KORNGOLD ERICH WOLFGANG (1897-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hollywood

En 1934, Korngold accepte l'invitation de Max Reinhardt de se rendre en Californie afin d'adapter la musique de Felix Mendelssohn-Bartholdy pour un film de la Warner d'après la pièce de Shakespeare A Midsummer Night's Dream (Le Songe d'une nuit d'été, 1935), réalisé par Max Reinhardt et William Dieterle. La Warner l'engage et Korngold va devenir un des principaux compositeurs de musiques de film de Hollywood, travaillant principalement pour cette firme, au sein de laquelle il bénéficie de prérogatives exceptionnelles, puisqu'il a même la liberté d'agir sur le montage. Réinventant entièrement ce genre musical, il va signer une vingtaine de partitions majeures (il refusera toujours le rythme de travail effréné de son compatriote Max Steiner, dont la production est pléthorique). Très curieux des choses du cinéma, il considère la musique comme un élément du processus narratif et non pas comme un élément extérieur à l'histoire. Pour lui, la musique a pour fonction d'installer une atmosphère lors de la présentation d'un personnage, d'exprimer une attitude ou de préciser une pensée. Le style de Korngold, qui s'inscrit dans la tradition de Wagner, de Puccini et de Richard Strauss, correspond parfaitement à l'idéal américain de la musique de film, à laquelle il va se consacrer presque exclusivement jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Son nom demeure en particulier attaché au duo Michael Curtiz et Errol Flynn. Il compose les partitions originales pour Captain Blood (Capitaine Blood), de Michael Curtiz (1935), et Antony Adverse (Anthony Adverse, marchand d'esclaves), de Mervyn LeRoy (1936), pour lequel le directeur musical de la Warner, Leo Forbstein, se voit attribuer l'oscar de la meilleure musique à sa place ! Suivent Another Dawn (La Tornade), de William Dieterle (1937), The Prince and the Pauper (Le Prince et le pauvre), de William Keighley (1937). En 1938, la musique qu'il a écrite pour le film de Michael Curtiz et William Keighley The Adventures of Robin Hood (Les Aventures de Robin des bois) lui fait cette fois remporter l'oscar. Il revient de temps à autre en Europe, mais l'Anschluss entraîne l'annulation de la création de son cinquième opéra, Die Kathrin, sur un livret de Ernst Decsey d'après une nouvelle de Heinrich Eduard Jacob ; l'ouvrage sera créé à Stockholm, le 7 octobre 1939. Korngold, d'origine juive et qui est considéré par les nazis comme un des représentants de l'« art dégénéré », regagne précipitamment les États-Unis en janvier 1938. Il continue de composer pour le cinéma, signant notamment les partitions de Juarez (Juarez et Maximilien), de William Dieterle (1939), de trois nouveaux films de Michael Curtiz – The Private Lives of Elizabeth and Essex (La Vie privée d'Élisabeth d'Angleterre, 1939), The Sea Hawk (L'Aigle des mers, 1940) et The Sea Wolf (Le Vaisseau fantôme, 1941) –, de Kings Row (Crimes sans châtiment), de Sam Wood (1941), Of Human Bondage (Servitude humaine), de John Cromwell (1946), et Deception (Jalousie), de Irving Rapper (1946), qui marque la fin de sa période hollywoodienne. Korngold avait reçu en 1943 la nationalité américaine.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « KORNGOLD ERICH WOLFGANG - (1897-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/erich-wolfgang-korngold/