BUXTEHUDE DIETRICH (1637 env.-1707)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Longtemps revendiqué par l'Allemagne et par le Danemark, Buxtehude naît dans une portion du Holstein alors danoise mais qui plus tard deviendra (et restera) allemande ; il passera les trente premières années de sa vie au Danemark (en n'y composant qu'une seule œuvre) et les quarante dernières (les plus glorieuses) en Allemagne. Il a seulement un an lorsque son père est nommé organiste à Hälsingborg, ville du sud de la Suède mais appartenant alors au Danemark, et quatre lorsque sa famille s'installe à Helsingør (Elseneur), de l'autre côté du détroit du Sund. Lui-même refait le trajet une vingtaine d'années plus tard : il est en effet organiste à Sainte-Marie de Hälsingborg en 1657-1658, puis à la paroisse allemande de Sainte-Marie d'Elseneur en 1660. Le pays est alors ruiné par la guerre qu'il vient de soutenir contre la Suède, mais la vie musicale reprend vite l'éclat qui a été le sien sous le règne du roi Christian IV (1588-1648), lequel a su attirer à sa cour de Copenhague des compositeurs comme l'Anglais John Dowland ou l'Allemand Heinrich Schütz. C'est pourtant à l'église Sainte-Marie (Marienkirche) de Lübeck, où en 1668 il succède à Franz Tunder après avoir selon l'usage du temps promis d'en épouser la fille, que Buxtehude réalisera son œuvre, conservant, malgré tout, de sa jeunesse danoise « dessin âpre et net, aux traits simples, élégante brusquerie et impétuosité » (A. Pirro). Outre le poste d'organiste, il prend à sa charge, dès 1669, les fonctions de régisseur et de comptable général de l'église.

À Sainte-Marie de Lübeck, l'usage s'est développé pour l'organiste de donner chaque jeudi et en dehors de tout office (ce qui équivaut à un véritable concert public) un petit récital de préludes, de fugues et de toccatas destiné à divertir les bourgeois et marchands qui, dans la pénombre de la nef, discutent de leurs affaires. Buxtehude, ayant décidé de donner à ces manifestations une forme nou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BUXTEHUDE DIETRICH (1637 env.-1707)  » est également traité dans :

BACH JEAN-SÉBASTIEN

  • Écrit par 
  • Luc-André MARCEL
  •  • 7 119 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Passionné de musique et de liberté »  : […] Jean-Sébastien Bach naquit le 21 mars 1685, à Eisenach. Il était le quatrième fils de Johann Ambrosius Bach et d'Elisabeth née Lämmerhirt, sa femme. Sans doute, comme c'était la tradition dans une famille vouée à la musique, commença-t-il ses premières études avec son père, « musicien de ville » et renommé pour sa maîtrise instrumentale. Mais celui-ci mourut alors que Jean-Sébastien atteignait sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-sebastien-bach/#i_5085

CLAVECIN

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI, 
  • Robert VEYRON-LACROIX
  •  • 4 760 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En Italie : les Scarlatti »  : […] En Italie, les deux Gabrieli, Andrea et Giovanni, l'oncle et le neveu, sont, sous l'impulsion du Flamand Willaert, spécialiste du madrigal, les chefs de l'école vénitienne du xvi e  siècle. C'est surtout le second, Giovanni (1557-1612), qui se distingua. Ses œuvres religieuses et instrumentales sont considérables et ont eu une grande répercussion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clavecin/#i_5085

TOCCATA

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 530 mots

Terme utilisé en musique, à partir de la fin du xvi e  siècle, pour désigner une pièce destinée à être touchée ( toccare  ; de même cantare a donné cantata et sonare , sonata) sur instrument à clavier. Auparavant, toccata s'entend parfo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toccata/#i_5085

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « BUXTEHUDE DIETRICH (1637 env.-1707) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dietrich-buxtehude/