ELDORADO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un siècle d'efforts et d'échecs

Mais le succès de Quesada, le seul de toute l'histoire de l'Eldorado, ne fit que donner au mythe une nouvelle consistance : les espérances des conquérants allaient toujours au-delà de leurs découvertes. La légende du cacique couvert d'or s'était répandue dans toute l'Amérique et enrichie de nouveaux détails. Il fallait désormais trouver la « maison du Soleil » et aussi le pays des Amazones, que les dires des Indiens plaçaient dans le Sud, vers le haut Marañón. En 1541, Philipp von Hutten, ancien lieutenant de Spira, partit à la recherche du royaume des Omeguas : ce furent cinq ans d'efforts sans résultats dans les solitudes des Llanos. Pérez de Quesada, frère du fondateur de Bogota, ne réussit pas davantage ; ni Gonzalo Pizarro, dans sa désastreuse expédition à l'est de Quito (1541-1543), bien qu'un détachement de ses troupes, commandé par Orellana, ait réussi à descendre jusqu'à l'Atlantique le grand fleuve « des Amazones ».

Vers 1550, des Indiens venus du Brésil persuadèrent les Espagnols du Pérou de l'existence de grands royaumes civilisés, qu'ils situaient dans l'Orient. Plusieurs expéditions se lancèrent à leur recherche : Pedro de Ursúa (1559), Martin Poveda (1566), Pedro Maraver de Silva et Diego Fernández de Serpa (1569), et jusqu'à l'infatigable Jiménez de Quesada qui avait alors plus de soixante ans. Ce furent autant de désastres, qui ne découragèrent pas de nouvelles tentatives, aux objectifs toujours changeants.

De 1575 à 1587, Francisco de Cáceres n'organisa pas moins de trois expéditions entre les Andes et la Guyane, à la recherche du royaume de Cuarica, nouvel avatar de l'Eldorado. L'héritier de Quesada, Antonio de Berrio, s'acharna de 1584 à 1597, à la découverte de l'insaisissable lagune de Manoa, dans les Llanos et la Guyane ; la grande expédition recrutée en Espagne par son lieutenant Domingo de Vera s'acheva en tragédie (1596).

Au-delà des frontières du monde castillan, le mirage de l'Eldorado séduisit à son tour un vétéran anglais des entreprises américaines, sir Walter Raleigh, qui attaqua la Trinité en 1595 et remonta l'Orénoque jusqu'au confluent du Caroni. Il ne fit pas de découvertes, mais le livre qu'il publia à son retour, The Discoverie of the Large, Rich and Beautiful Empire of Guiana, où abondent des détails imaginaires ou fantastiques, contribua à diffuser dans toute l'Europe la légende de l'Eldorado (1596). Un autre Anglais, Keymis, revint sur l'Orénoque en 1596, toujours sans résultat.

Le dernier héros de l'Eldorado fut Fernando de Berrio, fils d'Antonio de Berrio et héritier de son obsession ; de 1598 à 1610, il conduisit une vingtaine d'expéditions dans le massif des Guyanes : il s'y ruina, mais il n'avait pas renoncé à son rêve quand il mourut en 1622. Le mythe de l'Eldorado, s'il cessa de susciter de nouvelles entreprises au xviie siècle, survécut cependant à l'échec de tant d'efforts : la lagune de Parime et la cité de Manoa étaient restées inaccessibles à toutes les tentatives ; elles n'en figurèrent pas moins, pendant longtemps encore, sur les cartes de l'Amérique, quelque part entre l'Orénoque et l'Amazone.

Les explorations du xviiie siècle portèrent le coup final à la vieille légende ; le voyage de Nicolas Hortsman (1739-1740) et les expéditions organisées par le gouverneur Manuel Centurion (1771-1775) ne trouvèrent trace ni de grands lacs ni de trésors. Avec les travaux de Humboldt, au début du xixe siècle, la géographie fantastique le cède définitivement à une vision scientifique et critique du monde américain. Le seul résultat tangible d'un effort séculaire avait été de permettre une meilleure connaissance de l'espace vénézuélien et de jeter les bases d'une colonisation de l'intérieur du continent.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître assistant à l'École pratique des hautes études, directeur du Centre d'études prospectives et d'informations internationales

Classification

Autres références

«  ELDORADO  » est également traité dans :

GUYANE

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉZY
  •  • 2 342 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Étonnante longévité de cette possession française outre-mer »  : […] La Guyane constitue, sur le plan maritime, un verrou commercial et stratégique essentiel, au cœur de l'océan Atlantique, et la ville de Kourou peut se vanter d'être le « spatioport de l'Europe ». La France ne possède aujourd'hui que 4,5 p. 100 du bouclier guyanais, circonscrit par les fleuves Orénoque, río Negro et Amazone, alors qu'elle en revendiquait, jusqu'en 1900, près de 25 p. 100. Le décala […] Lire la suite

PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Sud

  • Écrit par 
  • Jean-François BOUCHARD, 
  • André DELPUECH, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Dominique LEGOUPIL, 
  • Stéphen ROSTAIN
  • , Universalis
  •  • 23 166 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les proto-États des Andes du Nord »  : […] Dans les Andes du Nord, deux régions ont dépassé le niveau d'organisation des chefferies sub-andines auquel sont demeurés la plupart des groupes préhispaniques jusqu'à la conquête espagnole. Dans le haut plateau du Boyaca, les Muiscas développent un proto-État régi par deux chefs se partageant le pouvoir : le Zipa, dans la région de Bogota au sud, et le Zaque, dans celle de Tunja au nord. Les Mui […] Lire la suite

QUESADA GONZALO JIMÉNEZ DE (1509-1579)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 411 mots

Conquistador espagnol, né en 1509 à Cordoue ou Grenade, mort le 16 février 1579 à Mariquita en Nouvelle-Grenade (auj. Colombie). Après avoir suivi une formation de juriste à Grenade, Gonzalo Jiménez de Quesada fait voile vers le Nouveau Monde en 1535 pour occuper le poste de magistrat en chef de la colonie de Santa Marta, sur la côte caraïbe. Ne disposant d'aucune expérience militaire, Quesada co […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre BERTHE, « ELDORADO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eldorado/