ÉCONOMIE MONDIALE1991 : une économie convalescente

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le syndrome de la pénurie d'épargne

« Leaders » de l'expansion dans les années 1980 et principales victimes de la récession de 1990-1991, les États-Unis et le Royaume-Uni auraient normalement dû mener la reprise, sous l'effet de la désinflation, vers la fin de 1991. Malgré des signes avant-coureurs encourageants outre-Atlantique à partir de juillet, une franche reprise se faisait toujours attendre à la fin de l'année. Mêmes hésitations de l'autre côté de la Manche. Cela invalidait-il la thèse d'une relation entre l'évolution des prix et la croissance ?

Pour répondre à cette question, il faut tenir compte des conséquences financières des neuf années de boom dans ces pays : la désépargne, plus forte qu'ailleurs, a entraîné un endettement particulièrement élevé qui freine à son tour les dépenses de consommation. La déréglementation financière de la précédente décennie, plus poussée dans les pays anglo-saxons qu'ailleurs, a elle aussi favorisé l'endettement.

Aux États-Unis, ce phénomène a entraîné une gestion laxiste des institutions financières, et principalement des établissements d'épargne (savings and loans). Lorsque, pour juguler l'inflation, la politique monétaire est devenue plus stricte, la situation a dégénéré en un état de crise dont les conséquences ont pesé sur les velléités de redressement de la conjoncture.

L'économie mondiale est-elle, en 1991, réellement menacée de pénurie financière ? La crainte repose sur l'impossibilité, pour les pays déficitaires en capitaux, de compter sur certains grands « fournisseurs » traditionnels : l'Allemagne mobilise ses ressources en faveur des nouveaux Länder, le Japon finance un ambitieux programme d'infrastructures nationales, l'Arabie Saoudite et le Koweït sont devenus emprunteurs.

Ce débat rappelle toutefois, à certains égards, la campagne menée au début des années 1970 (peu après l'abandon du gold exchange standard) par les États-Unis et le Royaume-Uni qui dénonçaient le risque d'une « pénurie de liquidités ». Le F.M.I. procéda alors, sous leur influence, à des émissions massives de droits de tirage spéciaux (D.T.S.), signes monétaires créés ex nihilo, et le monde connut par la suite, sous l'empire de la facilité, une période d'inflation sans précédent.

Il existe une corrélation historique, sur le plan national, entre le taux d'épargne et l'investissement. Les tenants de l'économie néo-classique nient l'influence de ce taux sur la croissance à long terme, qui serait essentiellement liée à l'innovation technologique. En 1991, les préoccupations des autorités ne se situaient pas à un tel niveau. Le rapport annuel de la Banque des règlements internationaux (B.R.I.) notait, au début de juin, que la baisse persistante du taux d'épargne s'était traduite, dans les grands pays industrialisés, par une hausse des taux d'intérêt réels à long terme : inférieurs à 1 p 100 dans les années 1970, ces taux atteignaient environ 4 p. 100 dans les années 1980, et 5 p. 100 en 1990. Mais la B.R.I. ne prévoyait pas de réel déficit dans le court terme, tout au moins pas avant la mise en place de réformes économiques significatives dans les pays de l'Est et la réalisation de nouveaux progrès dans l'apurement des dettes du Tiers Monde.

Entrevoyant des difficultés à moyen terme, la B.R.I. suggérait l'élimination des dispositions, notamment fiscales, décourageantes pour l'épargne privée. Le rapport estimait cependant que le problème concernait surtout l'épargne publique : sa contraction au cours des deux précédentes décennies a compté pour 3,25 points dans la baisse de 3,5 p. 100 de l'épargne nationale nette des pays industrialisés.

Encourager l'épargne privée suppose, on l'a vu, une modération de l'inflation, qui relève de la politique des États. Ces derniers pourraient y pourvoir en relevant les taux d'intérêt, mais une telle orientation est incompatible avec la croissance recherchée. C'est donc, avant tout, la réduction des déficits budgétaires, principaux facteurs de la désépargne publique, que tentent de promouvoir les institutions internationales Or la tendance est tout autre. Le déficit du budget américain atteint en 1991 un nouveau record : 269 milliards de dollars pour l'année fiscale achevée le 30 septembre. En All [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Tristan DOELNITZ, « ÉCONOMIE MONDIALE - 1991 : une économie convalescente », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1991-une-economie-convalescente/