ÉPURATION (1944-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En France, répression des actes de collaboration avec l'ennemi, en particulier à partir de l'été 1944. Dès le début de 1943, la mise à l'index de tous ceux qui avaient occupé de hautes fonctions dans le gouvernement de Vichy était décidée par les résistants et les gaullistes. En novembre 1943, l'Assemblée consultative d'Alger se prononce pour la condamnation sans appel de Vichy et des vichystes (« Vichy, c'est l'anti-France »). La Tunisie puis la Corse sont libérées. Pour les civils, comme pour les militaires, les législateurs d'Alger mettent au point les critères qui seront ceux de l'épuration en France. En juillet 1943, deux ordonnances proclament la légitimité des actes accomplis pour la cause de la libération de la France, puis deux autres instaurent les premières mesures de dissolution d'organismes représentant le gouvernement de Vichy. En août 1943, le cas de Pucheu est à l'ordre du jour ; le procès revêtira une importance capitale. De Gaulle dit dans ses Mémoires : « La raison d'État exige un rapide exemple. » Pucheu, secrétaire d'État à l'Intérieur de Vichy, sera jugé et fusillé à Alger en mars 1944. L'Assemblée consultative met en place les dispositions essentielles de l'épuration administrative, politique, et des mesures visant la collaboration économique ; enfin on introduit dans le dispositif juridique la notion d'inéligibilité. À la fin de 1943, les préliminaires à l'épuration l'annoncent impitoyable et totale. Et d'abord, que représentait le gouvernement de Vichy ? Il fallait une rupture universelle avec ceux qui s'étaient placés sous l'autorité de Pétain. Le 1er mars 1942, le général de Gaulle n'avait-il pas déclaré : « La libération nationale est inséparable de l'insurrection nationale » ? Cette épuration ne sera pas monolithique ; pour certains, ce sera une volonté de justice ; pour d'autres, une fureur vindicative de punir ; pour d'autres enfin, une volonté révolutionnaire. Ces conceptions se juxtaposent pendant les premiers mois de la libération du territoire. À Alger siège le « tribunal d'armée à compétence particulière ». Mi-civil, mi-militaire, il est présidé par un magistrat et ne comporte pas de jury. Par ordonnance, sa compétence s'étend « aux crimes et délits contre la sûreté intérieure et extérieure de l'État commis dans l'exercice de leurs fonctions par les membres ou anciens membres de l'organisme de fait se disant l'État français ». Il sera le premier des tribunaux d'exception par lesquels la résistance victorieuse assurera la répression. Ils témoigneront d'un souci de légalité méritoire. L'épuration avait été demandée en mars 1944 par le Conseil national de la résistance. Elle sera codifiée par le gouvernement provisoire du général de Gaulle. Dès le 26 juin 1944, il était créé au chef-lieu de département une cour de justice, pour avoir à connaître des faits postérieurs au 16 juin 1940 et antérieurs à la Libération et « révélant l'intention de favoriser les entreprises de l'ennemi ». L'ordonnance du 18 novembre 1944 crée une Haute Cour de justice chargée de juger les hommes qui avaient assumé les plus hautes charges, « chef de l'État, chefs de gouvernement, ministres, secrétaires d'État, commissaires généraux, résidents généraux, gouverneurs généraux et hauts commissaires » pendant la période du gouvernement de Vichy. L'ordonnance du 26 décembre 1944 crée les Chambres civiques chargées de juger « tout Français qui, même sans enfreindre une règle pénale existante, s'était rendu coupable d'une activité antinationale caractérisée ». Ces juridictions frappent les condamnés d'« indignité nationale » entraînant la perte des droits civils et politiques, l'exclusion des emplois publics, l'incapacité d'être administrateur de société, d'exercer une profession libérale. Dans les administrations, des comités d'épuration se chargent de pourvoir devant les Chambres civiques ceux de leurs membres qui sont accusés d'activités soupçonnables.

La législation de l'épuration eut trois principes fondamentaux : le gouvernement de Vichy était illégitime ; l'armistice n'était pas la paix, mais impliquait la continuation de l'état de guerre ; les lois nouvelles pouvaient avoir un effet rétroactif, lorsqu'elles s'appliquaient à des délits nouveaux. Suivant l'estimation de Robert Aron, au cours de l'année 1944, année de la Libération pour presque tout le t [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification

Autres références

«  ÉPURATION (1944-1945)  » est également traité dans :

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La résistance »  : […] Le message de ces artistes était certes crypté, obligeant les historiens à reconsidérer la notion courante de « résistance » à l'occupant. Même s'il est impossible d'évaluer avec précision le pourcentage de résistants par catégories socioprofessionnelles, les artistes ne semblent pas s'être distingués par une attitude particulière. En outre, un créateur pouvait procéder à des actions de résistance […] Lire la suite

COMITÉ FRANÇAIS DE LIBÉRATION NATIONALE (C.F.L.N.)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 695 mots
  •  • 5 médias

La première séance du Comité français de Libération nationale (C.F.L.N.), créé le 3 juin 1943, eut lieu le 4 juin à Alger, sous la coprésidence du général de Gaulle , représentant les Français de Londres, et du général Giraud , représentant ceux d'Alger. Il comportait cinq membres : général Catroux, général Georges, Massigli, Monnet, Philip. Le 7, il sera complété avec Abadie, Couve de Murville et […] Lire la suite

GUINGOUIN GEORGES (1913-2005)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 700 mots

« Extraordinaire entraîneur d'hommes que son exemple galvanise », « une des plus belles figures de la Résistance », ces mots de la citation le nommant chevalier de la Légion d'honneur, le 7 juillet 1945, puis sa désignation de Compagnon de la Libération par décret du 19 octobre 1945 ont témoigné du rayonnement de Georges Guingouin, « premier maquisard de France » dès 1941 et condamné par contumac […] Lire la suite

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 432 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La guerre et l'Occupation »  : […] Comme le constate Stefan Zweig dans Le Monde d'hier (1942), une certaine Europe cultivée est morte avec l'arrivée du nazisme au pouvoir. Une majorité d'intellectuels allemands et autrichiens ont fui. Installés en France, certains d'entre eux gagneront les États-Unis, d'autres seront déportés, Walter Benjamin se suicidera. L'Espagne, après une dure répression, s'installe dans le national-catholic […] Lire la suite

LIBÉRATION, France (1944-1946)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 3 905 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Épuration »  : […] La stigmatisation de l'épuration sert généralement de prétexte pour tenter de disqualifier la Résistance. Éruptive, massive, elle a été diverse dans ses formes, inégale selon les lieux, les milieux et les moments. Les trois quarts des quelque 9 000 à 10 000 exécutions sommaires se produisent avant ou pendant les combats de la Libération. Les brimades, souvent excessives, les arrestations, souvent […] Lire la suite

POLICE SOUS VICHY

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BERLIÈRE
  •  • 3 850 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les bases de l'organisation policière contemporaine »  : […] Soucieux de faire respecter l'ordre nouveau, d'appliquer les innombrables mesures d'exclusion qui touchent des catégories de plus en plus nombreuses, soucieux surtout d'affirmer sa souveraineté face au vainqueur, le nouveau régime a besoin d'une police forte, nombreuse, moderne, efficace et loyale. On imagine aisément que l'instrument que lui a légué la République ne répond en rien à ses ambitions […] Lire la suite

TEITGEN PIERRE-HENRI (1908-1997)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 870 mots

Pierre-Henri Teitgen restera pour l'histoire l'un des organisateurs de l'épuration à la Libération et l'un des piliers de la « troisième force », sous la IV e  République ; il fut trois fois vice-président du Conseil, en 1947, 1948 et de juin 1953 à juin 1954, ainsi que le fort antigaulliste président du Mouvement républicain populaire de 1952 à 1956. Né à Rennes le 29 mai 1908, fils d'un avocat q […] Lire la suite

Les derniers événements

30-1er juin 2022 Chine. Visite du président Xi Jinping à Hong Kong.

Ce principe a été mis à mal par l’adoption de la loi de sécurité nationale de juin 2020, l’épuration consécutive des organes de représentation de la société civile, l’interpellation de centaines d’opposants et la modification du code électoral qui a banni de la scène politique toute forme d’opposition prodémocratie. Dans le discours prononcé lors de la prestation de serment du nouveau chef de l’exécutif de la région administrative spéciale (RAS), John Lee, le 1er juillet, Xi Jinping estime que Hong Kong a su « s’extraire du feu et renaître de ses cendres » grâce à son alignement sur le régime de Pékin, et salue « la force tirée de sa grande liberté et de sa compatibilité avec les règles internationales » – allusion au maintien de la fonction de centre financier international exercée par la RAS. […] Lire la suite

22-29 novembre 2017 Bosnie-Herzégovine. Condamnation du Serbe Ratko Mladić par le TPIY.

Le 22, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye condamne à la prison à vie, au terme de cinq ans de procès, l’ancien général Ratko Mladić, commandant en chef de l’armée de la République serbe de Bosnie durant la guerre de Bosnie (1992-1995), qui est reconnu coupable de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, notamment pour son rôle dans les massacres de plus de huit mille musulmans bosniaques à Srebrenica en juillet 1995, pour le siège de Sarajevo, pour la prise d’otages de casques bleus de l’ONU et plus généralement pour sa politique d’épuration ethnique en Bosnie. […] Lire la suite

8-12 décembre 2013 Corée du Nord. Exécution du numéro deux du régime

Son arrestation constitue l'ultime épisode de l'épuration de l'armée et de l'administration du P.T.C. engagée depuis le printemps de 2012. Le 12, Jang Song-taek est fusillé après avoir été démis de ses fonctions, exclu du P.T.C. et jugé sommairement par un tribunal militaire qui l'a reconnu coupable de « complot contre l'État ».  […] Lire la suite

15 septembre 2009 Serbie. Libération anticipée de Biljana Plavsić, ex-présidente des Serbes de Bosnie

) annonce la libération anticipée de Biljana Plavsić, ex-présidente des Serbes de Bosnie, condamnée en février 2003 à onze ans de prison pour crimes contre l'humanité, après qu'elle a plaidé coupable pour la politique d'épuration ethnique menée par son gouvernement et qu'elle a reconnu sa responsabilité dans les actes de violence commis par ses troupes durant la guerre de 1992 à 1995. […] Lire la suite

1er-28 avril 1999 Yougoslavie. Poursuite de l'intervention de l'O.T.A.N.

Le 8, les autorités allemandes présentent à la presse le plan serbe d'épuration ethnique du Kosovo, baptisé « Fer à cheval », dont elles ont eu connaissance quelques jours plus tôt. Il aurait été appliqué dès la signature des accords d'octobre 1998. Le 9, le président russe Boris Eltsine menace les Occidentaux d'une guerre « mondiale » au cas où l'opération de l'O. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Armel MARIN, « ÉPURATION (1944-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/epuration/