DIPTYQUES CONSULAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au cours du ive siècle, l'apparition et le développement des diptyques consulaires déterminèrent un essor de la sculpture sur ivoire. Les diptyques, formés de deux tablettes reliées par des charnières, étaient très voisins des tablettes enduites de cire sur lesquelles on écrivait dans l'Antiquité classique. Ces feuillets d'ivoire, ornés de sculptures en bas relief représentant le plus souvent le consul, parfois un haut fonctionnaire ou l'empereur (diptyques impériaux), étaient distribués au moment de l'entrée en charge du dignitaire ; le Code théodosien prévoyait que seuls les consuls pouvaient recevoir des diptyques d'ivoire sans dérogation particulière. Au milieu du vie siècle, les difficultés d'approvisionnement en ivoire et la suppression de la charge de consul (541) provoquèrent la disparition des diptyques laïques.

Les diptyques consulaires sont originaires des mêmes centres d'ivoiriers que ceux à sujets religieux, notamment Rome, Constantinople et Milan. Parmi les productions romaines les plus remarquables, les diptyques de Probus (Aoste), de Felix (Bibliothèque nationale, Paris), de Boethius (Brescia), d'Oreste (Victoria and Albert Museum, Londres), du vicaire impérial Probianus (Berlin) ou de la famille des Symmaque et des Nicomaque (Victoria and Albert Museum et musée de Cluny, Paris), permettent de suivre avec précision l'évolution du style des ateliers de 400 au milieu du vie siècle. À Milan est attribué le magnifique diptyque de Stilicon, consul en 400, et de Serena (Monza). À Constantinople furent sculptés, entre autres, de 500 au milieu du vie siècle, ceux d'Areobindus (Paris, Zurich, Lucques), d'Anastasius et de Magnus (Bibliothèque nationale, Paris), de Justinus (Berlin) et des diptyques impériaux (en cinq parties) dont le célèbre ivoire du Louvre, provenant de la collection Barberini, représentant l'empereur victorieux (Anastase ?).

L'iconographie de ces diptyques est variée, même lorsqu'ils ont été faits pour le même personnage, comme le prouvent les différents feuillets au nom d'Areobindus, consul en 506 : ce consul est généralement représenté de face, assis sur un trône, entouré d'allégo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DIPTYQUES CONSULAIRES  » est également traité dans :

IVOIRE

  • Écrit par 
  • Eugen von PHILIPPOVICH
  •  • 3 098 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Préhistoire et Antiquité »  : […] . Les consuls offraient ces diptyques à l'empereur lors de leur entrée en fonctions. Produits sans interruption de 406 à 541, ces diptyques « consulaires » constituent une source sûre pour l'étude de l'évolution de la sculpture. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivoire/#i_46107

PALÉOCHRÉTIEN ART

  • Écrit par 
  • François BARATTE, 
  • Françoise MONFRIN, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 550 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « De Constantin à la fin de l'Empire d'Occident (476) »  : […] de la Vie du Christ. Les ivoires présentent l'immense avantage de comporter une série d'œuvres profanes précisément datées : les diptyques, luxueuses tablettes à écrire offertes par les consuls à leurs amis lors de leur entrée en charge, suivant un usage normal à la fin du ive siècle. Les points de repère ainsi fournis permettent de préciser l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-paleochretien/#i_46107

Pour citer l’article

Danielle GABORIT-CHOPIN, « DIPTYQUES CONSULAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/diptyques-consulaires/