ÉCONOMIE MONDIALE1991 : une économie convalescente

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les progrès de l'intégration en Amérique latine

Les ambitions de George Bush ne se sont pas limités à cette zone de libre commerce « de l'Arctique à Acapulco ». Son projet d'Entreprise pour l'initiative des Amériques (E.I.A.), annoncé le 27 juin 1990, visait à étendre le libre-échange aux deux Amériques, tout en codifiant les questions relatives aux investissements et à l'endettement. Moyennant l'engagement des pays partenaires d'ouvrir leurs marchés, les États-Unis promettaient des allégements de dettes et de nouveaux investissements.

L'Entreprise pour l'initiative des Amériques visait-t-elle à absorber les regroupements amorcés par divers pays latino-américains sur le plan des échanges ? Au vu de l'accord-cadre sur le commerce et les investissements, conclu sous l'égide du projet E.I.A. le 19 juin par les États-Unis et les pays membres du Mercosur – Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay –, il semblait que oui. Le Mercosur est le principal projet d'intégration économique du sous-continent. Selon le pacte signé le 26 mars à Asunción, les quatre pays formeront par étapes, pour le 31 décembre 1994, un marché commun et ils se sont engagés à coordonner leurs politiques macroéconomiques.

Extension et approfondissement de l'accord bilatéral conclu entre le Brésil et l'Argentine en 1986, le Mercosur réunissait, à sa formation, 180 millions d'habitants et un P.I.B. combiné de 400 milliards de dollars. À l'issue de leur première réunion, le 22 juillet 1991, les représentants des quatre pays membres ont décidé d'harmoniser leurs positions sur le dumping et les subventions.

Il y avait un grand absent à ce regroupement : le Chili, qui est à certains égards un pays phare pour le monde latino-américain. Le redressement de sa situation économique en a fait un exemple pour les pays en développement (et parfois pour les autres). C'est précisément à cause de cette réussite que le Chili s'est abstenu de joindre ses destinées économiques à celles du Brésil et de l'Argentine qui paraissaient moins assurées malgré les réformes entreprises. Le 2 août, la signature par les présidents chilien et argentin, Patricio Aylwin et Carlos Menem, d'un accord mettant fin à vingt-trois contentieux frontaliers semblait toutefois de nature à ménager l'avenir. (L'un de ces désaccords, concernant le détroit de Beagle, à l'extrême sud du continent, avait failli dégénérer en conflit armé à deux reprises au cours des vingt années précédentes.)

Mais c'est par le nord que, en 1991, le Chili a choisi de sortir de son isolement, en signant le 22 septembre un accord de libre-échange avec le Mexique. Des initiatives semblables étaient prévues pour les mois suivants avec le Venezuela et la Colombie. Le puzzle commercial latino-américain se mettait en place : ces deux derniers pays négociaient des accords de libre-échange entre eux, ainsi qu'avec le Mexique et avec les pays d'Amérique centrale.

Le président mexicain, Carlos Salinas de Gortari, a joué un rôle capital dans ce mouvement. Son objectif premier a été d'éviter que son pays ne devienne l'otage de l'entente conclue avec son puissant voisin du Nord – une méfiance dont les racines plongent dans l'histoire (« Pauvre Mexique, si loin de Dieu, si près des États-Unis », disait Porfirio Díaz au xixe siècle). Il reste que, si l'on considère le triangle Mexique-Venezuela-Colombie, c'est surtout entre les deux derniers pays que les échanges commerciaux se sont développés. Le projet, confirmé officiellement le 22 juillet, prévoit ici aussi une zone de libre-échange qui doit voir le jour le ler janvier 1992. Contrairement aux membres de l'union douanière du Mercosur, les trois partenaires conserveront des tarifs douaniers distincts à l'égard des pays tiers.

En juillet, la réunion au sommet des pays d'Amérique centrale à San Salvador a confirmé le recentrage sur des objectifs économiques et commerciaux d'un groupement destiné, depuis sa formation en 1986, à contenir les poussées de la guérilla dans la région. La fin de la guerre civile au Nicaragua et les progrès vers la paix accomplis au Salvador comme au Guatemala ont abouti, lors de cette conférence, à la décision d'ouvrir un libre marché aux céréales de base, le 1er janvier 1992, et aux autres denrées six mois plus tard. Les produi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Tristan DOELNITZ, « ÉCONOMIE MONDIALE - 1991 : une économie convalescente », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1991-une-economie-convalescente/