ÉLEUSIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les rites d'initiation

La célébration des mystères fut d'abord ouverte aux gens de l'Attique, hommes et femmes, y compris les esclaves, puis à tous ceux qui parlaient grec, enfin, semble-t-il, à tout le monde, excepté ceux qui étaient souillés par un meurtre. Ainsi, Néron n'osa pas s'y présenter. Les candidats devaient en premier lieu participer, en février-mars, aux petits mystères célébrés à Agrai, faubourg d'Athènes, dans un sanctuaire voué à Dèmèter et à Korè. Ensuite, le 13 de boèdromiôn (septembre-octobre), commençaient les rites préparatoires : transfert des objets sacrés (dont la nature nous est inconnue) d'Éleusis à l'Éleusinion d'Athènes ; proclamation du règlement ; instruction des néophytes qui, le 16, se purifiaient en plongeant (« À la mer, les mystes ! ») avec le porcelet qu'ils sacrifiaient ensuite. Le 19, la grande procession partait pour Éleusis par la voie Sacrée, remportant les objets sacrés et une statue en bois d'Iacchos, divinité célébrée et invoquée à grand tapage. Le trajet était marqué de stations et de danses et, au passage d'un pont, d'un échange d'insultes et de bouffonneries. Tenant des flambeaux et des épis, les mystes entraient, la nuit tombée, dans le téléstèrion. Il y avait là « des paroles, des ostensions et des actions » (légoména, deikuména, drôména). Une salle dont le plafond est soutenu par quarante-deux colonnes se prête mal à un spectacle, mais fort bien à une procession, à des évolutions exécutées, comme dans un labyrinthe, par les prêtres et peut-être par les mystes. Le sommet du rite était un discours sacré prononcé par le hiérophante (appartenant à la famille sacerdotale des Eumolpides) qui, ensuite, tandis que le porte-torches (membre de la famille des Kérykes) éclairait la salle, sortait de l'anaktoron en révélant des objets mystérieux subitement illuminés. Après deux jours consacrés au repos et à des rites accomplis pour les morts, on rentrait à Athènes. Ce n'était là que l'achèvement des rites préparatoires : la muèsis (initiation préala [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté de philosophie et lettres de l'université de Liège

Classification

Autres références

«  ÉLEUSIS  » est également traité dans :

DÉMÉTER

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 829 mots
  •  • 1 média

Dans la mythologie grecque, Déméter est la fille des divinités Cronos et Rhéa, la sœur et l'épouse de Zeus (le père des dieux) ainsi que la déesse de l'agriculture. Déméter, dont Homère fait rarement mention, n'appartient pas au panthéon des dieux de l'Olympe, mais les origines de la légende qui l'entourent sont probablement anciennes. Ce récit est centré sur l'histoire de sa fille Perséphone, en […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Essor de la religion civique »  : […] La Grèce sort paradoxalement victorieuse de la crise des guerres médiques : la ferveur envers les dieux ne laisse pas d'en être considérablement renforcée dans toutes les cités qui ont participé à la gigantesque mêlée. C'est le cas notamment à Athènes. Les dieux et les héros de l'Attique ont lutté aux côtés des Athéniens, à Marathon comme à Salamine ; Athéna a fait repousser l'olivier sacré de l' […] Lire la suite

L'HISTOIRE VÉGÉTALISÉE. ORNEMENT ET POLITIQUE À ROME (G. Sauron) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre GROS
  •  • 999 mots

Dans le monde submergé d'images vulgairement utilitaires où nous évoluons, nous éprouvons quelque difficulté à admettre que, en d'autres temps, l'œuvre ornementale a assumé une fonction essentielle dans la transmission des messages politiques et religieux. Quand il s'agit de décor architectural, à caractère rythmique ou répétitif, cette difficulté structurelle se double d'une réticence esthétique […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Dieux et déesses

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 7 933 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Déméter et les mystères d'Éleusis »  : […] Déméter est par excellence la Terre-Mère. Déjà les érudits de l'Antiquité interprétaient son nom comme Ge-meter , « la Terre-Mère ». Les savants modernes rapprochent la première syllabe de Déméter du Dorique Da. Or ce dernier terme désigne aussi la Terre, de sorte que la signification originelle était bien celle de Terre-Mère. Mais cette déesse grecque se distingue de ses sœurs du Proche-Orient an […] Lire la suite

PÉRICLÈS (env. 495-429 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 3 837 mots

Dans le chapitre « Une politique de grands travaux »  : […] Enfin Périclès multiplie les grands travaux à Athènes même et dans l'Attique, procurant aussi du travail non seulement à des artistes, mais à des artisans, à des ouvriers, à des manœuvres. Dans la biographie qu'il a écrite, Plutarque indique bien qu'il consacrait les ressources de l'État « à des ouvrages qui lui donneraient, une fois accomplis, un renom immortel, et, en s'accomplissant, un bien-êt […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie DELCOURT, « ÉLEUSIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eleusis/