EDDAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Forme, techniques, genres

Cette originalité n'est pas seulement due au contenu. Elle tient autant, sinon davantage, à l'art dont on n'a pas fini de s'émerveiller : il fait irrésistiblement penser aux arabesques savantes, aux motifs décoratifs hautement élaborés que l'on admire dans les productions artistiques de l'époque viking, bijoux ciselés, proues sculptées, tapisseries.

L'écriture n'ayant fait son apparition dans le nord que vers l'an 1000 – les runes qui la précédèrent ne se prêtaient guère à la rédaction de textes longs – il s'ensuit qu'il a fallu que ces textes se gravent dans la mémoire et que tous les procédés mnémotechniques y aient eu droit de cité. Les auteurs en ont favorisé deux : le jeu de l'accentuation, fortement marquée dans ces langues, et celui des allitérations. En termes brefs, expressifs, soutenus par cette trame des temps forts et des retours de sonorités identiques, le poème relate, en resserrant l'énoncé au maximum et, parfois, jusqu'à l'obscurité, hauts faits, souvenirs glorieux, thèmes sacrés. Comme une basse continue, le savant lacis des répétitions de phonèmes sous-tend le récit et le guide. Ainsi la poésie eddique est-elle de nature éminemment orale.

En principe, chaque poème consiste en une série de lignes ou, plus exactement, d'unités de rythme et de sens qui couvrent deux vers, lesquels doivent supporter quatre accents ou temps forts et, en outre, être intimement liés, et par une allitération consonantique ou vocalique à trois termes dont la clef est donnée par la sonorité accentuée du premier temps fort du deuxième vers :

Hrauzk ór hervádum,  Hratt á völl brynju (Il jaillit de son armure,  Rejeta sur la plaine sa cotte de mailles),

et par une « rime » (en vérité, un retour de graphie) à l'intérieur de chaque vers :

Glumdi á gjálfrtömdum(umd-ömd) Gestils skeidhestum(est-est) Eldr of allvaldi(eld-ald) Aegis nafnfraegjum(aeg-aeg)(Clapotait sur le vacarme des vagues Le courrier de Gestill [le bateau], Le feu du tout-puissant Aegir le renommé [le bateau])

Ainsi se crée l'unité : ce type de vers s'appelle fornyrdislag (mètre des chants anci [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages





Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  EDDAS  » est également traité dans :

EDDAS (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 855 mots

Ces deux recueils islandais du xiiie siècle, l'un poétique, l'autre dit « en prose », nous donnent, dans une forme hautement élaborée, la majorité des textes sur lesquels nous nous fondons pour connaître la mythologie des anciens Scandinaves. Ils comptent parmi les fle […] Lire la suite

BRÜNHILD, BRÜNNHILDE ou BRYNHILDR

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Princesse guerrière à la grande beauté, héroïne de la littérature épique germanique du Moyen Âge et apparaissant dans d'anciennes sources noroises et nordiques (chants de l' Edda , saga islandaise des Völsungar) et, en allemand, dans le Nibelungenlied (début du xiii e  siècle ; La Chanson des Nibelungen ). Appelée Brynhild, Brynhildr Brünhild, Brünnhilde ou Brunehilde selon les sources, elle es […] Lire la suite

FREYJA

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 085 mots

Dans la mythologie du Nord, la déesse Freyja occupe une place centrale, mais il est difficile de cerner exactement sa personnalité : son caractère licencieux explique que les commentateurs du Moyen Âge, qui constituent nos sources principales et qui étaient chrétiens, se soient montrés discrets. De plus, pour des raisons philologiques évidentes, elle est souvent confondue avec Frigg, si bien qu'il […] Lire la suite

GRUNDTVIG NICOLAI FREDERIK SEVERIN (1783-1872)

  • Écrit par 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN
  •  • 2 015 mots

Dans le chapitre « Poésie et mythologie »  : […] Au cours de sa longue vie – né en 1783 à Udby, il mourut à Copenhague en 1872 –, Nicolai Grundtvig a traversé presque un siècle de vie spirituelle au Danemark. Il a d'abord été enfant du xviii e  siècle, dont le goût marque ses premières lectures et ses premières options en matière religieuse. Il entreprit ses études « sans esprit et sans foi », pour reprendre ses propres termes, et, même devenu l […] Lire la suite

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 474 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'ère de la grandeur »  : […] Les Islandais n'ayant appris à écrire, aux divers sens du mot, qu'après la christianisation de leur île (999) et selon les enseignements de l'Église, il n'existe pas d'œuvre de leur main antérieure à 1100 approximativement. Et leurs premiers écrits accusent fortement l'influence de la littérature hagiographique, du style clérical dit style savant ( lœr ᵭ um stil ), et d'une conception du monde or […] Lire la suite

KALEVALA

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 258 mots

Dans le chapitre « L'apport scandinave »  : […] Puis les choses se compliquent. Les interactions entre la Scandinavie (Suède surtout) et la Finlande ont dû être bien plus nombreuses et profondes qu'on ne le croit. Les Vikings suédois, les « rus », passaient par la Carélie avant d'entreprendre, par les fleuves russes, la traversée qui les mènerait à Miklagardr (Byzance). De leur côté, les Finnois ont dû commercer avec eux, leur vendre des peaux, […] Lire la suite

LOKI

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 235 mots

Dans la mythologie du Nord, Loki est le dieu du Mal. Mais cette définition est peu éclairante, car la conception que l'on peut se faire du « mal » varie infiniment avec les lieux, les époques, les hommes, les cultures ; et, comme le Nord présente un phénomène caractérisé de brassage (de peuples et d'influences surtout), il est presque décourageant de tenter de préciser les contours de la figure, é […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mythologie germano-nordique »  : […] Malgré les nombreuses études qu'elle a suscitées, la mythologie germano-nordique reste très mal connue, en raison, avant tout, de l'indigence des documents dont nous disposons. Nos sources principales, les Eddas ( Edda poétique , xii e  siècle, Edda de Snorri Sturluson , env. 1220) sont trop récentes et imprégnées de christianisme ; et tous les autres témoins (archéologiques et runiques ; écrits n […] Lire la suite

NIBELUNGEN

  • Écrit par 
  • Pierre SERVANT, 
  • Georges ZINK
  •  • 4 132 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les témoignages nordiques »  : […] Il peut paraître singulier qu'antérieurement à la fin du xii e  siècle les légendes du cycle des Nibelungen aient laissé si peu de traces en Allemagne : tout au plus peut-on signaler la présence de Gunther et de Hagen dans un poème latin du début du x e  siècle, le Waltharius. Cela se comprend cependant, car les poèmes qui les relataient ne se transmettaient que par la tradition orale, et il ne s […] Lire la suite

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 720 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les débuts, jusqu'à la Réforme »  : […] Les premiers documents « écrits » remontent au iv e  siècle de notre ère : ce sont les inscriptions runiques égaillées sur tout le territoire norvégien. Simplement commémoratives ou obscurément magiques, concises jusqu'à l'énigme ou hautement élaborées, elles témoignent par leur versification évoluée de l'existence d'une poésie primitive orale de qualité, faite sans doute de proverbes, d'énigmes […] Lire la suite

ODIN, ÓDHINN, WOTAN ou WODEN

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 770 mots

Le principal dieu ase de la mythologie scandinave s'appelle Odin et il est bien attesté également (Wotan) dans tout le domaine germanique continental et anglo-saxon (Woden). Il a donné son nom au mercredi (island., ódinsdagr  ; vha., Wuotanesdac  ; angl., wednesday  ; suéd., onsdag ), ce qui justifie l'identification que faisait Tacite ( Germania ) entre lui et Mercure : comme celui-ci, il est le […] Lire la suite

RAGNARÖK

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 574 mots

Le Ragnarök ou Destin-des-Puissances (et non comme on le dit souvent, en lisant « Ragnarøkr » : Crépuscule-des-Puissances) désigne l'ensemble de représentations apocalyptiques qui correspondaient, pour les anciens Germano-Nordiques, à la fin du monde. Quelles qu'en soient les causes (un parjure des dieux, sans doute, et la mort inexpiable de Baldr, le dieu bon), le Ragnarök accumule en une série d […] Lire la suite

SNORRI STURLUSON (1179-1241)

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 376 mots

Dans le chapitre « Un maître écrivain »  : […] Dans l'état présent des connaissances, on est en mesure d'attribuer à Snorri la paternité de trois œuvres au moins : une des plus importantes sagas dites de famille, Egils Saga Skallagrímssonar ( La Saga d'Egill, fils de Grímr le Chauve ), qui est l'un des chefs-d'œuvre du genre et dont le grand mérite est d'avoir rapporté la part la plus vaste de la production poétique du principal scalde islanda […] Lire la suite

TYR, mythologie nord-germanique

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 866 mots

S'il faut chercher quel est, de tous les dieux que nomment les sources disponibles, celui qu'on peut tenir pour le plus authentiquement nordique (ou germanique), on doit sans hésiter répondre que c'est Tyr. Il est franchement pangermanique — caractéristique que, seule, la déesse Frigg partage avec lui — et a, d'ailleurs, donné son nom au mardi (anglais Tuesday , allemand Dienstag , suédois Tisda […] Lire la suite

VIKINGS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 729 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L’art viking »  : […] Héritier du style animalier de l’Âge du fer, l’art viking reposait sur la figuration d’un bestiaire fantastique où les représentations d’animaux plus ou moins fabuleux étaient intimement combinées pour former entrelacs ou volutes, dans le souci constant d’occuper toute la surface disponible du support. Les dieux restent fort peu représentés. Les décors sur bois et sur pierre étaient souvent rehau […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Régis BOYER, « EDDAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eddas/