DURUY VICTOR (1811-1894)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre Guizot et Jules Ferry, Victor Duruy a été un des grands organisateurs de l'instruction publique en France, avec plus de largeur de vue que le premier et moins de passion partisane que le second. Rien ne semblait le destiner à ces fonctions ministérielles. Né dans une famille d'artisans employés aux Gobelins (d'où peut-être son souci de la promotion ouvrière), élève de l'École normale supérieure, c'est un excellent professeur d'histoire, auteur de manuels appréciés et d'ouvrages divers, appelé, dès la monarchie de Juillet, à donner des leçons d'histoire aux fils de Louis-Philippe. La Vie de César qu'écrit Napoléon III met l'universitaire en contact avec le souverain qui apprécie son sérieux, son honnêteté, sa franchise, sa connaissance des problèmes et qui, après avoir accéléré sa promotion dans l'enseignement, l'appelle le 23 juin 1863 à la tête de l'Instruction publique, séparée de l'administration des cultes. Mal vu des catholiques, qu'il n'aime pas davantage, raillé à l'envi par les jeunes et brillants journalistes orléanistes qui lui reprochent un esprit courtisan et la gaucherie de son style, Duruy mène à bien une œuvre considérable : il développe l'enseignement primaire, qu'il aurait désiré gratuit et obligatoire, crée pour les ouvriers un enseignement postscolaire, introduit la gymnastique dans les lycées à des fins essentiellement patriotiques, veut malgré l'hostilité de l'Église répandre l'enseignement féminin, crée l'École pratique des hautes études, plus portée au travail sérieux que la trop éloquente Sorbonne, admet l'enseignement de l'homéopathie dans les cours libres de la même Sorbonne. On comprend que les républicains aient souvent redouté son action et que beaucoup pensent que peu de ministres ont autant fait pour secouer les routines de l'enseignement sans abaisser son niveau et en l'adaptant, dans tous ses éléments, aux besoins du monde moderne.

—  Pierre GUIRAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DURUY VICTOR (1811-1894)  » est également traité dans :

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES (E.H.E.S.S.)

  • Écrit par 
  • Jacques REVEL
  •  • 2 892 mots

Parmi les principales institutions françaises d'enseignement supérieur et de recherche, l'École des hautes études en sciences sociales est relativement jeune. Sous cette appellation, elle n'existe que depuis 1975, date à laquelle elle s'est substituée à l'ancienne VI e  section de l'École pratique des hautes études, section elle-même créée en 1947. Il faut cependant remon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-des-hautes-etudes-en-sciences-sociales/#i_22880

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'opposition républicaine »  : […] À la suite des élections de 1857, l'opposition légitimiste disparaît du Corps législatif, le clergé de l'Ouest s'étant rallié à l'Empire. En revanche, l'opposition républicaine y apparaît avec le groupe des « cinq », tout à fait impuissant à ses débuts, dont font partie Jules Favre, Émile Ollivier et Ernest Picard ; après l'attentat d'Orsini, Napoléon III divise la France en cinq départements mil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_22880

GÉNÉRALISATION DE L'INSTRUCTION

  • Écrit par 
  • Claude LELIÈVRE
  •  • 921 mots

La généralisation de l'instruction, en France comme ailleurs, a été promue pour des raisons différentes, voire concurrentes, à partir du xviii e  siècle. Et la nature de cette instruction à généraliser est l'objet d'un débat récurrent. S'agit-il avant tout de la participation au développement technico-économique telle que l'envisage la théorie néo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generalisation-de-l-instruction/#i_22880

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Victor Duruy au secours des humanités »  : […] Cette réforme, pour difficile qu'elle fût à supporter pour les professeurs de philosophie, ne changeait, dans les pratiques, que fort peu de chose, sauf, ce qui est capital, que les questions métaphysiques ou morales ne pouvaient être présentées qu'au détour d'argumentations logiques, comme exemples et non pour elles-mêmes, ce qui en ôtait toute la dignité. Pour le reste, les professeurs changeaie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_22880

Pour citer l’article

Pierre GUIRAL, « DURUY VICTOR - (1811-1894) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-duruy/