BERNSTEIN EDUARD (1850-1932)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le révisionniste

Le révisionnisme se situe dans le cadre du marxisme. Il ne se propose pas de détruire ou de remplacer, mais de critiquer, d'inventorier et de prolonger. Sur le plan théorique, Bernstein met en cause la dialectique hégélienne, schéma spéculatif séduisant, mais dont le formalisme, selon lui, ne correspond qu'assez rarement aux faits. L'analyse économique marxiste, quant à elle, maintient des formules qui ne sont pas conformes aux faits. Le mouvement de prolétarisation n'est pas évident ; au contraire, la structure sociale se diversifie et la richesse sociale se diffuse de plus en plus largement. La thèse de la concentration du capital se trouve démentie par le maintien des petites et moyennes entreprises. Les facteurs de crises économiques subsistent. Mais leurs effets sont contrecarrés par d'autres facteurs ; rien ne permet d'affirmer que l'amélioration constatée à la fin du xixe siècle est provisoire. La stratégie proposée par Bernstein s'articule sur une conception nouvelle du socialisme : celui-ci ne peut se résumer à l'expropriation des capitalistes. Il faut en outre que le prolétariat soit capable de gérer les entreprises. Il doit allier la maturité économique à la maturité politique. Fortement impressionné par l'expérience des coopératives britanniques, Bernstein voit dans les associations économiques l'école de gestion du prolétariat. La démocratie, dans ces conditions, « est à la fois moyen et but. Elle est le moyen pour établir le socialisme, en même temps que la forme de sa réalisation ». La social-démocratie doit répudier les formules antidémocratiques, comme la dictature du prolétariat et la prise du pouvoir par la violence. Pratiquement, elle s'est placée sur le terrain démocratique ; théoriquement, elle doit revendiquer l'héritage du libéralisme, en tant que mouvement historique : « Qu'elle ose paraître ce qu'elle est. » Cette apostrophe de la Marie Stuart de Schiller, Bernstein la lance à la social-démocratie.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : assistant de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques

Classification


Autres références

«  BERNSTEIN EDUARD (1850-1932)  » est également traité dans :

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Socialisme et anticolonialisme »  : […] À ce colonialisme va s'opposer un anticolonialisme aux aspects bien divers et parfois contradictoires. En Angleterre, par exemple, les libéraux n'ont pas désarmé et, en 1881, la politique annexionniste de Disraeli est condamnée par les électeurs. Cette opposition s'en prend à une certaine conception de l'Empire et l'échec électoral de Chamberlain en 1906 signifie le rejet de l'impérialisme douanie […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 805 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La IIe Internationale »  : […] L'extraordinaire développement de l'industrie augmente les effectifs du prolétariat au cours des années 1880 : de grandes organisations socialistes nationales se constituent, entretenant des rapports variés avec les organisations syndicales. Le modèle devient celui de la social-démocratie allemande, unifiée à Gotha entre marxistes et lassalliens. Encore divisée à son congrès de Paris (1889), l'In […] Lire la suite

KAUTSKY KARL (1854-1938)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 422 mots

Né à Prague, Kautsky milite tout d'abord au sein de la social-démocratie autrichienne ; exilé à Zurich, il devient marxiste sous l'influence de Bernstein avec lequel il anime Der Sozial-Demokrat (1880-1881). Pendant deux ans, il est à Londres le secrétaire d'Engels, puis il adhère au Parti social-démocrate allemand et fonde à Stuttgart Le Temps nouveau ( Die neue Zeit ), qui devient très vite la […] Lire la suite

MARXISME - Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 652 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance du révisionnisme »  : […] Après la mort de Marx, Eduard Bernstein, exécuteur testamentaire d'Engels, procède à la première révision. En 1899, dans Les Présupposés du socialisme , Bernstein propose d'abord une révision des dogmes. Au nom du réalisme, mais aussi au nom de l'idéal : « La social-démocratie aurait besoin d'un Kant pour soumettre au crible de la critique nombre d'idées reçues. Le matérialisme de façade n'est que […] Lire la suite

RÉFORMISME

  • Écrit par 
  • Jacques JULLIARD
  •  • 3 003 mots

Dans le chapitre « Les terrains d'élection »  : […] Pourtant, en dépit des apparences, le réformisme n'a cessé de gagner du terrain au sein du mouvement socialiste . En France, les socialistes modérés groupés autour de Paul Brousse veulent « fractionner le but idéal en plusieurs étapes sérieuses, immédiatiser en quelque sorte quelques-unes de [leurs] revendications pour les rendre enfin possibles  » ( Le Prolétaire , 19 nov. 1881). Le nom de poss […] Lire la suite

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 056 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La social-démocratie allemande »  : […] La social-démocratie allemande fut le premier parti socialiste constitué après la débâcle de la I re  Internationale. Ce fut aussi le plus puissant, le parti modèle que bien d'autres cherchèrent à imiter. Mais le système politique allemand, constitutionnel, mais non parlementaire, limita son influence et son action. Le 28 septembre 1863 fut créée par Ferdinand Lassalle l'Association générale alle […] Lire la suite

SOCIALISME - Social-démocratie

  • Écrit par 
  • Philippe MARLIÈRE
  •  • 10 049 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du mot à la réalité »  : […] D'obédience sociale-démocrate, la I re  Internationale (1864-1876), première organisation politique du mouvement ouvrier, revendique la conquête du pouvoir politique. La classe ouvrière se dote pour la première fois de structures de masse nationales, révolutionnaires car fortement influencées par le marxisme. Elle devient ainsi un acteur politique à part entière. L'enfance sociale-démocrate est d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Frédéric BON, « BERNSTEIN EDUARD - (1850-1932) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eduard-bernstein/