes les valeurs n'appartiennent pas nécessairement au domaine de la morale. Les valeurs proprement éthiques sont historiquement liées, selon lui, aux religions du salut, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-sociologie/#i_35142

VERTU

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 4 480 mots

Dans le chapitre « Le mythe vertuiste »  : […] « La vertu antique (αρετ̀η), écrit Hegel, avait une signification précise et sûre, car elle avait son contenu solide dans la substance du peuple, et elle se proposait comme but un bien effectivement réel, un bien déjà existant. » Comment contester l'exigence d'αρετ̀η, quand celle-ci est conçue, suivant les termes de Gorgias, comme « la chose donnant à qui la possède la liberté pour lui-même et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertu/#i_35142

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 783 mots

Dans le chapitre « Le contexte « éthique » : Aristote »  : […] C'est d'abord dans le cadre d'une éthique que, pour la première fois, Aristote a conçu une analyse – subordonnée mais néanmoins distincte – du volontaire et de l'involontaire. Cette analyse, recueillie dans le livre III de l' Éthique à Nicomaque , contient en germe, outre les développements que lui donneront la psychologie médiévale et celle du xvii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/#i_35142

WEBER MAX (1864-1920)

  • Écrit par 
  • Julien FREUND
  •  • 3 661 mots

Dans le chapitre « Les lignes directrices de la philosophie wébérienne »  : […] La désagrégation lente mais irréversible du christianisme, qui ne cesse de s'accentuer depuis plus d'un siècle, et la floraison conjointe des philosophies les plus diverses réveillent dans l'âme humaine des déchirements et des ruptures que le pathos unitaire grandiose de l'éthique chrétienne avait réussi à masquer pendant plus d'un millénaire. La nouvelle affirmation du pluralisme des valeurs qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-weber/#i_35142

WILLIAMS BERNARD (1929-2003)

  • Écrit par 
  • Thomas NAGEL
  • , Universalis
  •  • 967 mots

Philosophe anglais né le 21 septembre 1929 à Westcliff (Essex), mort le 10 juin 2003 à Rome. Bernard Arthur Owen Williams fait ses études au Balliol College à Oxford. Professeur de philosophie à l'université de Cambridge de 1967 à 1979, il en dirige le King's College de 1979 à 1987. Il enseigne ensuite à Berkeley de 1988 à 2003 et à Oxford de 1990 à 1996. Passionné d'opéra, il prend part à la vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-williams/#i_35142

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul RICŒUR, « ÉTHIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique/