EFFORT, physiologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le conditionnement sportif

La pratique habituelle d'activités physiques, en provoquant sur les divers appareils les réactions ci-dessus décrites, est à l'origine d'un véritable conditionnement organique.

L'exemple le plus spectaculaire est celui du cœur. Le conditionnement cardiaque se traduit par trois caractères qui font du cœur sportif un cœur bien particulier. Le cœur sportif est gros ; l'augmentation du volume est due à la fois à une hypertrophie du muscle également répartie sur le cœur droit et sur le cœur gauche et à une augmentation de capacité des cavités ventriculaires. Cela explique la possibilité qu'a le cœur sportif d'augmenter considérablement son débit lors de l'effort. Ce cœur est lent ; le rythme de base se situe vers 50. Cela est dû à l'hypertonie du système pneumogastrique consécutive à l'entraînement du système nerveux autonome fréquemment sollicité par des appels de sens contraire qui marquent démarrage et arrêt. Le cœur sportif est sthénique, c'est-à-dire que la force de ses contractions est plus grande. Cet effet est dû à la fois à la plus grande longueur de la fibre, à la meilleure irrigation du muscle, à la meilleure qualité du métabolisme et à l'action sur la fibre myocardique de l'adrénaline sécrétée en abondance par la médullo-surrénale lors de l'effort.

Les glandes surrénales subissent aussi une hypertrophie qui permet la possibilité d'un accroissement de la sécrétion des diverses hormones. L'anatomie du poumon est également transformée par l'augmentation de la circulation pulmonaire.

Ce conditionnement anatomique, qui montre la réalité de l'effet des activités physiques sur l'organisme, ne doit pas faire oublier le conditionnement physiologique dont les effets sont surtout nets dans le domaine de la motricité.

L'entraînement développe le contrôle de la motricité en permettant d'acquérir la précision et l'économie du geste qui se trouve débarrassé de tous les mouvements parasites inutiles, la souplesse des mouvements par une meilleure harmonisation de l'ac [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : professeur agrégé à la faculté de médecine de Paris

Classification


Autres références

«  EFFORT, physiologie  » est également traité dans :

ARTICULATIONS

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • André-Paul PELTIER
  •  • 6 078 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mécanismes protecteurs de l'articulation »  : […] Il est évident que, lors des efforts, les articulations sont amenées à être soumises à des sollicitations mécaniques considérables, et en particulier à des pressions très élevées. Plusieurs facteurs que nous avons déjà envisagés individuellement, mais qui méritent d'être regroupés ici, jouent concurremment pour protéger alors l'articulation : ce sont la lubrification du cartilage, son élasticité, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/articulations/#i_22363

ASTHME

  • Écrit par 
  • Philippe GODARD, 
  • François-Bernard MICHEL
  •  • 5 848 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Asthme d'effort ou post-exercice »  : […] L' asthme d'effort est une obstruction bronchique survenant à l'arrêt de l'effort, typiquement cinq à quinze minutes après, voire pendant l'effort, mais il cède parfois pendant l'effort poursuivi et il devient alors possible de « courir à travers son asthme ». L'asthme induit par l'exercice est fréquent chez l'enfant asthmatique (75 p. 100 des cas), sa fréquence est discutée chez l'adulte. Il ne f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asthme/#i_22363

CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

  • Écrit par 
  • Jean-Yves ARTIGOU, 
  • Yves GROSGOGEAT, 
  • Paul PUECH
  •  • 16 124 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les cardiopathies ischémiques »  : […] On désigne sous le nom de cardiopathies ischémiques les maladies du cœur dues à un défaut d'apport sanguin par les artères coronaires. Trois phénomènes concourent à diminuer le débit des artères coronaires : – La maladie athéromateuse est responsable de dépôts d' athéromes à l'intérieur des artères coronaires. Elle peut aboutir à des rétrécissements du calibre interne de l'artère et déterminer de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coeur-maladies-cardio-vasculaires/#i_22363

MÉTABOLISME

  • Écrit par 
  • Paul DI COSTANZO, 
  • Charles KAYSER, 
  • Jo NORDMANN
  •  • 8 425 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le travail musculaire »  : […] Parmi ces trois sources de dépense d'énergie supplémentaire, celle qui est due au travail musculaire est de beaucoup la plus importante : dans un effort extrême, de courte durée, l'organisme humain réussit à multiplier sa dépense par dix et quinze, l'athlète par vingt. Il est toutefois exceptionnel de rencontrer des dépenses d'énergie au cours d'un nycthémère qui dépassent de cinq fois la dépense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metabolisme/#i_22363

MUSCLES

  • Écrit par 
  • Jean RAIMBAULT, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 12 918 mots
  •  • 10 médias

La motilité est l'une des propriétés les plus caractéristiques de l'animal. Se déplacer, pour un tel organisme, est source d'autonomie et donc préalable indispensable à toute adaptation à l'environnement. Cette propriété est le fait d'un ensemble, bien caractérisé, de molécules, les protéines contractiles, qui ne sont pas spécifiques du tissu musculaire et se retrouvent pratiquement dans toutes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muscles/#i_22363

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Physiologie

  • Écrit par 
  • Roland LEFRANÇOIS
  • , Universalis
  •  • 7 265 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nécessité d'une régulation »  : […] Dans la région bulbo-protubérentielle du tronc cérébral, des formations nerveuses, les centres respiratoires , sont à l'origine des influx nerveux responsables de la contraction plus ou moins intense des muscles inspiratoires et expiratoires et, en définitive, de l'intensité de la respiration. Celle-ci doit être adaptée aux besoins de l'organisme : un homme au repos consomme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-physiologie/#i_22363

STIMULATION CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre TRIGANO
  •  • 984 mots

L'évolution de la stimulation cardiaque depuis les années 1970 a été marquée tout à la fois par une simplification de la procédure opératoire, une prodigieuse évolution du matériel, le pacemaker , et un redéploiement des études portant sur les indications de cette thérapeutique. Les indications de la stimulation cardiaque proviennent d'atteintes portant sur le tissu nodal ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stimulation-cardiaque/#i_22363

TENDINITES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS
  •  • 381 mots

Maladies fréquentes, très médiatisées dans le monde sportif, plus discrètement douloureuses dans le monde du travail, les tendinites comportent deux variétés essentielles : – les tendinites d'insertion , ruptures partielles, qui siègent sur le périoste et la partie adjacente du tendon ou des lames aponévrotiques musculaires ; – les ténosynovites , maladi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tendinites/#i_22363

Pour citer l’article

Fernand PLAS, « EFFORT, physiologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/effort-physiologie/