Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉPIDÉMIOLOGIE

Les maladies infectieuses et l'épidémiologie

L'évolution des concepts jumelés d'épidémie et d'épidémiologie appelle deux remarques.

En premier lieu, il faut relever qu'un certain nombre d'imprécisions, voire de contradictions, pèsent sur la terminologie en matière d'épidémiologie. Nous avons vu ce qu'il en est à propos du mot d'épidémie : dès lors qu'il déborde sur des phénomènes morbides collectifs non obligatoirement infectieux, il devient trop vaste et trop imprécis. C'est pourquoi M. Baltazard a proposé de n'appliquer ce mot qu'aux seules affections contagieuses (multiplication de cas par contagion interhumaine) couvrant tous les phénomènes « transmissibles » et de créer le terme d'anadémie pour les affections non contagieuses frappant pourtant un certain nombre de personnes par simple addition de cas sporadiques, c'est-à-dire isolés ; par exemple, les épisodes humains des maladies animales transmissibles à l'homme (pozoonoses) sont de nature anadémique en l'absence de possibilité de contagion interhumaine, de même que les maladies par carence ou les maladies dégénératives chroniques.

Notons aussi que le mot « contagion » du latin contingere, toucher, ne concerne pour certains que la transmission d'une maladie infectieuse par contact direct avec un malade ou indirect par l'intermédiaire de sécrétion, objets ou personnes touchés par ce malade, alors que pour d'autres le sens en est étendu à la transmission de maladies par l'intermédiaire de vecteurs tels que certains insectes.

En second lieu, en admettant qu'il soit parfaitement correct de parler, comme on le fait actuellement, d'épidémiologie du suicide, de l'athérosclérose ou des accidents de la route aussi bien que de celle de la syphilis ou de la grippe, il faut bien reconnaître que nos connaissances sont incontestablement plus avancées dans le domaine des maladies infectieuses que dans celui des autres phénomènes morbides. Dans l'étude de la genèse de l'athérosclérose, par exemple, on a prouvé l'action conjuguée de facteurs prédisposants tels qu'obésité, sédentarité, hypertension artérielle, alimentation hyperlipidique, etc. Dans celle des accidents de la route, on ne sait pas très bien quelle importance relative accorder à l'état du véhicule, à celui de la route et enfin à la condition physique et psychique du conducteur.

Au contraire, l'épidémiologie des maladies infectieuses fournit des bases très assurées aussi bien dans l'individualisation de plus en plus poussée des agents pathogènes que dans la reproduction expérimentale de la maladie par inoculation aux espèces animales sensibles.

Pour ce qui concerne les maladies dont la transmission est assurée par un vecteur, c'est-à-dire un organisme vivant qui permet le passage du sujet malade au sujet sain, la méthodologie écologique permet de recenser et de hiérarchiser les facteurs vivants et non vivants du milieu, qui jouent un rôle dans le maintien des foyers naturels de l'affection. L'épidémiologie écologique est une intégration pluridisciplinaire qui permet de reconnaître les points faibles dans une chaîne épidémiologique et donc de mettre en œuvre une prophylaxie réellement efficace au moindre coût.

Une des tâches principales de l'épidémiologie actuelle est ainsi d'apprendre à l'homme d'abord à connaître son environnement, puis à vivre en bonne intelligence avec lui.

— Catherine DUPUIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en médecine, chef de travaux à la faculté de médecine de Paris
  • : professeur agrégé du Val-de-Grâce, directeur médical de Pasteur-Vaccins.

Classification

Pour citer cet article

Catherine DUPUIS et Pierre SALIOU. ÉPIDÉMIOLOGIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 22/01/2021

Autres références

  • ALZHEIMER MALADIE D'

    • Écrit par
    • 1 871 mots
    Pourun pays comme la France, la prévalence de la maladie après 80 ans (près de 30 p. 100) et l'augmentation très significative de la durée de vie amènent à poser des questions auxquelles la société n'était pas préparée il y a encore vingt-cinq ans. Les perspectives démographiques montrent que le nombre...
  • AMIANTE ou ASBESTE

    • Écrit par , et
    • 3 488 mots
    Ces atteintes apparaissent même chez des sujets n'ayant subi que des expositions cumulées considérées comme faibles. En France, plus de 400 nouveaux cas sont reconnus chaque année comme maladies professionnelles dans le cadre du régime général de la Sécurité sociale, le nombre réel de nouveaux cas...
  • ANTHROPOLOGIE DES ZOONOSES

    • Écrit par et
    • 3 954 mots
    • 4 médias
    ...seulement des observations sur les formes d’intimité ou la perception des risques dans les relations entre humains et animaux. Elle peut aussi montrer comment l’épidémiologie et la virologie sont elles-mêmes porteuses de conceptions écologiques qui entrent en tension avec les écologies locales, en posant...
  • ANTIBIORÉSISTANCE

    • Écrit par , et
    • 5 907 mots
    • 4 médias
    ...années 1990, de nouvelles BLSE dénommées CTX-M – pour « céfotaximase-Munich » car identifiées pour la première fois en Allemagne – ont radicalement changé l’épidémiologie et la répartition des profils de résistance à l’échelle mondiale. D’après le rapport de 2020 de surveillance de la consommation d’antibiotiques...
  • Afficher les 121 références