WINNICOTT DONALD WOODS (1896-1971)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les concepts principaux

Le thème majeur de la pensée de Winnicott concerne l'interaction entre un sujet naissant et son entourage. L'enfant vient au monde inachevé, démuni, sans possibilités immédiates de distinguer un intérieur et un extérieur, un moi et un non-moi. Le psychanalyste britannique postule que le besoin interne ressenti par l'enfant lui fait créer, de manière hallucinatoire, un « objet subjectif » apte à apporter la satisfaction. En cela, il suit l'hypothèse freudienne d'une satisfaction hallucinatoire primitive, qui fait jouer dans sa plénitude le principe de plaisir, et qui devra céder le pas devant l'épreuve de la réalité. Mais Winnicott y ajoute le modèle d'une évolution dialectique de cette situation première, et la notion du rôle que joue ici l'environnement, c'est-à-dire d'abord la mère. À ses yeux, une « mère suffisamment bonne » est une mère qui « sent » suffisamment son nourrisson pour lui présenter l'objet au moment même où celui-ci le crée sur le mode hallucinatoire. Ainsi s'établit progressivement une zone d'illusion, espace où l'enfant peut exercer une omnipotence imaginaire, en créant l'objet qui est en fait apporté par l'environnement. Winnicott considère ce paradoxe comme essentiel et constitutif, comme devant être respecté et non réduit. D'ailleurs, c'est là une constante chez lui, il ne se contente pas d'élaborer un modèle théorique : cette interaction paradoxale, il la montre à l'œuvre non seulement dans les cures d'adultes en proie à une très forte régression, où elle intervient à titre de contenu essentiel, mais tout aussi bien dans l'analyse des névroses. Ainsi en est-il avec l'interprétation, objet qui se trouve en jeu entre l'analyste et le patient, et que celui-ci doit créer comme objet subjectif pour pouvoir le recevoir de l'analyste.

Ce procès de découverte-création de l'objet (object-presenting), ainsi que le rôle qu'y joue l'environnement, est capital pour Winnicott, qui le situe dans trois moments ou fonctions de l'apport environnemental : [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : maître assistant à l'université de Paris-VII, psychanalyste, membre de l'Association psychanalytique de France

Classification

Autres références

«  WINNICOTT DONALD WOODS (1896-1971)  » est également traité dans :

DIFFÉRENCE SEXUELLE (psychanalyse)

  • Écrit par 
  • Odile BOMBARDE
  •  • 1 305 mots

Dans le chapitre « Repenser la binarité »  : […] Un des premiers points du débat, du vivant même de Freud, fut la question de la sexuation de la libido. Pour Freud, il n'y a qu'une seule libido, mise au service de la fonction sexuelle masculine aussi bien que féminine. Mais la question d'une libido féminine, s'ancrant dans le somatique, fut vite posée par Karl Abraham, Ernest Jones ou Karen Horney. L'enfant fille n'avait-elle pas l'expérience d […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 691 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le psychisme postnatal »  : […] Schématiquement, les deux années qui suivent la naissance sont marquées, la première, par le processus de personnalisation, la suivante, par l'émergence de la communication verbale. Le psychisme, durant cette période, se développe à un rythme très rapide, de même que l'organisme. Le poids du cerveau du bébé passe d'environ 340 grammes à la naissance à 1 150 grammes à l'âge de deux ans (pour attei […] Lire la suite

ÉTATS LIMITES ou BORDERLINE

  • Écrit par 
  • Rémi TEVISSEN
  •  • 1 357 mots

Dans le chapitre « Vers l'étude de constantes psychopathologiques »  : […] Au-delà de ces traits cliniques manifestes, la psychanalyse européenne explorera le développement de la relation d'objet dans l'organisation borderline . Après Helen Deutsch, qui décrit en 1942 les personnalités « comme si » ( as if ), Donald W. Winnicott, en Angleterre, étudie le « faux self » de sujets dont l'apparente adaptation à la réalité aurait valeur de structuration défensive contre la r […] Lire la suite

HONNETH AXEL (1949- )

  • Écrit par 
  • Gérard RAULET
  •  • 1 858 mots

Dans le chapitre « Les sphères de reconnaissance »  : […] Ce changement de paradigme conduit à ne plus concevoir l’agir communicationnel seulement sous l’aspect de l'entente rationnelle mais au sens des conditions de reconnaissance. Il a aussi des implications importantes quant au rapport de la Théorie critique au marxisme et, plus globalement, à l’articulation entre une philosophie morale et politique avec une philosophie sociale. Axel Honneth ne rédui […] Lire la suite

KHAN MASUD (1924-1989)

  • Écrit par 
  • Jean-Bertrand PONTALIS
  •  • 1 181 mots

Un personnage d'abord. De grande allure, élégant, beau – toutes choses plutôt rares dans la profession... Prompt dans la répartie souvent cinglante, ce qui lui valut beaucoup d'ennemis, et pourtant fidèle en amitié. Ne s'en laissant pas conter et prodigieux conteur, lui venu des Indes – du Penjab – pour s'établir au Royaume-Uni. Une bibliothèque immense : ce qui importe, disait-il, est moins d'avo […] Lire la suite

PSYCHOSE (psychanalyse)

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 030 mots

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] L'individualisation de la psychose infantile s'est opérée en trois étapes. En 1906, Sancte de Sanctis décrivit une dementia precocissima catatonica survenant chez des enfants de quatre à dix ans et caractérisée par une évolution chronique et démentielle conformément au schéma kraepelinien. En 1908, Heller rapporta également des cas de dementia infantilis comme s'il s'agissait d'une entité cliniqu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François GANTHERET, « WINNICOTT DONALD WOODS - (1896-1971) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/donald-woods-winnicott/