BERNSTEIN EDUARD (1850-1932)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le révisionnisme est né de la situation paradoxale de la social-démocratie allemande au début du xxe siècle. Un parti puissant, dans un pays prospère, continue de professer une idéologie révolutionnaire, alors qu'il tire sa force du jeu démocratique. La permanence de ce paradoxe dans le mouvement ouvrier occidental explique la pérennité du révisionnisme. Ceux qui, au xxe siècle, ont essayé de rajeunir l'idéologie socialiste ont utilisé les mêmes arguments que Bernstein et ont suscité les mêmes réactions de la part des courants orthodoxes. Même les tentatives de rajustement doctrinal dans les grands partis communistes occidentaux retrouvent les thèmes de la pensée révisionniste.

Le secrétaire d'Engels

Eduard Bernstein est né à Berlin dans une famille juive libérale. Son père, artisan, pratique une religion assouplie. Son oncle, le rabbin Aron Bernstein, est le fondateur du journal libéral La Gazette populaire de Berlin (Berliner Volkzeitung). Après des études secondaires sans éclat, il entre à seize ans comme apprenti chez un banquier. De 1871 à 1878, il est employé à la banque Rothschild. Il adhère en 1872 à l'Internationale ouvrière par le canal du parti « eisenachien » (Parti social-démocrate des travailleurs), qui s'oppose à l'Association générale allemande des travailleurs, fondée par Ferdinand Lassalle. Il suit le courant général qui, à l'époque, pousse les jeunes libéraux vers le socialisme, seule force, à leurs yeux, capable de réaliser l'idéal démocratique. Ses qualités de propagandiste et de journaliste en font rapidement un responsable en vue. Au congrès d'unification de Gotha (1875), il est élu au comité directeur du parti unifié.

Votées le 19 octobre 1878, les lois anti-socialistes contraignent Bernstein à l'exil. À partir de 1881, il dirige en Suisse, avec son futur adversaire K. Kautsky, le Sozial Democrat, organe du parti. Dans ce climat de répression, il adopte une attitud [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : assistant de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques

Classification


Autres références

«  BERNSTEIN EDUARD (1850-1932)  » est également traité dans :

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Socialisme et anticolonialisme »  : […] À ce colonialisme va s'opposer un anticolonialisme aux aspects bien divers et parfois contradictoires. En Angleterre, par exemple, les libéraux n'ont pas désarmé et, en 1881, la politique annexionniste de Disraeli est condamnée par les électeurs. Cette opposition s'en prend à une certaine conception de l'Empire et l'échec électoral de Chamberlain en 1906 signifie le rejet de l'impérialisme douanie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_25470

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 805 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La IIe Internationale »  : […] L'extraordinaire développement de l'industrie augmente les effectifs du prolétariat au cours des années 1880 : de grandes organisations socialistes nationales se constituent, entretenant des rapports variés avec les organisations syndicales. Le modèle devient celui de la social-démocratie allemande, unifiée à Gotha entre marxistes et lassalliens. Encore divisée à son congrès de Paris (1889), l'In […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire/#i_25470

KAUTSKY KARL (1854-1938)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 422 mots

Né à Prague, Kautsky milite tout d'abord au sein de la social-démocratie autrichienne ; exilé à Zurich, il devient marxiste sous l'influence de Bernstein avec lequel il anime Der Sozial-Demokrat (1880-1881). Pendant deux ans, il est à Londres le secrétaire d'Engels, puis il adhère au Parti social-démocrate allemand et fonde à Stuttgart Le Temps nouveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-kautsky/#i_25470

MARXISME - Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 652 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance du révisionnisme »  : […] Après la mort de Marx, Eduard Bernstein, exécuteur testamentaire d'Engels, procède à la première révision. En 1899, dans Les Présupposés du socialisme , Bernstein propose d'abord une révision des dogmes. Au nom du réalisme, mais aussi au nom de l'idéal : « La social-démocratie aurait besoin d'un Kant pour soumettre au crible de la critique nombre d'idées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-les-revisions-du-marxisme/#i_25470

RÉFORMISME

  • Écrit par 
  • Jacques JULLIARD
  •  • 3 003 mots

Dans le chapitre « Les terrains d'élection »  : […] Pourtant, en dépit des apparences, le réformisme n'a cessé de gagner du terrain au sein du mouvement socialiste . En France, les socialistes modérés groupés autour de Paul Brousse veulent « fractionner le but idéal en plusieurs étapes sérieuses, immédiatiser en quelque sorte quelques-unes de [leurs] revendications pour les rendre enfin possibles  » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reformisme/#i_25470

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 056 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La social-démocratie allemande »  : […] La social-démocratie allemande fut le premier parti socialiste constitué après la débâcle de la I re  Internationale. Ce fut aussi le plus puissant, le parti modèle que bien d'autres cherchèrent à imiter. Mais le système politique allemand, constitutionnel, mais non parlementaire, limita son influence et son action. Le 28 septembre 1863 fut créée par Ferdinand Lassalle l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-mouvements-socialistes-socialisme/#i_25470

SOCIALISME - Social-démocratie

  • Écrit par 
  • Philippe MARLIÈRE
  •  • 10 049 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du mot à la réalité »  : […] D'obédience sociale-démocrate, la I re  Internationale (1864-1876), première organisation politique du mouvement ouvrier, revendique la conquête du pouvoir politique. La classe ouvrière se dote pour la première fois de structures de masse nationales, révolutionnaires car fortement influencées par le marxisme. Elle devient ainsi un acteur politique à part entière. L'enfanc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisme-social-democratie/#i_25470

Pour citer l’article

Frédéric BON, « BERNSTEIN EDUARD - (1850-1932) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eduard-bernstein/