IZARD GEORGES (1903-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Abeilhan (Hérault), Georges Izard, ses études de droit terminées, s'inscrit au barreau de Paris en 1932. À cette époque, il fonde, avec Emmanuel Mounier, la revue Esprit, dont il assure la rédaction en chef.

Trois ans auparavant, il avait épousé Catherine Daniélou, sœur de celui qui allait devenir le cardinal Jean Daniélou, fille de Charles Daniélou, ancien ministre de la Marine marchande, dont il avait été le chef de cabinet en 1926. En 1933, il fonde, parallèlement à la revue Esprit, le mouvement de la Troisième Force.

Mounier se sépare alors de lui, d'une façon amiable d'abord, puis définitive, lorsque Izard se rallie, en 1934, au Front commun de Gaston Bergery et collabore au journal La Flèche. Le jeune avocat connaît alors une période extraordinairement active, dans une France où, face au péril hitlérien, les passions politiques se déchaînent.

Imprégné de la pensée de Péguy, il est l'un des trois signataires d'un essai sur La Pensée de Charles Péguy et bascule tout naturellement dans les voies du socialisme.

Investi par le parti de la Gauche indépendante (frontiste), il est élu, en 1936, député de la Meurthe-et-Moselle. En 1939, il fonde avec Viennot et Monnet Les Cahiers socialistes. Sous l'occupation, il choisit le camp de la résistance, milite au sein de l'Organisation civile et militaire (O.C.M.). Il en sera le secrétaire général de 1945 à 1948, après avoir siégé en 1944-1945 à l'Assemblée consultative. En 1949, il se voit confier la rédaction en chef de l'hebdomadaire Clartés. À l'échéance de son mandat parlementaire, sans abandonner l'action politique, il choisit pour s'exprimer le prétoire : 1949 sera l'année de son affaire la plus retentissante, l'affaire Kravtchenko. Attaqué par l'hebdomadaire Les Lettres françaises pour son livre J'ai choisi la liberté, dans lequel il décrivait les camps de concentration russes où il avait séjourné, Victor Kravtchenko, diplomate évadé de l'U.R.S.S., réfugié aux États-Unis, poursuivait en diffamation ce journal communiste. L'inter [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Paul MORELLE, « IZARD GEORGES - (1903-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-izard/