Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉCONOMIE MONDIALE 1991 : une économie convalescente

Aux craintes excessives inspirées par la guerre du Golfe ont succédé les espoirs déçus d'une reprise économique. La conjoncture mondiale ne s'est affranchie que vers la fin de 1991 de la morosité ressentie depuis plus d'un an. De plus, les perspectives en fin d'année ne permettaient d'entrevoir, pour 1992, qu'une modeste reprise.

La sortie de la récession ne se révélait alors guère plus vigoureuse que cette dernière n'avait été sévère, mais les esprits étaient peu préparés aux difficultés après neuf ans d'expansion ininterrompue. La précédente récession mondiale avait eu pour détonateur le deuxième choc pétrolier en 1979. La guerre du Golfe a joué, ponctuellement, un rôle comparable en donnant un caractère de crise soudaine au ralentissement qui affectait l'économie mondiale depuis 1989.

Contrairement à la crise déclenchée par l'O.P.E.P., le conflit avec l'Irak n'a pas eu qu'un impact tangible limité. Certes, des pays amis ont en grande partie financé l'intervention militaire des alliés, et l'envolée des cours du pétrole a peu duré. Le retour à la paix n'a cependant pas suffi à rétablir la confiance, et la reprise économique allait s'en trouver affectée. Après avoir « flambé » de juillet à septembre 1990, le cours du pétrole retombait en juillet 1991 au-dessous du prix de référence de l'O.P.E.P. de 21 dollars le baril. Il ne devait retrouver ce niveau que le 18 octobre, après une lente remontée au cours des mois d'été.

Ce redressement s'explique par un ensemble de circonstances. L'Irak n'avait pas accepté les conditions imposées par les Nations unies à sa mise sur le marché de 460 000 barils par jour, et le Koweït venait juste de faire sa rentrée pour de petits tonnages. L'Arabie Saoudite, qui produisait alors 8,5 millions de barils par jour, disposait d'une capacité journalière supplémentaire de seulement 200 000 à 300 000 barils. La production soviétique avait diminué, depuis le début de l'année, de 9,5 p. 100, et ses exportations chuté de 24 p. 100 – et les experts s'attendaient à une poursuite de la tendance en 1992

Face aux nouvelles incertitudes, les pays producteurs et les pays consommateurs se sont concertés pour la première fois, à Paris, les 1er et 2 juillet, à l'initiative de la France et du Venezuela (une première tentative, consécutive au choc pétrolier de 1973-1974, s'était soldée par un échec). Malgré les réticences initiales des États-Unis, craignant une entrave au libre jeu du marché, l'Agence internationale de l'énergie, qui regroupe les pays de l'O.C.D.E., a accepté de prendre le relais pour devenir l'hôte d'une concertation qui se poursuivra seulement sur un plan technique.

Un timide retour de la croissance

Au début du mois d'octobre, le Fonds monétaire international évaluait la croissance de l'économie mondiale pour 1991 à 0,9 p. 100 (cinq mois auparavant, ses experts avaient prévu 1,2 p. 100) contre 2,2 p. 100 en 1990. Le chiffre global recouvrait de profondes disparités. Si les pays industrialisés enregistraient une expansion de 1,3 p. 100 (deux fois moins qu'en 1990), et si les pays en développement autres que ceux de l'Est maintenaient pratiquement leur performance avec une progression de 2,4 p. 100, c'est du côté des anciens pays communistes qu'apparurent des résultats désastreux : une croissance négative de — 10,6 p. 100, contre — 3,6 p. 100 en 1990.

Après un isolement de près d'un demi-siècle, l'Union soviétique et ses anciens satellites retrouvaient ainsi leur influence sur la conjoncture mondiale au niveau statistique. Ils devenaient cause d'une préoccupation majeure, sur le plan du financement, pour les pays industrialisés. Ces derniers voyaient, à leur corps défendant,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi