Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NIKISCH ARTHUR (1855-1922)

Arthur Nikisch - crédits : Nicola Perscheid/ ullstein bild/ Getty Images

Arthur Nikisch

Parmi les grands chefs d'orchestre qui ont assuré la transition entre le xixe et le xxe siècle, Arthur Nikisch est l'un des rares dont il soit encore possible d'apprécier les qualités car, à la veille de la Première Guerre mondiale, il a signé quelques enregistrements qui nous révèlent un musicien passionné, instinctif et méticuleux. La beauté du son était l'élément primordial de ses interprétations et il l'obtenait de façon irrationnelle, ne sachant souvent pas lui-même comment il y parvenait. Sa gestique est restée célèbre et elle devait certainement évoquer quelque chose de concret pour les instrumentistes qui jouaient sous sa baguette comme avec nul autre chef.

Arthur Nikisch naît le 12 octobre 1855 à Lébényi Szent Miklos, en Hongrie. Il fait ses études musicales au conservatoire de Vienne où il travaille le violon avec Hellmesberger, la composition avec Dessoff et le piano avec Schenner. Dès 1873, il fait partie de l'orchestre de la Cour où il joue sous les plus prestigieuses baguettes ; il participe également au concert inaugural du festival de Bayreuth en jouant la Neuvième Symphonie de Beethoven sous la direction de Wagner. En 1878, il débute comme chef des chœurs au théâtre de Leipzig où il nommé chef permanent un an plus tard. Il se montre le champion de toutes les musiques nouvelles, impose Wagner et Liszt, crée en 1884 la Septième Symphonie de Bruckner et donne leur chance à des compositeurs comme Goldmark, Götz, Goldschmidt ou Rubinstein en faisant jouer certains de leurs opéras que la postérité n'a pourtant pas retenus. Il dirige aussi les premières œuvres d'un tout jeune compositeur, Mahler, et laisse s'exprimer librement tous les courants nationalistes dont la musique de l'Europe centrale se fait l'écho. En 1889, il est appelé à la tête de l'orchestre symphonique de Boston et y reste jusqu'en 1893. De retour en Europe, il dirige pendant deux ans l'Opéra de Budapest puis, en 1895, il est nommé simultanément à la tête de l'orchestre du Gewandhaus de Leipzig et de la Philharmonie de Berlin où il succède à Bülow. Deux ans plus tard, il prend également la direction des concerts philharmoniques de Hambourg. Par la suite, il sera nommé directeur des études au conservatoire de Leipzig et chef d'orchestre au Stadttheater de cette même ville (1905-1906). Il s'éteindra le 22 janvier 1922 à Leipzig.

La carrière de Nikisch a servi de modèle à nombre de ses successeurs. Si la formation de chef lyrique était une base traditionnelle en Allemagne à cette époque (et l'est encore aujourd'hui), les chefs d'orchestre respectaient un attachement quasi exclusif à l'orchestre ou au théâtre qui les employait. En menant une carrière de chef invité parallèlement aux nombreuses fonctions permanentes qu'il a occupées, Nikisch a ouvert la voie aux carrières itinérantes qui n'ont fait que se développer, la rapidité des déplacements aidant.

— Alain PÂRIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Arthur Nikisch - crédits : Nicola Perscheid/ ullstein bild/ Getty Images

Arthur Nikisch

Autres références

  • BERLIN ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE

    • Écrit par Alain PÂRIS
    • 1 289 mots
    • 4 médias

    Fondé en 1882, l'Orchestre philharmonique de Berlin (Berliner Philharmonisches Orchester) a toujours été considéré comme l'une des meilleures et des plus prestigieuses formations symphoniques du monde. Son homogénéité, l'élan collectif qui s'en dégage reflètent dans ce qu'elle a de plus fort...

  • FURTWÄNGLER WILHELM (1886-1954)

    • Écrit par Alain PÂRIS
    • 2 265 mots
    • 2 médias
    ...qui la musique naissait du silence d'une partition et non de l'écoute d'un enregistrement. Et il ne se reconnaissait qu'un seul maître en la matière, Arthur Nikisch : « De lui, j'ai appris le son, la façon d'obtenir le son. » Il ne faudrait pas comparer cette conception du son à celle de certains magiciens...
  • GEWANDHAUS DE LEIPZIG ORCHESTRE DU

    • Écrit par Alain PÂRIS
    • 1 175 mots
    • 4 médias

    Les premières bases de ce qui allait devenir l'une des plus importantes institutions musicales allemandes remontent à 1743 lorsque se constitue à Leipzig une petite société de concerts dotée à l'origine de seize musiciens sous la direction de Johann Friedrich Gleditzch. L'arrivée à Leipzig...

  • ORCHESTRE DIRECTION D'

    • Écrit par Alain PÂRIS
    • 6 664 mots
    • 9 médias
    ...Habeneck et de la Société des concerts. La confusion règne alors dans les orchestres allemands, et il faut attendre Hans von Bülow et ses successeurs (Arthur Nikisch, Gustav Mahler, Hans Richter, Felix Weingartner, Wilhelm Furtwängler et Bruno Walter) pour que la situation se clarifie et qu'un véritable...

Voir aussi