DÉMOGRAPHIE HISTORIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La démographie historique constitue un secteur de la recherche dans lequel la France, tant chez les historiens que chez les démographes, a joué un rôle pionnier. Sans se confondre avec l'histoire des populations, elle a contribué à la renouveler presque entièrement.

On sait que la démographie étudie les hommes sous l'aspect du nombre et de la durée ; elle analyse la structure des populations, c'est-à-dire leur répartition par âge, sexe, état matrimonial et activité professionnelle ; elle mesure leur fécondité, leur mortalité et leur nuptialité ; elle élabore des tables et des perspectives qui permettent, jusqu'à un certain point, de prévoir l'avenir.

La démographie historique se distingue non seulement par son objet (la population du passé) mais surtout par ses méthodes. En effet, elle ne dispose qu'exceptionnellement de matériaux statistiques fiables et bien élaborés ; même pour le xixe siècle, les recensements et les données concernant le mouvement de la population doivent être critiqués et rectifiés avant utilisation. La plupart du temps, l'historien démographe n'a pas de statistique du tout : il est alors obligé de tirer parti de sources « externes » qui n'ont pas été constituées dans un but scientifique : registres de catholicité, où les curés ont noté, depuis le xvie siècle, baptêmes, mariages et sépultures ; rôles d'impôts, établis par feux (ménages), contrats de mariage, inscriptions funéraires... Quant à la « paléodémographie » (démographie des populations sans documents écrits), elle en est réduite à travailler sur les ossements et les vestiges humains.

Pour tirer de ces documents une connaissance satisfaisante des populations du passé, il faut recourir à des techniques très spéciales, fondées sur une analyse rigoureuse des données, avec le souci d'éviter les innombrables pièges qu'elles tendent à l'historien naïf : lacunes de l'enregistrement, erreurs de déclaration des âges, mauvaise représentativité des cas étudiés, biais statistiques, variations aléatoires, etc.

La démographie historique ne peut toujours produire des tableaux analogues à ceux de la démographie contemporaine, ni même établir certains taux élémentaires (natalité, mortalité, etc.), car il faudrait connaître à la fois la structure et le mouvement de la population : l'historien démographe n'a cette chance que de façon exceptionnelle.

Pourtant, ce « défi des sources » a été victorieusement relevé, et la recherche y a même trouvé son avantage ; en effet, les statistiques contemporaines ne conviennent pas toujours aux exigences de l'analyse scientifique : produites par des instituts gouvernementaux, elles doivent rester comparables à celles qui les ont précédées, donc conformes à des modèles figés. Au contraire, les historiens démographes élaborent – au prix d'un énorme labeur – leurs propres statistiques, qui permettent une meilleure approche de la réalité. C'est ainsi qu'ils ont contribué à développer la microdémographie, fondée sur l'observation d'un certain nombre d'individus et de familles, et l'analyse longitudinale, où chaque événement est mesuré en fonction d'un événement précédent (par exemple, le remariage en fonction du veuvage), alors que la démographie traditionnelle reposait presque exclusivement sur l'analyse transversale (description d'une population à un moment donné).

Le développement de la démographie historique

Jusqu'au milieu du xxe siècle, les historiens ont à peu près ignoré les travaux des démographes, et réciproquement : les premiers ne s'intéressaient qu'aux effectifs et se réfugiaient souvent dans les facilités de l'hypercritique ; les seconds s'étaient spécialisés dans l'élaboration de la statistique officielle.

La situation s'est débloquée juste après la Seconde Guerre mondiale : les démographes ont alors commencé à s'intéresser à l'histoire et les historiens à la démographie. En France, Alfred Sauvy fonde l'Institut national d'études démographiques (I.N.E.D.) et la revue Population, qu'il ouvre largement aux autres sciences sociales. Louis Henry oriente ses recherches vers la fécondité et pose la question de savoir s'il a existé, dans le passé, un régime de fécondité naturelle. Du côté des historiens, Jean Meuvret, poursuivant une grande enquête sur l'histoire des prix, découvre, dans la région de Gien, une concordance certaine entre cherté et mortalité. Il amène ses disciples, en particulier Pierre Goubert, à se pencher sur cette « richesse en friche » : les registres paroissiaux.

Dès 1952, ce dernier propose de réunir sur une seule fiche l'ensemble des renseignements relatifs à la constitution d'une famille : baptêmes, mariages et sépultures. La méthode est mise au point par L. Henry, avec l'aide de M. Fleury. Le manuel correspondant paraît en 1956 ; la première monographie villageoise (La Population de Crulai, paroisse normande), en 1958. Deux ans plus tard, P. Goubert est le premier à dégager, dans le cadre du Beauvaisis, les caractères fondamentaux de l'Ancien Régime démographique. Marcel Reinhard, auteur de l'Histoire de la population mondiale de 1700 à 1948, crée la Société de démographie historique en 1963, et elle aura bientôt sa revue spécialisée : les Annales de démographie historique.

Alors les travaux s'accélèrent, et l'on doit renoncer à leur publication intégrale, d'autant plus que le choix des paroisses étudiées n'est pas toujours judicieux ; les résultats ne ménagent plus guère de surprises ; la plupart des études s'arrêtent à la Révolution, au moment même où apparaissent de nouveaux comportements. Enfin quelques doutes se manifestent sur la représentativité et la qualité des résultats. On accuse même la jeune discipline de souffrir déjà de maladies de vieillesse.

Dans les années 1970, la démographie historique trouve un second souffle : elle occupe une large place dans les grandes thèses d'histoire sociale (R. Baehrel, P. Deyon, A. Poitrineau, E. Le Roy-Ladurie, F. Lebrun, M. Garden, J.-C. Perrot, G. Cabourdin). Des chantiers sont ouverts (Vexin français, villes de Rouen et de Reims), de nouveaux terrains sont explorés et défrichés : la géographie historique du peuplement (J. Dupâquier), les migrations (A. Chatelain et J.-P. Poussou). L'I.N.E.D. mène à bien une vaste enquête par sondage sur l'évolution de la population française de 1670 à 1829. Les premiers résultats, parus en novembre 1975, révèlent que la France comptait au moins 24 600 000 habitants dès 1740, dans le cadre des frontières actuelles. Enfin, le laboratoire de démographie historique de l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé d'histoire et géographie, docteur ès lettres, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : professeur à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  DÉMOGRAPHIE HISTORIQUE  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Une répartition géographique contrastée »  : […] La répartition de la population présente de grandes inégalités entre espaces vides et espaces pleins. Déserts et zones arides ne peuvent naturellement supporter qu'une très faible population, localisée près des points d'eau . L'habitat en oasis répond aux contraintes naturelles. Rien n'empêche, en revanche, les milieux forestiers de porter de fortes densités. C'est le cas au sud-est du Nigeria : […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Une population inégalement répartie »  : […] Combien d'hommes vivent sur cet espace ? Les évaluations sont malaisées. On considère qu'entre 1620 et 1650 la population de l'Empire (non de l'Allemagne) est tombée de 20 à 7 millions. Elle serait remontée à 10 millions vers 1700 pour retrouver le chiffre de 20 millions vers 1750 et atteindre 28 millions en 1790 ; lenteur de la reprise donc, due avant tout aux années creuses du milieu du xvii e   […] Lire la suite

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 084 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Démographie et administration »  : […] 1348-1789. Au point d'arrivée, quelque 25 à 27 millions de Français : chiffre aussi sûr qu'il pouvait l'être à l'époque. Combien au point de départ, combien ? Une seule certitude : un énorme effondrement lors de la peste noire, peut-être de l'ordre du tiers de la population. Sur quel chiffre antérieur ? On ne sait... Entre ces deux dates, une seule estimation réellement « sérieuse » : celle de 16 […] Lire la suite

ARIÈS PHILIPPE (1914-1984)

  • Écrit par 
  • Hervé KEMPF
  •  • 1 309 mots

Philippe Ariès naît le 21 juillet 1914 à Blois (Loir-et-Cher). Ce lieu de naissance n'est qu'une étape dans la carrière de son père, ingénieur en électricité, qui va le conduire à Paris à partir de 1920. Mais le berceau de la famille est ailleurs : au xviii e siècle, les ancêtres ont émigré du Comminges vers la Martinique, avec Bordeaux pour port d'attache. Peu avant 1900, les parents de Philippe […] Lire la suite

ARRIVÉE DE LA PESTE NOIRE EN MÉDITERRANÉE

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 199 mots
  •  • 1 média

Après avoir sévi en Chine (1331), la peste noire, issue des steppes de l'Asie centrale, touche l'Europe à la suite du siège d'un comptoir génois des bords de la mer Noire, Caffa, par des troupes mongoles (1346). Frappant bientôt Constantinople, quelques ports italiens et Marseille (1347), elle touche en 1348 l'ensemble du pourtour méditerranéen, de l'Espagne à l'Égypte, puis l'Europe entière, jusq […] Lire la suite

BRETAGNE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER, 
  • Jean OLLIVRO
  •  • 6 672 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La province et le royaume »  : […] L'histoire politique de la province est dominée par les états de Bretagne, c'est-à-dire par la noblesse. Sa situation est, en effet, très particulière. L'union, définitivement consacrée par l'Acte de 1532, fait du roi de France l'héritier des ducs. Le sommet de la pyramide sociale et politique reste donc vacant jusqu'à l'installation, tardive, de l'intendance (1688). Il est vrai qu'au xvii e  sièc […] Lire la suite

CHAUNU PIERRE (1923-2009)

  • Écrit par 
  • Paul-André ROSENTAL
  •  • 901 mots

L 'historien Pierre Chaunu, mort le 22 octobre 2009 à Caen à l'âge de quatre-vingt-six ans, restera présent dans les mémoires par sa prolixité et ses engagements passionnés, dont il reconnaissait qu'ils pouvaient être véhéments. Apôtre de la croissance démographique, son œuvre est celle d'un historien d'abondance : une thèse monumentale sur Séville et l'Atlantique (1504-1650) , coécrite avec son é […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques FRIBOULET
  •  • 8 093 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un processus structurel »  : […] Ces quelques données indiquent les bouleversements introduits par la révolution industrielle, et on comprend mieux, à leur lecture, en quoi le développement est un processus structurel. L'analyse des facteurs du développement des pays européens a été l'objet de controverses au sein des spécialistes des sciences sociales. Il semble qu'aujourd'hui un consensus se soit établi sur les principaux carac […] Lire la suite

DUPÂQUIER JACQUES (1922-2010)

  • Écrit par 
  • Paul-André ROSENTAL
  •  • 737 mots

Avec Jacques Dupâquier, décédé le 23 juillet 2010, disparaît une figure phare de la démographie historique. Cet homme de caractère et de convictions avait trouvé sa voie sous l'effet des circonstances. Né le 30 janvier 1922 à Sainte-Adresse (Seine-Maritime) dans une famille de la bourgeoisie industrielle, il envisage initialement, face à la menace allemande, une carrière d'officier de marine. Aprè […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Approche historique de l'enfance

  • Écrit par 
  • Marie-France MOREL
  •  • 5 886 mots

Dans le chapitre « La démographie historique »  : […] Cette discipline est une base essentielle pour tous les travaux historiques sur l'enfance. Elle a d'abord permis de quantifier l'énorme mortalité infantile d'autrefois : sur quatre enfants qui naissaient en moyenne dans chaque famille française au xviii e siècle, l'un mourait avant un an, un autre avant dix ans et deux seulement parvenaient à l'âge adulte, assurant tout juste le remplacement des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques DUPÂQUIER, Paul-André ROSENTAL, « DÉMOGRAPHIE HISTORIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/demographie-historique/