BEARDSLEY AUBREY VINCENT (1872-1898)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Remarquable illustrateur, Beardsley est, après Oscar Wilde, le personnage le plus célèbre du mouvement esthétisant et décadent qui marque en Angleterre la dernière décennie du xixe siècle.

Beardsley s'intéresse au dessin dès l'enfance. Arrivé à Londres en 1888, il continue à dessiner tout en travaillant dans une compagnie d'assurances. Une visite à Edward Burne-Jones, en 1891, le détermine à assister aux cours du soir de la Westminster School of Art pendant quelques mois — c'est le seul enseignement artistique qu'il ait jamais reçu. En 1892, il illustre dans un style encore proche de celui de Burne-Jones et de William Morris une nouvelle édition de Le Morte Darthur de sir Thomas Malory ; en 1894, il est engagé comme directeur artistique et illustrateur d'une nouvelle revue trimestrielle, le Yellow Book. Ces œuvres, et les planches qu'il réalise pour la Salomé de Wilde, en 1893, lui valent la notoriété ; les critiques, qui avaient salué en ce tout jeune artiste le successeur de Morris, vont bientôt dénoncer en lui l'artiste décadent. Très influencée par l'Art nouveau et par l'art japonais, l'œuvre de Beardsley se caractérise par les effets des noirs et des blancs très contrastés, l'utilisation économe, mais subtile, du trait, l'élongation des personnages sinueux comme des lianes. Le type féminin qu'il crée, la Beardsley Woman équivoque, énigmatique, d'une sensualité morbide, effraie les critiques autant que la bourgeoisie victorienne.

À l'époque des scandales suscités autour de Wilde dont le procès s'engage alors, des pressions conduisent Beardsley à démissionner du Yellow Book en 1895, au moment où il préparait le cinquième numéro de la revue. Il travaille pour un autre nouveau magazine, The Savoy, publié par un éditeur de livres érotiques. Pendant les deux dernières années de sa vie, il illustre dans un style moins original, plus rococo, de nombreux livres : en 1896, par exemple, The Rape of the Lock, et Lysistrata d'Aristophane. Au cours de cette période, il écrit aussi quelques poèmes et un roman inachevé d'une remarquable indécence, qui s'inspire de la légende de Tannhäuser, Sous la colline (Under the Hill, 1903) ; la version originale non expurgée, L'Histoire de Vénus et de Tannhäuser (The Story of Venus and Tannhauser), parut en 1907.

Rongé par la tuberculose, Beardsley se tourne vers le catholicisme et souhaite la destruction de ses œuvres. Quand il meurt en France, il n'a pas vingt-six ans, mais sa brève carrière aura profondément transformé l'art de l'illustration.

—  Élisabeth ZADORA

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BEARDSLEY AUBREY VINCENT (1872-1898)  » est également traité dans :

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 815 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Art nouveau »  : […] La tendance allant vers une simplification des formes et, partant, vers une plus grande efficacité, est toutefois contrebalancée par les surcharges ornementales de l'Art nouveau, mouvement qui se cristallise sur le plan mondial à la fin du xix e  siècle, et entend se manifester dans tous les domaines des arts majeurs et appliqués. Alfons Mucha, qui réalise à partir de 1894 des affiches de théâtr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affiche/#i_11825

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 789 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « « L'arabesque volutante et longuement déroulée » (Émile Verhaeren) »  : […] Le japonisme de Whistler et le climat sulfureux entourant Oscar Wilde, qui venait d'achever sa pièce Salomé , inspirèrent Aubrey Beardsley dont les dessins, parus dans le premier numéro de la revue The Studio , sont parcourus d'arabesques. Leitmotiv de l'Art nouveau, cette ligne fluide et élégante qui émouvait tant les amateurs d'estampes japonaises apparaît d'abord dans la peinture et les arts […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-nouveau/#i_11825

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Occident »  : […] On ne parlera ni du Moyen Âge (il connut une vie érotique intense, mais qui a été avare de documents figuratifs de ce genre, même sur les rites des sorcières qui continuaient des cérémonies magiques très anciennes) ni de la Renaissance (le geste du jeune homme qui introduit la main dans la jupe de la jeune fille dans la célèbre fresque de Francesco Del Cossa, 1436-1478, au palais de Schifanoia à F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_11825

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Orientations des recherches graphiques »  : […] « Aujourd'hui, écrit Huysmans en 1880, pour plaire à cette cohue d'acheteurs qui fait emplette de livres soi-disant de luxe, par prose, par vogue, il faut recommencer les mièvreries du dernier siècle... » Le livre Art nouveau doit d'abord être compris comme une réaction moderniste contre ce passéisme et cet éclectisme régnants. Il rapproche l'art du livre des arts vivants (affiche, architecture, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_11825

MOSER KOLOMAN (1868-1918)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 2 044 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De la Sécession à la Wiener Werkstätte »  : […] En 1898, Moser prend une part importante dans la publication Ver Sacrum où s'élaborent le style et les projets du groupe. Les membres de la Sécession s'inspirent notamment des expériences de Greene, de Charles Rennie Mackintosh en Écosse et de Henry van de Velde en Belgique, afin de mettre en œuvre les éléments d'un « art total » propre à l'Autriche. Le titre Ver Sacrum (« Printemps sacré ») n'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/koloman-moser/#i_11825

Pour citer l’article

Élisabeth ZADORA, « BEARDSLEY AUBREY VINCENT - (1872-1898) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aubrey-vincent-beardsley/