EBOLA (VACCIN CONTRE LE VIRUS)

La fièvre Ebola est une fièvre hémorragique qui touche l’homme et les grands singes. Elle est provoquée par un virus à ARN qui appartient à une famille de filovirus dite Ebola, d’après le nom du premier virus découvert (EBOV pour Ebolavirus – anciennement appelé virus Zaïre). On connaît actuellement cinq groupes de virus qui lui sont apparentés et qui partagent environ 60 p. 100 de leur génome, mais diffèrent significativement pour le reste d’un type à un autre. Ces différences sont responsables d’un pouvoir pathogène très variable, allant d’une quasi-innocuité pour l’homme dans le cas du virus dit Reston à une mortalité proche de 80 p. 100 pour le virus EBOV (responsable de l’épidémie de 2013-2015). Jusqu’en 2013, les poussées épidémiques de ces fièvres avaient été essentiellement localisées et rapidement circonscrites, ne provoquant qu’un petit nombre de décès dans les populations concernées. De ce fait, la production de médicaments ou de vaccins contre les virus de type Ebola ne constituait pas une priorité pour la recherche pharmaceutique.

L’épidémie de fièvre Ebola de 2013-2015

En revanche, l’épidémie qui a débuté en 2013 en Guinée s’est rapidement étendue aux pays limitrophes. Elle a pris une ampleur remarquable et n’a été apparemment jugulée que durant l’été 2015. Elle a provoqué le décès d’au moins 11 000 personnes sur les 28 000 cas recensés et a désorganisé les systèmes de santé et l’économie des pays concernés. Une vive inquiétude dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest et, à un moindre degré, dans le reste du monde est à l’origine d’une mobilisation internationale sans précédent pour une épidémie de fièvre hémorragique. En l’absence de traitements autres qu’expérimentaux, l’accent a porté sur la production de vaccins, du moins d’un vaccin contre la souche responsable de cette épidémie, qui a finalement été mis au point en un temps record. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a ainsi pu annoncer le succès des essais cliniques menés en Guinée et les résultats ont été publiés dans la revue scientifique médicale britannique The Lancet le 3 août 2015. D’autres vaccins sont moins avancés dans les essais sur l’homme.

Le personnel sanitaire premier bénéficiaire de la vaccination contre le virus Ebola

Le personnel sanitaire premier bénéficiaire de la vaccination contre le virus Ebola

photographie

Après le succès de la vaccination contre le virus Ebola, ce sont les personnels de première ligne, ceux qui vont au contact des malades et des morts, qui deviennent les candidats à une vaccination contre le virus, avant une vaccination à plus grande échelle. … 

Crédits : P. Borghi/ Demotix/ Corbis

Afficher

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « EBOLA (VACCIN CONTRE LE VIRUS) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ebola-vaccin-contre-le-virus/