MAYENCE ÉLECTORAT DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Territoire, dont l'archevêque de Mayence, premier Électeur du Saint Empire depuis le xiiie siècle, possède la souveraineté territoriale (Landeshoheit) comme prince de cet Empire (à ne pas confondre avec son diocèse, beaucoup plus étendu). Les Électeurs successifs élargissent leur territoire avec des centres sur le Rhin moyen (Bingen), dans la Franconie (Aschaffenburg), en Hesse (Fritzlar-Amönenburg) et en Thuringe (Eichsfeld, Erfurt). La capitale, Mayence, donne son unité à l'ensemble. L'importance de cet électorat ne résulte ni de l'étendue, réduite, de son territoire ni de sa population (400 000 habitants au xviiie siècle), mais des fonctions que l'archevêque de Mayence exerce dans l'Empire en tant que archichancelier, directeur de la Diète de l'Empire, primat de l'Église allemande. En principe, l'autorité du prince-électeur dans l'électorat est absolue depuis 1462 ; en réalité, le chapitre (vingt-quatre capitulaires) joue un rôle considérable qui oblige les archevêques au moment de leur élection à accepter les capitulations. Ce chapitre prend part au gouvernement du territoire.

Le déclin du Saint Empire au xive siècle provoque aussi celui de l'archevêché, qui est gêné par les territoires voisins, surtout par le Palatinat et la Hesse. Les doubles élections au trône épiscopal de 1328, de 1346, de 1374, de 1397 et de 1461 nuisent à l'électorat ; la dernière conduit à une querelle destructive du chapitre, dans laquelle Mayence perd ses positions les plus importantes en Hesse au profit du landgrave et dans la région Rhin-Odenwald au profit du Palatinat. Les Électeurs Diether von Isenburg (1459-1463 et 1475-1482), fondateur de l'université, et Berhold von Henneberg (1484-1504) ne réussissent pas à éviter ce déclin. Avec la Réforme, l'importance de l'électorat diminue du fait de la perte d'une partie de son diocèse, les princes et les villes impériales de ce diocèse deven [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MAYENCE ÉLECTORAT DE  » est également traité dans :

ALBERT DE HOHENZOLLERN (1490-1545) électeur de Mayence (1514-1545)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 316 mots

Auteur indirect de la Réforme, le prince Albert de Hohenzollern est le type même de l'évêque humaniste et mondain, plus soucieux de politique que de pastorale. Frère de l'Électeur de Brandebourg, il devient, grâce à la politique dynastique qui vise à faire de Magdebourg un apanage des cadets, archevêque de ce siège, en 1513, et administrateur de Halberstadt. L'année suivante, il obtient en plus l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-de-hohenzollern/#i_49348

ÉLECTEURS D'EMPIRE

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 977 mots

Dans la tradition franque, le roi est acclamé par le peuple, en réalité par les hommes libres en état de porter les armes : les Freiherrn , qui sont les barons de l'époque féodale. Ils sont regroupés en nations dans la partie germanique de l'Empire carolingien : Bavarois, Souabes et Saxons (peuples soumis par les Francs à l'époque des Mérovingiens et de leurs successeurs), et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electeurs-d-empire/#i_49348

REICHSTAG

  • Écrit par 
  • François IGERSHEIM
  •  • 894 mots

La Diète d'Empire, ou Reichstag, est la continuation de la tradition franque des assemblées populaires auxquelles participaient les hommes libres de la tribu pour régler tous les problèmes importants. Le roi était acclamé au cours d'assemblées de ce type. Elles se sont transformées à l'époque carolingienne en assemblées de nobles et d'ecclésiastiques de haut rang, qui venaient sur ordre de l'emper […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reichstag/#i_49348

Pour citer l’article

Peter Claus HARTMANN, « MAYENCE ÉLECTORAT DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/electorat-de-mayence/