ENVIRONNEMENTCatastrophisme environnemental

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les questions environnementales sont devenues un enjeu politique majeur et les débats médiatiques s'avèrent souvent houleux. Schématiquement, on peut dire que deux groupes s'affrontent : aux environnementalistes « pessimistes » s'opposent des « optimistes ». Les pessimistes tentent d'alerter l'opinion publique ainsi que le pouvoir politique au sujet des menaces qui pèsent sur l'avenir de l'espèce humaine et de la nécessité de changer les modes de vie. Les optimistes les accusent d'être non seulement des cassandres, mais aussi des antihumanistes vouant un culte à la nature, des antiprogressistes incapables de considérer les capacités d'adaptation des hommes. Cependant, de documentaires ou de livres en articles de presse, l'idée que l'humanité court vers une catastrophe d'origine environnementale s'est imposée dans l'opinion comme un thème majeur et récurrent. Cette notion de catastrophisme environnemental n'est pas similaire au Déluge ou aux catastrophes postulées par Cuvier : il s'agit des conséquences des perturbations provoquées par l'homme sur son environnement qui, si elles ne sont pas régulées, finiront inéluctablement par remettre en cause l'avenir même de l'espèce humaine. Ce type de réflexion n'est pas aussi récent que peuvent le laisser croire les médias d'aujourd'hui. Un retour sur la seconde partie du xxe siècle en particulier permet de mieux comprendre l'origine de ce type de discours, mais aussi de saisir la profondeur du bouleversement qu'il provoque.

L'homme dévastateur de la nature : un constat ancien

Durant les vingt-cinq années qui suivent la Seconde Guerre mondiale, une série de best-sellers, surtout américains, bouleversent profondément la conscience des Occidentaux : les auteurs de ces livres dénoncent une crise environnementale mondiale et prédisent, si aucune solution n'est apportée, de grandes difficultés pour l'humanité. En 1948, au début même d'une époque marquée par un intense développement économique et par une foi profonde dans le progrès, paraissent Road to Survival de William Vogt et Our Plundered Planet d'Henry Fairfield Osborn Jr. Tous les deux dénoncent les effets conjugués de l'explosion démographique et de l'épuisement des ressources naturelles. Leur succès n'est dépassé qu'en 1962 par Silent Spring (Printemps silencieux) de Rachel Carson, qui fait le constat alarmant de l'impact du D.D.T. et des autres pesticides de synthèse sur l'environnement. L'année 1968 est marquée par un nouveau best-seller, The Population Bomb (La Bombe P) de Paul R. Ehrlich ; mais, plus que le dernier jalon d'une série, l'immense succès de cet ouvrage marque l'émergence d'une nouvelle forme de pensée des problèmes environnementaux : l'écologie politique.

Mis à part le réchauffement climatique, les questions posées par ces auteurs sont les mêmes, ou presque, que celles des environnementalistes contemporains. Si cette dernière forme de pensée contestataire du développement économique généré par la révolution industrielle est née au début des années 1970, ses racines sont en réalité bien plus lointaines et diverses.

Une préoccupation ancienne des économistes et des géographes

L'un des textes les plus anciens et les plus importants sur la relation de l'homme à son environnement et sa dépendance vis-à-vis de celui-ci est l'Essai sur le principe de population de l'économiste britannique Thomas Robert Malthus (1766-1834), qui paraît pour la première fois en 1798 et que l'auteur va reprendre six fois jusqu'en 1826. Le succès est immense et l'ouvrage suscite de très nombreux éloges et critiques. Sa thèse est souvent résumée par cette formule : la population croît suivant une progression géométrique, tandis que les ressources alimentaires ne peuvent croître que suivant une progression arithmétique. D'après Malthus, la croissance de la population au-delà des ressources alimentaires disponibles provoque vices et misères, notamment chez les plus pauvres ; mais, comme l'être humain est doué d'entendement, il peut, contrairement aux animaux, anticiper cette contrainte et chercher à limiter la croissance de ses effectifs, en [...]

Baby-boom aux États-Unis, 1950

Photographie : Baby-boom aux États-Unis, 1950

Malthus, au XIXe siècle, avait dénoncé dans l'expansion de la population humaine un risque d'épuisement de la Terre par surpopulation. La population humaine a connu une expansion forte dans les années 1950, le baby-boom illustré par ces « bébés à la chaîne » dans une maternité... 

Crédits : D.R.

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Baby-boom aux États-Unis, 1950

Baby-boom aux États-Unis, 1950
Crédits : D.R.

photographie

La Terre vue du ciel, Élisée Reclus (1876), Nouvelle Géographie universelle ; la terre et les hommes

La Terre vue du ciel, Élisée Reclus (1876), Nouvelle Géographie universelle ; la terre et les hommes
Crédits : Élisée Reclus, Nouvelle Géographie universelle, Librairie Hachette et Cie, Paris, 1876

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en sciences de l'environnement, historienne des sciences et de l'environnement, chercheuse associée au laboratoire SPHERE, CNRS, UMR 7219, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Autres références

«  ENVIRONNEMENT  » est également traité dans :

ENVIRONNEMENT - Un enjeu planétaire

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELÉAGE
  •  • 2 011 mots
  •  • 1 média

Plutôt qu'un concept, l'environnement constitue l'un des enjeux majeurs des interrogations que les sociétés contemporaines portent sur leur identité et sur leur avenir. Ces questions sont à la fois pratiques et théoriques, car elles concernent tout autant les dynamiques matérielles et écologiques de nos sociétés qu'un ensemble de réflexions théoriques et sociales sur les représentations qu'elles e […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT - Environnement et économie

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX, 
  • Christelle HUE
  •  • 6 538 mots
  •  • 1 média

Dans les années 1980, les pollutions et l'utilisation des ressources naturelles ont changé d'échelle. La découverte du trou dans la couche d'ozone, la mise en garde contre les conséquences climatiques des émissions de gaz à effet de serre, la pollution marine, la perte en […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT - Droit de l'environnement

  • Écrit par 
  • Raphaël ROMI
  •  • 4 417 mots
  •  • 1 média

La loi du 26 octobre 2005, adaptation au droit communautaire dans le domaine de l'environnement, introduit dans le droit français plusieurs dispositions sur l'évaluation des incidences des projets, sur les produits chimiques, sur les déchets, sur le bruit, sur l'information et sur les changements climatiques. Mais surtout, […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT GLOBAL

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 102 mots
  •  • 10 médias

Désormais sujet de débat politique et faisant une entrée remarquée sur la scène diplomatique internationale, la question de la transformation de l'environnement par la civilisation moderne cesse d'être l'unique apanage des scientifiques ou des « amis de la nature ». Devenue globale, la question se pose autrement qu'en termes de création de réserves naturelles ou de protections de voisinage.L'altér […] Lire la suite

GRENELLE DE L'ENVIRONNEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre LASCOUMES
  •  • 1 383 mots

Le Grenelle de l’environnement – de son vrai nom le Grenelle Environnement (GE) – est une concertation politique innovante, menée entre juillet et décembre 2007, peu après l’élection à la présidence de la République de Nicolas Sarkozy. Son objectif était de définir les grands axes d’une politique de dé […] Lire la suite

NÉGOCIATIONS INTERNATIONALES SUR L'ENVIRONNEMENT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELÉAGE
  •  • 2 598 mots

1968 Première conférence intergouvernementale posant le problème de la conservation et de l'utilisation rationnelle des ressources de la biosphère. Organisée par l'U.N.E.S.C.O., du 4 au 13 septembre, à Paris, elle recommande l'élaboration d'un grand programme mondial de recherches sur l'homme et la biosphère, le programme M.A.B. (Man and Biosphere), qui sera lancé en 1970. […] Lire la suite

PATRIMOINE, art et culture

  • Écrit par 
  • Jean-Michel LENIAUD
  •  • 10 147 mots

Issu du vocabulaire juridique, le mot « patrimoine » a été utilisé au début des années 1970 pour désigner les productions humaines à caractère artistique que le passé a laissées en héritage et on n'a pas fini d'explorer le contenu du terme dans son acception récente. Pour en limiter, en fait, l'emploi aux seuls beaux-arts, les utilisateurs entendaient néanmoins écarter d'autres expressions jugées […] Lire la suite

GÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Dominique CROZAT, 
  • Jean DRESCH, 
  • Pierre GEORGE, 
  • Philippe PINCHEMEL, 
  • Céline ROZENBLAT, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 20 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des thèmes nouveaux et des méthodes nouvelles plus qu'une « nouvelle géographie » »  : […] Quant à l'objet, il n'échappe pas non plus à une sélection subjective et circonstancielle des problèmes. Et c'est ici que reparaît la question « À quoi sert la géographie ? », ce qui revient à se demander ce que les géographes peuvent désirer connaître et ce que le public ou les collectivités publiques attendent d'eux, en dehors d'une image globale aussi fidèle que possible des états et des deveni […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Succès et désillusions

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 9 887 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « L'espace demain »  : […] L'avenir des activités spatiales s'inscrit dorénavant dans un contexte de domination américaine, de montée en puissance de la Chine, d'une Europe qui cherche à se positionner et de l'arrivée de nouveaux pays. Rappelons qu'en 2008 le budget spatial américain était de l'ordre de 60 milliards de dollars, dont 64 p. 100 pour l'espace militaire : un Américain dépense annuellement pour l'espace dix fois […] Lire la suite

SEVESO ACCIDENT CHIMIQUE DE (10 juillet 1976)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 373 mots
  •  • 1 média

Le 10 juillet 1976, des vapeurs toxiques de dioxine – précisément de 2,3,7,8-tétrachlorodibenzo-para-dioxine, cancérigène et tératogène même à faible dose – s'échappent d'un réacteur chimique produisant du chlorophénol de l'usine Icmesa (filiale de Givaudan), près de Milan (Italie). Ce produit, qui était présent comme impureté dans l'agent Orange utilisé comme défoliant par l'armée américaine lor […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Valérie CHANSIGAUD, « ENVIRONNEMENT - Catastrophisme environnemental », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/environnement-catastrophisme-environnemental/