Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉLECTRICITÉ Lois et applications

La magnétostatique, le magnétisme

Les lois fondamentales

Si une charge est au repos, elle crée dans l'espace la perturbation vectorielle champ électrostatique E, mais si elle est animée d'une vitesse constante, elle crée une perturbation supplémentaire : le vecteur champ magnétique B. Ainsi, un conducteur parcouru par un courant, produit un champ magnétique dû au mouvement des porteurs de charges, mais le champ électrique est nul puisque le conducteur est globalement neutre.

On peut mettre en évidence l'existence de ce champ car il modifie la direction d'une aiguille aimantée, c'est l'expérience d'Œrsted. La loi de Biot et Savart permet de connaître la valeur de ce champ en un point distant d'un conducteur parcouru par un courant d'intensité i. La norme du champ est proportionnelle à cette intensité, sa direction dépend de la forme et de la position du circuit.

Lois fondamentales - crédits : Encyclopædia Universalis France

Lois fondamentales

Un autre conducteur parcouru par un courant d'intensité I placé dans le champ magnétique créé par le courant i (champ magnétique B) est soumis à une force, la force magnétique F. La loi de Laplace permet de calculer cette force :

(× désignant le produit vectoriel), elle est proportionnelle à l'intensité I (fig. 2).

Déplacement électronique autour du noyau - crédits : Encyclopædia Universalis France

Déplacement électronique autour du noyau

La loi de Biot et Savart montre qu'un courant est une source de champ magnétique. La connaissance de la structure de la matière permet d'expliquer le magnétisme. En effet, la description atomique indique que les électrons gravitent autour des noyaux. Ce déplacement de charges étant équivalent à un « courant », il crée un champ magnétique (fig. 3). Cependant, à l'échelle macroscopique, le champ magnétique moyen créé est généralement nul.

Lorsqu'un champ magnétique extérieur oriente les divers courants équivalents aux déplacements des électrons, la matière s'aimante ; elle produit un champ magnétique non nul et peut être soumise à une force magnétique. Le matériau aimanté se comporte comme une spire parcourue par un courant.

Les phénomènes sont qualitativement et quantitativement très différents suivant les corps envisagés. Ainsi, pour les corps diamagnétiques cet effet est quasi nul ; il est plus important pour les corps paramagnétiques mais devient très intense pour les corps ferromagnétiques tels le fer, les aciers et les alliages contenant du chrome ou du nickel. Lorsqu'un corps ferromagnétique est placé dans un champ magnétique extérieur créé par exemple par un courant, il s'aimante et le champ magnétique est fortement augmenté ; il est multiplié par la perméabilité magnétique μr, nombre pouvant atteindre 1 000.

Certains matériaux ferromagnétiques conservent leur aimantation lorsqu'on supprime le champ excitateur (effet d'hystérésis). Ils constituent les aimants permanents : ils produisent un champ magnétique et exercent entre eux des forces d'attraction ou de répulsion analogues aux effets que produiraient leurs courants équivalents.

Les ordres de grandeur, les applications

Les champs magnétiques s'expriment en teslas (T). On peut donner quelques ordres de grandeurs : la composante horizontale du champ magnétique terrestre à la latitude 450 est de 2 × 10—5 T ; le champ magnétique au centre d'une spire de 1 cm de rayon et parcourue par un courant de 1 A est de 6,3 × 10—5 T ; le champ d'une bobine d'un petit électroaimant est de l'ordre de 0,1 à 0,5 T ; enfin, le champ magnétique produit dans les gros électroaimants des accélérateurs de particules est supérieur à 1 T.

Dans les applications de l'électrotechnique utilisant les effets du champ magnétique il est nécessaire d'avoir des champs intenses. La présence d'un corps ferromagnétique est donc indispensable. On réalise ainsi des « circuits magnétiques » où des spires de courant (courant excitateur) créent le champ qui agit sur le matériau dont[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jean-Marie DONNINI et Lucien QUARANTA. ÉLECTRICITÉ - Lois et applications [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Principaux phénomènes électriques et lois fondamentales qui les régissent - crédits : Encyclopædia Universalis France

Principaux phénomènes électriques et lois fondamentales qui les régissent

Création d'un champ électrique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Création d'un champ électrique

La fée électricité - crédits : Encyclopædia Universalis France

La fée électricité

Autres références

  • AMPÈRE ANDRÉ-MARIE (1775-1836)

    • Écrit par Louis POUDENSAN
    • 1 788 mots
    • 1 média
    Jusqu'en 1820, on connaissait l'électricité grâce à la pile de Volta et à la balance de Coulomb. On connaissait aussi le magnétisme et la lumière. Mais entre ces trois ordres de phénomènes, on n'établissait aucune relation, et, ignorant leur nature intime, on ne savait même pas déterminer et régler...
  • BIPM (Bureau international des poids et mesures)

    • Écrit par Céline FELLAG ARIOUET
    • 1 575 mots
    ...maintient des étalons de référence utilisés pour conduire ces comparaisons et assure des étalonnages dans le cadre de ces comparaisons. Pour le domaine de l’électricité, par exemple, le BIPM effectue des comparaisons et des étalonnages des étalons primaires nationaux pour les grandeurs électriques les plus...
  • BRAUN KARL FERDINAND (1850-1918)

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 272 mots

    Né le 6 juin 1850 à Fulda (Allemagne), Karl Ferdinand Braun fit ses études universitaires à Marburg et à Berlin. Après une thèse sur l'oscillation des cordes élastiques, il obtint divers postes d'enseignant qui le menèrent successivement à Würzburg, Leipzig, Marburg, Strasbourg (alors allemande),...

  • CAVENDISH HENRY (1731-1810)

    • Écrit par Jacques GUILLERME
    • 1 852 mots
    • 1 média
    C'est en se fondant sur le modèle newtonien de l'attraction qu'il entreprit de déterminer les interactions des charges électriques sur les conducteurs ; non seulement il formule une théorie correcte de la distribution des charges dans les condensateurs, mais vérifie expérimentalement que les actions...
  • Afficher les 71 références

Voir aussi