Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DOMESTICATION

Alors qu'ils s'entichent d'animaux de compagnie et de plantes ornementales, les citadins ont aujourd'hui presque tout oublié de la culture rurale de leurs ancêtres. Il en résulte une grande méconnaissance de la faune et de la flore en général, domestiques en particulier, les « animaux domestiques » étant confondus avec les « animaux de compagnie ». Cela entraîne aussi un rejet diffus et implicite de la domestication, perçue de manière réductrice comme une appropriation et une exploitation illégitimes d'autres êtres vivants par l'homme. C'est oublier que l'apparition de la domestication des plantes et des animaux au Néolithique a marqué, dans l'histoire de l'humanité, un tournant décisif, sur les plans économique, social et culturel. Aujourd'hui, c'est encore grâce à la domestication et à ses prolongements agronomiques et zootechniques que peuvent, tant bien que mal, continuer à se nourrir quelque six milliards d'êtres humains, soit deux cents fois plus qu'au temps des premières domestications. Loin d'être anodine, cette méprise est une manifestation du recul actuel de la culture scientifique et la source d'un nouvel obscurantisme.

Les disciplines classiques de l'étude de la domestication – la zootechnie, l'agronomie et l'archéologie – ne sont pas sans responsabilité dans ces égarements car, en se focalisant sur les animaux et les plantes domestiques les mieux caractérisés, ainsi que sur les processus de domestication les mieux situés dans le temps et dans l'espace, elles ont négligé des questions périphériques pourtant riches d'enseignements comme celles des domestications abandonnées, des retours à la vie sauvage (marronnages), des domestications récentes, des disparitions de races d'animaux domestiques, etc. Toutes montrent que la domestication ne va jamais de soi, qu'elle n'est jamais définitivement acquise, pas plus qu'elle n'est évitable, malgré le cortège de problèmes qu'elle suscite.

Quelques définitions

La domestication (du latin domus, « maison ») est l'action que l'homme exerce sur des animaux ou des végétaux, ne serait-ce qu'en les élevant ou en les cultivant. En se les appropriant et en les utilisant pour son agrément ou la satisfaction de ses besoins, l'homme les transforme. Ce principe général se traduit, dans la réalité, par des pratiques et des résultats très divers, parfois surprenants.

L'action de domestication est d'abord dictée par les exigences fondamentales que l'homme doit satisfaire pour que les animaux ou les végétaux qu'il convoite ou détient survivent à la fois en tant qu'individus et en tant qu'espèces. Ces exigences sont : la protection (contre les prédateurs, les intempéries...), l'alimentation et la reproduction, à quoi s'ajoute, pour les animaux, la familiarisation avec l'homme. C'est à l'intensité de l'intervention humaine dans chacun de ces domaines que l'on peut apprécier le degré de domestication, le stade le plus avancé étant atteint quand aucune de ces fonctions ne peut être satisfaite sans l'entremise humaine (J. Barrau, 1978). Selon ces critères, le plus domestique des animaux est un papillon : le bombyx du mûrier. La reproduction de cet animal et l'alimentation de sa chenille, le « ver à soie », s'effectuent en effet dans des conditions entièrement artificielles ; il suffirait que les hommes décident de se passer de la soie naturelle pour que l'espèce Bombyx mori disparaisse irrémédiablement.

La plupart des animaux réputés domestiques répondent à la définition classique de R. Thévenin (1960) : « Un animal domestique [est] celui qui, élevé de génération en génération sous la surveillance de l'homme, a évolué de façon à constituer une espèce, ou pour[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Domestication : berceaux des premières plantes

Domestication : berceaux des premières plantes

Domestication des animaux : les espèces réputées domestiques

Domestication des animaux : les espèces réputées domestiques

Domestication des animaux : datation

Domestication des animaux : datation

Autres références

  • AFGHANISTAN

    • Écrit par Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Universalis, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    ...quête de pâturages et de terres fertiles, de l'autre. Cela explique la place privilégiée accordée dans la nouvelle religion à la protection des animaux domestiques, surtout à celle de l'espèce bovine que l'on retrouve dans le culte de la vache chez les hindous de notre temps, descendants de la branche...
  • AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

    • Écrit par Augustin HOLL
    • 6 326 mots
    • 3 médias
    ...Nabta, Bir Kiseiba, Ti-n-Torha et Uan Afuda contiennent une faible mais persistante proportion de restes de bovidés, attribués aux bovins domestiques. Il y aurait donc eu, dans ces cas, une domestication locale de bovins au cours de l'Holocène ancien. En dépit des controverses ayant suivi la publication...
  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

    • Écrit par Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART
    • 6 086 mots
    • 2 médias
    ...sociétés d'agriculteurs se nourrissant principalement des produits issus des cultures et des élevages a pris des siècles. Au cours de ce lent processus, certaines espèces de plantes cultivées et d'animaux élevés se sont différenciées peu à peu de leurs ancêtres et de leurs congénères sauvages, devenant...
  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 4 849 mots
    • 3 médias
    Aussi son originalité est-elle de montrer tous les inconvénients de la domestication, car cette domus va devenir un foyer de maladies : si celles-ci, en grande partie transmises par les animaux, existaient déjà, les concentrations humaines croissantes et sédentaires les favorisent singulièrement. En...
  • Afficher les 34 références

Voir aussi