Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES (EPHE)

À la fin du second Empire, la France prend conscience de son retard sur l'Allemagne en matière d'organisation scientifique. Une commission de savants se réunit, qui comprend de grands noms de la science française. Entre autres : Henri Milne-Edwards, Elie de Beaumont, Claude Bernard, Jules Quicherat, Michel Bréal, Alfred Maury. Une série de rapports sont adressés au ministre de l'Instruction publique, Victor Duruy. Ces évaluations aboutissent à la création de l'École pratique des hautes études, par décret impérial du 31 juillet 1868. L'École était dite pratique, parce que les élèves devaient participer activement à des travaux, différents selon la discipline : expérimentation scientifique en laboratoire, recherche sur le terrain, déchiffrement de sources manuscrites. Seconde originalité : chacun pouvait être admis à l'École, sans distinction d'âge, de nationalité, de diplôme, après un stage probatoire. Ainsi verra-t-on quelques préparateurs de laboratoire parvenir au Collège de France. L'École se composait de quatre sections : mathématiques, physique et chimie, sciences naturelles et physiologie, sciences philologiques et historiques. Une cinquième section, destinée aux sciences juridiques et économiques, créée par décret impérial du 30 janvier 1869, ne vit jamais le jour et son numéro d'ordre sera affecté ultérieurement à la section des sciences religieuses.

La première et la deuxième section ont été fermées par décret du 14 mars 1986. La section de mathématiques s'était auparavant illustrée en appelant Henri Poincaré à donner une « conférence » (c'est-à-dire un cours) et en publiant le Bulletin des sciences mathématiques. La troisième section coiffait des laboratoires installés à l'École normale supérieure, au Collège de France, parfois en province. Elle a poursuivi des recherches originales principalement dans trois branches du savoir : l'anthropologie physique, avec Paul Broca et ses successeurs ; la micropaléontologie, et ses effets sur la prospection pétrolière, avec Georges Deflandre ; la psychologie expérimentale, avec Théodule Ribot, Alfred Binet, Henri Piéron. Ayant adapté ses enseignements à l'évolution de la science, elle les diversifie actuellement en quatre départements : biologie cellulaire et moléculaire, nutrition, évolution des milieux et des organismes et océanographie, enfin psychologie (processus d'acquisition, ergonomie).

La quatrième section a eu pour premier mérite de remettre en son rang l'orientalisme français, qui, après les brillants succès enregistrés dans la première moitié du xixe siècle (Sacy, Champollion, Rémusat, Burnouf), avait végété sous le second Empire. Après 1868, il s'illustra dans de nombreux secteurs : l'indianisme avec Abel Bergaigne, puis Sylvain Lévi ; les études iraniennes avec James Darmesteter ; l'égyptologie, avec Gaston Maspero. La grammaire comparée, jusqu'ici spécialité germanique, fut introduite à l'École par Bréal. Le souple régime de recrutement permit d'y admettre pendant une dizaine d'années Ferdinand de Saussure, pourtant citoyen helvétique. Les études de philologie romane furent aussi et restent toujours à l'honneur. À leur tour, les historiens se penchèrent sur le passé médiéval de l'Europe. À la fois élève des Chartes et de l'Université allemande, Gabriel Monod traça fermement les lignes de la méthode qu'il présenta au public dans la Revue historique, fondée en 1876. En gardant ces domaines de recherche privilégiés, la quatrième section de l'École a accru ses capacités d'investigation par le recours à de nouveaux moyens : informatisation des fonds documentaires, télédétection spatiale.

La cinquième section, celle des sciences religieuses, occupe à partir de mars 1886 l'espace laissé[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., membre associé, Centre d'étude des religions du livre (C.E.R.L.)

Classification

Pour citer cet article

François LAPLANCHE. ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES (EPHE) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANNALES ÉCOLE DES

    • Écrit par Bertrand MÜLLER
    • 3 324 mots
    • 1 média
    ...comme une tradition en se portant sur tous les fronts de l'innovation scientifique. La revue peut s'appuyer sur une institution, la VIe section de l'École pratique des hautes études (E.P.H.E.), fondée en 1947 et présidée par Febvre. Pourtant, bien que perceptible dès 1946, le succès du mouvement,...
  • DIETERLEN GERMAINE (1903-1999)

    • Écrit par Michel IZARD
    • 873 mots

    Au sein de l'école d'ethnologie française, le nom de Germaine Dieterlen – avec ceux de Solange de Ganay, Marcel Griaule, Michel Leiris, Deborah Lifchitz, Denise Paulme, André Schaeffner – est inséparable de la haute histoire des recherches menées depuis les années 1930 chez les ...

  • DUPÂQUIER JACQUES (1922-2010)

    • Écrit par Paul-André ROSENTAL
    • 743 mots

    Avec Jacques Dupâquier, décédé le 23 juillet 2010, disparaît une figure phare de la démographie historique. Cet homme de caractère et de convictions avait trouvé sa voie sous l'effet des circonstances. Né le 30 janvier 1922 à Sainte-Adresse (Seine-Maritime) dans une famille de la bourgeoisie industrielle,...

  • ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES (EHESS)

    • Écrit par Jacques REVEL
    • 2 905 mots

    Parmi les principales institutions françaises d'enseignement supérieur et de recherche, l'École des hautes études en sciences sociales est relativement jeune. Sous cette appellation, elle n'existe que depuis 1975, date à laquelle elle s'est substituée à l'ancienne VI...

  • Afficher les 11 références

Voir aussi