Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FOLKLORIQUE HONGROISE ÉCOLE

En 1889, au moment de la fondation de la Société hongroise d'ethnologie (Magyar Néprajzi Társaság), qui commence en 1890 la publication de la revue Ethnographia, l'école folklorique hongroise est installée à Budapest. L'importance et la richesse du folklore hongrois en ethnologie avaient déjà été soulignées par le linguiste Miklós Révai dès 1782, dans un article du Courrier hongrois (Magyar Hirmondó), qui faisait le lien entre poésie populaire, linguistique et histoire de la littérature nationale. De nombreuses études suivirent cet appel : inspirées par l'idée d'un langage poétique universel — ce que manifestent les travaux d'Arnold Ipolyi, Mythologie hongroise (Magyar Mythologia, 1851), et de János Erdélyi, Contes et légendes (Népdalok és mondák, 1846-1848) —, elles ont un caractère fortement nationaliste, comme en témoigne la querelle avec l'école roumaine de folklore (I. Grozescu), querelle qui s'est développée au sujet de poèmes recueillis par le Hongrois János Kriza dans la région du Szeklerland (Transylvanie) et publiés en 1863 sous le titre Roses sauvages (Vadrósák).

Cette première époque coïncide avec l'apparition du cylindre phonographique, qui est utilisé pour la première fois en Hongrie par Béla Vikár (1850-1945) et qui facilitera grandement les recherches (article de Antal Hermann dans le premier volume d'Ethnographia en 1890). À cette époque, deux ordres de préoccupations se font jour : parallèlement aux recherches ethnologiques finlandaises, l'école hongroise insiste sur l'importance de l'arrière-plan géographique et historique de la poésie folklorique étudiée. C'est ce que fait en particulier Béla Vikár, dont les travaux couvrent pratiquement tous les groupes ethniques hongrois. Par ailleurs, pour permettre une utilisation scientifique du matériel recueilli, on cherche à reconstituer le stock folklorique total possédé par un groupe ethnique déterminé. C'est ce que fait Lajos Kalmany (1852-1919) pour le peuple de Szeged (Contes de Szeged, Szeged népe, 1881-1882) en écoutant tous les paysans et tous les gardiens d'oies. Pál Hunfalvy, premier président de la Société hongroise d'ethnologie, et surtout Lajos Katona (1862-1910) approfondissent ces problèmes théoriques et méthodologiques. L'objectif qu'ils se donnent serait l'établissement d'un catalogue typologique général du folklore hongrois. Sur le plan méthodologique, il faut souligner l'importance des travaux de Béla Bartók et de Zoltán Kodály. Plus encore que les contes, le folklore musical était auparavant recueilli de manière anarchique. Les enregistrements qui ne mentionnent ni la date, ni le lieu de la prise, ni surtout ses circonstances sont d'une utilisation difficile et perdent une grande partie de leur valeur scientifique. Profitant des perfectionnements des méthodes d'enregistrement et parallèlement à un énorme travail de collecte — Z. Kodály, Recueil de Mátynsföld, 1905 ; B. Bartók et Z. Kodály, Anthologie de la musique folklorique hongroise (A Magyar Népzene Tára, 1937) ; —, Bartók et Kodály mènent à bien un travail de formation méthodologique de chercheurs sur le terrain (B. Bartók, Pourquoi et comment recueillir la musique folklorique, Miért és hogyan gyüjtsünk népzenét, 1931). Concrètement, Bartók demande aux chercheurs de réaliser des « prises » d'interprétations multiples du même air ou du même musicien, dans des contextes sociaux différents. Il présente ainsi la musique dans son contexte et attire l'attention de l'école hongroise sur le caractère essentiellement évolutif du folklore.

Béla Bartók, Benny Goodman, Jospeh Szigeti

Béla Bartók, Benny Goodman, Jospeh Szigeti

Zoltán Kodály

Zoltán Kodály

En réaction contre cette idée évolutionniste du folklore, et sous l'influence de la psychanalyse autrichienne, le folkloriste et historien Karoly Marot met l'accent sur l'importance de la relation[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'Institut d'études politiques de Paris, diplômé de chinois, sociologue

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Béla Bartók, Benny Goodman, Jospeh Szigeti

Béla Bartók, Benny Goodman, Jospeh Szigeti

Zoltán Kodály

Zoltán Kodály

Autres références

  • BARTÓK BÉLA

    • Écrit par Jean GERGELY
    • 7 809 mots
    • 2 médias
    ...cause. La nouvelle époque créatrice durera de 1907 à 1912 et se terminera par les Quatre Pièces pour orchestre. Dans le silence qui la suit, on verra les recherches folkloriques s'intensifier et s'élargir, en Afrique du Nord, notamment, et la parution du premier recueil roumain. Après une nouvelle période...
  • ETHNOLOGIE - Ethnographie

    • Écrit par Geza de ROHAN-CSERMAK
    • 5 075 mots
    ...et il la distingue du « folklore » qui comporte la « littérature orale », c'est-à-dire contes, légendes, chants, proverbes et devinettes. Par contre, le folkloriste hongrois Lajos Katona, en 1890, considère l'ethnologie comme la science des lois universelles, l'ethnographie comme celle de la culture matérielle,...
  • KATONA LAJOS (1862-1910)

    • Écrit par François VIEILLESCAZES
    • 419 mots

    Influencé par les travaux de János Erdélyi, qui recueillit des récits folkloriques entre 1800 et 1830 et les publia sous une forme fragmentaire entre 1846 et 1848, et par l'œuvre du poète hongrois János Aramy, Lajos Katona s'intéresse très tôt au folklore hongrois sous un angle...

  • KODÁLY ZOLTÁN (1882-1967)

    • Écrit par Jean GERGELY
    • 3 054 mots
    • 2 médias
    ...son premier chœur en 1904. En 1905, il obtient le diplôme de professeur de langue et littérature hongroises et allemandes. La même année, il se lance dans des investigations folkloriques et sa première enquête le mène dans la région de Galánta ; il fait la connaissance de Béla Vikár et rencontre Bartók...

Voir aussi