Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

EFFORT, physiologie

L'effort physique provoque dans l'organisme d'importantes perturbations qui affectent toutes les grandes fonctions et plus spécialement la circulation du sang. L'adaptation de l'appareil cardio-vasculaire est très différente selon la nature de l'effort : effort statique (respiration bloquée) et effort dynamique (avec respiration libre) ont des conséquences physiologiques très différentes. À la longue, cette adaptation amène un véritable conditionnement anatomique et physiologique des organes et de l'organisme. C'est dans le domaine de l'entraînement sportif que les mécanismes de ce conditionnement ont pu être étudiés de façon quasi expérimentale.

Les deux types d'effort

Effort statique

L'effort statique est, par exemple, celui qu'effectue un sujet au cours d'un exercice d'haltérophilie. Il fait d'abord une inspiration profonde, la glotte se ferme, le thorax et l'abdomen sont immobilisés en position d'expiration bloquée. Ce blocage respiratoire provoque des perturbations cardio-vasculaires : l'élévation de la pression-intrathoracique, qui se produit alors, se répercute dans les capillaires pulmonaires, l'artère pulmonaire, le ventricule droit, l'oreillette droite et le système veineux (dans la veine cave supérieure en particulier). Le retour du sang veineux au cœur droit est gêné : la vitesse circulatoire est donc ralentie et le débit cardiaque diminué. La circulation artérielle continue cependant à être alimentée par le cœur gauche ; elle s'effectue, au cours des premières secondes de l'effort, sous une forte pression provoquée par des réflexes partis du cœur droit. La tension artérielle peut ainsi passer, dès le début de l'exercice, de 14-8 à 18-12.

Dès que l'effort, qui ne peut être que de très courte durée, cesse, les pressions et les conditions hémodynamiques redeviennent normales.

Un tel effort peut être dangereux pour la circulation cérébrale si l'arbre artériel cérébral n'est pas en parfait état. Alors peuvent se produire des ruptures artérielles, en cas d'anévrisme ou de sclérose. Si l'effort est réalisé en position couchée (exercice de gymnastique abdominale), les risques sont encore plus grands, surtout pour les personnes âgées.

Effort dynamique

L'effort dynamique, produit pendant une marche ou une course, permet une adaptation cardio-pulmonaire s'effectuant en respiration libre. La mesure des volumes d'oxygène consommé et de gaz carbonique rejeté permet de mettre en évidence les variations des paramètres physiologiques qu'il entraîne. Par minute un sujet au repos absorbe 200 à 250 cm3 d'oxygène et produit 200 cm3 de gaz carbonique. Au cours d'un effort violent, ces chiffres peuvent atteindre 4 à 5 l/min pour l'oxygène et 5 à 6 l/min pour le gaz carbonique ; dans le cas d'une marche rapide (8 km/h), ils sont de 2,4 l/min et 2,5 l/min.

Débit cardiaque

Pour s'adapter à cette situation, le débit cardiaque de 4 à 5 l/min au repos, peut atteindre 40 l/min, grâce à l'augmentation de l'ondée systolique, quantité de sang éjectée par chaque ventricule au cours d'une contraction, et à celle de la fréquence cardiaque. Ces deux phénomènes, bien qu'apparemment opposés, sont étroitement liés : l'ondée systolique dépend du remplissage ventriculaire qui est à la fois gêné par la diminution du temps de pause diastolique (tachycardie) et favorisé par l'augmentation de la vitesse circulatoire. En outre, les contractions musculaires des membres inférieurs et la baisse de la pression thoracique lors des grandes inspirations permettent un remplissage rapide du cœur. Ce mécanisme de variation de l'ondée systolique est encore mal connu : la loi de Starling (augmentation de l'éjection avec la dilatation du cœur et l'étirement de la fibre cardiaque) est sans doute dépassée. Les travaux de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé à la faculté de médecine de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ARTICULATIONS

    • Écrit par Claude GILLOT, André-Paul PELTIER
    • 6 073 mots
    • 4 médias
    Ilest évident que, lors des efforts, les articulations sont amenées à être soumises à des sollicitations mécaniques considérables, et en particulier à des pressions très élevées. Plusieurs facteurs que nous avons déjà envisagés individuellement, mais qui méritent d'être regroupés ici, jouent concurremment...
  • ASTHME

    • Écrit par Philippe GODARD, François-Bernard MICHEL
    • 5 857 mots
    • 2 médias
    L'asthme d'effort est une obstruction bronchique survenant à l'arrêt de l'effort, typiquement cinq à quinze minutes après, voire pendant l'effort, mais il cède parfois pendant l'effort poursuivi et il devient alors possible de « courir à travers son asthme ».
  • CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

    • Écrit par Jean-Yves ARTIGOU, Yves GROSGOGEAT, Paul PUECH
    • 16 174 mots
    • 4 médias
    L'ECG enregistré àl'effort a un double intérêt : diagnostique, pour dépister une cardiopathie ischémique (40 p. 100 environ des sujets ayant un angor authentique et des lésions coronariennes significatives à la coronarographie ont un ECG normal au repos), et d'évaluation fonctionnelle,...
  • MÉTABOLISME

    • Écrit par Paul DI COSTANZO, Charles KAYSER, Jo NORDMANN
    • 8 386 mots
    • 9 médias
    Parmi ces trois sources de dépense d'énergie supplémentaire, celle qui est due au travail musculaire est de beaucoup la plus importante : dans un effort extrême, de courte durée, l'organisme humain réussit à multiplier sa dépense par dix et quinze, l'athlète par vingt. Il est toutefois exceptionnel...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi