RECLUS ÉLISÉE (1830-1905)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un géographe anarchiste

L’année 1864 marque un tournant important : avec son frère Élie, Élisée Reclus adhère, dès sa création, à l’Association internationale des travailleurs (ou Ire Internationale) et rencontre Michel Bakounine. Dès lors, les frères Reclus deviennent des membres actifs du mouvement anarchiste.

En 1868, Élisée Reclus fait paraître La Terre. Description des phénomènes de la vie du globe, ouvrage dans lequel il dresse le tableau des phénomènes physiques du globe (forme et reliefs, rivières et fleuves, volcans, mers et océans, phénomènes météorologiques, faune et flore) mais aborde aussi le rôle de l’homme – néfaste ou bénéfique – dans la transformation de la nature. Élisée Reclus a été fortement influencé par la correspondance qu’il entretient avec l’Américain George Perkins Marsh, auteur du premier ouvrage dénonçant l’impact négatif de l’homme sur la Terre. Marsh a toujours considéré Reclus comme un complément indispensable et optimiste à sa propre œuvre.

La guerre de 1870, puis la Commune de Paris marquent une radicalisation dans l’engagement politique d’Élisée Reclus qui, enrôlé dans la Garde nationale pour la défense de la Commune, se retrouve condamné à la déportation en Nouvelle-Calédonie avant de voir sa peine commuée en bannissement. Il part pour la Suisse en 1872, où il rencontre de nombreux anarchistes comme Piotr Alexeïevitch Kropotkine, qui devient un de ses amis.

De 1875 à 1894, il y fait paraître les dix-neuf volumes de sa grande œuvre, La Nouvelle Géographie universelle : la terre et les hommes. Cette encyclopédie géographique, récompensée par diverses sociétés de géographie, permet de connaître l’avancement des connaissances sur la Terre et ses habitants. Dans sa conclusion, Élisée Reclus estime que son travail n’est pas totalement achevé puisqu’il manque une analyse sur les lois du développement humain induit par la nature environnante.

En 1890, Élisée Reclus revient en France, mais il est contraint à nouveau de quitter le pays en 1893 à la suite d’une série d’attentats anarchistes, le pouvoir ayant adopté les lois dites « scélérates » qui répriment sévèrement toute activité anarchiste. Il part à Bruxelles enseigner à l’Université nouvelle, une institution créée spécialement pour lui, mais dont l’audience est confidentielle. En 1895, Élisée Reclus se lance dans le projet de réaliser un globe terrestre pédagogique à l’échelle de 1 : 100 000 pour l’Exposition universelle de 1900. Cette sphère de 127,5 mètres de diamètre devait permettre aux visiteurs de survoler la Terre et d’en découvrir les reliefs (aucune carte ne permettant, selon Reclus, de se faire une idée exacte d’une région). Mais l’intransigeance de Reclus – il refuse d’en faire une attraction commerciale – contribue à faire échouer son rêve.

Élisée Reclus commence la publication de L’Homme et la Terre mais il meurt le 4 juillet 1905 à Thourout, près de Bruges, avant de l’avoir achevé (son neveu s’y consacrera). Selon lui, cet ouvrage représente son œuvre majeure, dans laquelle il cherche à montrer comment « les agissements des peuples s’expliqueraient, de cause à effet, par leur harmonie avec l’évolution de la planète ». Comme les géographes Alexander von Humboldt et Carl Ritter avant lui, Élisée Reclus, qui adhère très tôt aux hypothèses darwiniennes, considère que « l’homme est la nature prenant conscience d’elle-même ». Il expose par ailleurs de nombreuses idées présentes dans l’ensemble de son œuvre, comme celle sur le progrès. Élisée Reclus souligne que celui-ci provoque toujours un mélange d’effets positifs et négatifs et utilise le terme régrès pour désigner un progrès néfaste aux hommes ou à la nature. On y trouve aussi un intérêt très fort pour les « primitifs » – sans doute faut-il y voir l’influence de son frère Élie, ethnologue –, lesquels auraient conservé une relation plutôt harmonieuse avec la nature.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en sciences de l'environnement, historienne des sciences et de l'environnement, chercheuse associée au laboratoire SPHERE, CNRS, UMR 7219, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Autres références

«  RECLUS ÉLISÉE (1830-1905)  » est également traité dans :

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 336 mots
  •  • 7 médias

L'anarchisme est un mouvement d'idées et d'action qui, en rejetant toute contrainte extérieure à l'homme, se propose de reconstruire la vie en commun sur la base de la volonté individuelle autonome . Bien que l'anarchisme militant ne se manifeste que vers la fin du xix e  siècle avec Kropotkine , Élisée Reclus et Malatesta, les lignes essentielles de la doctrine anarchiste se précisent dès la pre […] Lire la suite

CARAÏBES - L'aire des Caraïbes

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 5 000 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  L'espace caraïbe »  : […] Le continent américain est marqué, en son milieu, par de profondes échancrures qui ouvrent sur deux mers annexes de l'océan Atlantique nord : la mer des Caraïbes (ou mer des Antilles) et le golfe du Mexique. Le géographe Élisée Reclus appelait ce double bassin maritime la « Méditerranée américaine » et cette comparaison a souvent été reprise car, par ses dimensions importantes (environ 3,5 milli […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT - Catastrophisme environnemental

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 7 392 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une préoccupation ancienne des économistes et des géographes »  : […] L'un des textes les plus anciens et les plus importants sur la relation de l'homme à son environnement et sa dépendance vis-à-vis de celui-ci est l' Essai sur le principe de population de l'économiste britannique Thomas Robert Malthus (1766-1834), qui paraît pour la première fois en 1798 et que l'auteur va reprendre six fois jusqu'en 1826. Le succès est immense et l'ouvrage suscite de très nombre […] Lire la suite

KROPOTKINE PIOTR ALEXEÏEVITCH (1842-1921)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 688 mots
  •  • 1 média

Issu de l'aristocratie moscovite, Piotr Alexeïevitch Kropotkine commence une carrière militaire après avoir été page à la cour du tsar. Affecté en Sibérie, il emploie les loisirs de la vie de garnison à approfondir ses connaissances géographiques, anthropologiques et sociologiques. Sa sympathie pour l'insurrection polonaise de 1863 l'amène à démissionner de l'armée : il se consacre alors à des exp […] Lire la suite

KUPKA FRANTIŠEK (1871-1957)

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 2 789 mots

Dans le chapitre « Les premiers pas »  : […] František Kupka est né le 22 septembre 1871, dans une petite ville de Bohême orientale, Opočno (aujourd'hui en République tchèque). Ayant montré de précoces inclinations artistiques, il prépare l'entrée à l'Académie des beaux-arts de Prague. Il y est inscrit en 1889, en classe de peinture historique et religieuse, avant d'intégrer, en 1891, la prestigieuse Académie de Vienne, où il reçoit un ensei […] Lire la suite

Pour citer l’article

Valérie CHANSIGAUD, « RECLUS ÉLISÉE - (1830-1905) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elisee-reclus/