ÉLECTROPHORÈSE, en bref

Arne Wilhelm Kaurin Tiselius (1902-1971) mit au point, en 1926, l'électrophorèse, méthode qui lui permit de séparer les protéines du sérum sanguin. En appliquant un champ électrique au sérum sanguin – qui est contenu dans un tube et mélangé à un tampon salin –, il obtenait sur le pôle + des protéines de charge très négative (albumine) tandis que les protéines de charge plus positive (globulines α, β, γ) migraient près du pôle —. Cette méthode physique fut ensuite perfectionnée par l'emploi du papier ou d'un gel solide (polyacrylamide) comme supports du tampon et par l'intensification du champ électrique. Tiselius inaugura ainsi l'utilisation de microméthodes physiques pour la séparation des molécules biologiques (protéines, acides nucléiques...). Ces méthodes furent ensuite étendues, dès 1934, à la chromatographie d'adsorption liquide-solide sur colonne puis sur couches minces de silice (1960). Furent aussi développées les chromatographies de partage : sur papier (1942), en phase gazeuse (1956), sous haute pression (1970). S'ajoutèrent enfin la chromatographie sur résines échangeuses d'ions (1950), la chromatographie d'exclusion sur gel (1955) et la chromatographie d'affinité (1960).

— Paul MAZLIAK

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Paul MAZLIAK : professeur honoraire de biologie cellulaire, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Pour citer cet article

Paul MAZLIAK, « ÉLECTROPHORÈSE, en bref », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Autres références

  • ÉLECTROPHORÈSE EN CHAMP PULSÉ

    • Écrit par Jean-Luc GUESDON
    • 263 mots

    La technique d'électrophorèse classique en gel d'agarose ou de polyacrylamide permet de séparer des fragments d'ADN suivant leur taille. Sur ces gels constitués d'un réseau désorganisé de longues fibres, on dépose l'ADN dont les molécules sont chargées négativement. Soumises à un...

  • ANALYTIQUE CHIMIE

    • Écrit par Alain BERTHOD, Jérôme RANDON
    • 8 885 mots
    • 4 médias
    Les espèces chargées, en solution, peuvent être séparées grâce à leurs différences de mobilité sous l'effet d'un champ électrique : en fonction de la charge et de la masse de la molécule, celle-ci se déplacera plus ou moins vite dans la solution. L'électrophorèse capillaire...
  • BIOLOGIE - La bio-informatique

    • Écrit par Bernard CAUDRON
    • 5 467 mots
    • 3 médias
    ...donner des informations sur les protéines qui « changent de statut » lors du passage d'un état A à un état B. Ce genre d'analyse n'est pas une nouveauté. En reprenant des techniques d'électrophorèse bidimensionnelle, mises au point par Patrick O'Farrel, les protéines sont séparées par un déplacement...
  • GÉNÉTIQUE

    • Écrit par Axel KAHN, Philippe L'HÉRITIER, Marguerite PICARD
    • 25 873 mots
    • 31 médias
    ...l'aide d'une enzyme de restriction, celui ou ceux contenant la séquence nucléotidique recherchée. Les fragments d'ADN sont séparés selon leur taille par électrophorèse, c'est-à-dire par migration dans un champ électrique au travers d'un gel jouant un rôle de tamis moléculaire. Une autre technique, consistant...
  • HÉMOGLOBINOPATHIES

    • Écrit par Michel COHEN-SOLAL, Jean-Claude DREYFUS
    • 3 852 mots
    • 6 médias
    Laséparation des hémoglobines est habituellement fondée sur les propriétés de la charge électrique de la globine. Celle-ci, comme toutes les protéines, est un ampholyte ; les fonctions acides et bases libres portées par les acides aminés de la protéine sont plus ou moins ionisées selon le pH du milieu....
  • Afficher les 15 références

Voir aussi