LÀ-BAS, Joris-Karl HuysmansFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Là-bas, publié en 1891, J.-K. Huysmans (1848-1907) rompt avec le naturalisme, mouvement littéraire dans lequel il s'inscrivait depuis quinze ans et qui avait fait de lui, aux côtés d'Henri Céard, Léon Hennique et Guy de Maupassant, le compagnon de route d'Émile Zola. Certes, À rebours, sept ans plus tôt, avait amorcé un tournant. En créant le personnage de Jean Floressas des Esseintes, aristocrate dandy et névrosé qui s'efforce d'inventer un univers où l'art supplanterait la vie et l'artifice la nature, Huysmans avait cessé de faire de la littérature le simple reflet du réel, ouvrant la voie au décadentisme et au symbolisme. Il tournait ainsi le dos à ses précédents romans, d'un hyperréalisme terrifiant, qui se voulaient avant tout des documentaires sociaux retraçant l'histoire d'une fille (Marthe, 1876), d'une famille ouvrière (Les Sœurs Vatard, 1879), d'un petit rentier cocu (En ménage, 1881), ou encore d'un rond-de-cuir (À vau-l'eau, 1882).

Là-bas entérine ce revirement. Dès les premières lignes du roman, l'auteur se livre à un cinglant procès du naturalisme, qu'il accuse d'avoir « rejeté toute pensée altière, tout élan vers le surnaturel et l'au-delà » et « incarné le matérialisme dans la littérature », tout en rendant néanmoins hommage à ses apports et à ses novations. L'accusation n'est donc pas tant esthétique que philosophique, voire existentielle.

Or, à l'approche des années 1890, Huysmans s'engage dans une longue quête spirituelle qui le conduira à l'entrée du monastère. Barbey d'Aurevilly lui avait d'ailleurs prédit qu'après À rebours, il ne lui restait plus à choisir qu'entre la bouche du pistolet et les pieds de la croix. D'où, désormais, son rejet de ce qui relève du positivisme et de la rationalité. Il rêve d'une littérature où le réalisme favoriserait une « échappée hors des sens, ver [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification

Les derniers événements

Kosovo. Démission du président Hashim Thaçi. 5-11 novembre 2020

de l’UÇK Kadri Veseli et l’ancien commandant de la guérilla Rexhep Selimi. L’ancien porte-parole de l’UÇK Jakup Krasniqi avait été transféré aux Pays-Bas la veille. La présidente du Parlement Vjosa Osmani assure l’intérim à la tête de l’État. Du 9 au 11, lors de leurs premières comparutions devant le tribunal, les quatre inculpés plaident non coupables. […] Lire la suite

Union européenne. Veto de la Hongrie et de la Pologne au lien entre plan de relance européen et respect de l’État de droit. 5-16 novembre 2020

budgétaire. De leur côté, les pays membres dits « frugaux » – Pays-Bas, Suède, Autriche, Danemark – ont fait de cette référence une condition de leur soutien à un plan de relance fondé sur un emprunt commun. Le 16, la Hongrie et la Pologne mettent leur menace à exécution, rejetant le budget pluriannuel […] Lire la suite

Algérie. Référendum constitutionnel. 1er-3 novembre 2020

, est le plus bas enregistré depuis l’indépendance du pays en 1962. Le préambule de la nouvelle Constitution fait référence au « Hirak populaire originel », privilégiant la phase du mouvement de contestation qui a abouti à la démission du président Abdelaziz Bouteflika en avril 2019, plutôt […] Lire la suite

Pays-Bas. Accusation de torture portée contre le régime syrien. 18 septembre 2020

Le gouvernement de Mark Rutte accuse le régime syrien de Bachar al-Assad de s’être « rendu coupable à grande échelle de violations de droits de l’homme » et notamment de la Convention des Nations unies contre la torture, que La Haye et Damas ont signée. Dans une démarche inédite, il adresse une note diplomatique à l’ambassade de Syrie à Genève, exigeant du régime syrien qu’il accepte la responsabi […] Lire la suite

Liban. Verdict du procès de l’attentat contre l’ancien Premier ministre Rafic Hariri. 18 août 2020

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) siégeant à La Haye (Pays-Bas) rend son verdict dans le procès de l’attentat qui avait coûté la vie à l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, en février 2005. Chef de l’opération meurtrière, Salim Ayyash est reconnu coupable, en son absence, d’acte terroriste […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « LÀ-BAS, Joris-Karl Huysmans - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-bas/