DÉSOBÉISSANCE CIVILE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire moderne de la notion

C'est à l'écrivain américain Henry David Thoreau (1817-1862) que l'on attribue la paternité de l'expression civil disobedience, dont l'expression française « désobéissance civile » est la traduction. En 1846, ayant refusé de payer l'impôt à un État dont il contestait la politique sur deux points (esclavage, guerre contre le Mexique), il fut mis en prison à Concord (Massachusetts). Pour justifier cette infraction à la loi, il rassembla ses arguments dans un petit opuscule, Resistance to civil government, où l'expression civil disobedience ne figure pas. C'est seulement en 1866 qu'on la voit apparaître, dans le titre donné à ce texte par l'édition posthume de ses œuvres. On ne saura donc jamais si l'expression a été forgée par Thoreau révisant son texte avant sa mort ou par son éditeur.

Henry David Thoreau

Photographie : Henry David Thoreau

Walden (1854), de Henry David Thoreau, joue un rôle central dans la description du paysage américain et dans la définition de la place qu'y occupe l'homme. La pensée de la dissidence écologique lui doit beaucoup. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

L'influence du texte de Thoreau étant restée limitée, l'expression serait peut-être tombée dans l'oubli si elle n'avait été reprise par Gandhi. Ayant lu Thoreau, il décida d'utiliser civil disobedience pour ses lecteurs anglophones, jugeant que c'était le moins mauvais équivalent du mot satyagraha, qu'il avait forgé pour désigner sa méthode d'action non violente. Élaboré en Afrique du Sud en 1907 pour défendre la petite communauté indienne contre les lois racistes, puis développé en Inde dans la lutte pour l'indépendance, le satyagraha gandhien comporte – parmi bien d'autres modes d'actions non violentes : manifestations, grèves, jeûnes, boycottages, etc. – la violation délibérée et massive de certaines des lois édictées par le pouvoir colonial. L'exemple le plus connu de désobéissance civile gandhienne est celui de la campagne qui, en 1930, consista à organiser la violation massive de la loi réservant aux Britanniques le monopole de la commercialisation du sel.

Martin Luther King, qui a lu Thoreau au cours de ses études de théologie, recourt souvent à la désobéissance civile dans le combat qu'il mène, à partir de 1956, pour faire reconnaître les droits civiques des Noirs : les freedom rides et autres sit-in consistent à enfreindre délibérément et collectivement les lois de ségrégation raciale des États du Sud, jusqu'à saturer les prisons. Ces actions font l'objet de procès, et les médias leur donnent une large publicité, qui contribuera d'ailleurs à la victoire de la cause défendue. Elles suscitent de nombreux débats – éthiques, politiques, juridiques – dont on trouve l'écho dans la fameuse « lettre de la prison de Birmingham » que King rédige pour justifier son choix, contesté même par des sympathisants de la cause des Noirs, de violer les lois injustes. Les ouvrages de réflexion sur la question se multiplient, du moins dans le monde anglo-saxon, avec notamment des contributions de penseurs politiques aussi importants que John Rawls et Hannah Arendt aux États-Unis et, plus tard, Jürgen Habermas en Allemagne. Cette abondance contraste avec la faiblesse de la production théorique en France sur ce sujet. Faiblesse surprenante, car ce pays a connu bon nombre de campagnes de désobéissance civile : pour s'en tenir aux dernières décennies, on peut évoquer l'incitation à l'insoumission lors de la guerre d'Algérie (Manifeste des 121), les campagnes de refus d'impôt et de renvois de papiers militaires en soutien aux agriculteurs du Larzac (1971-1981), diverses formes de soutien aux « sans-papiers », les « squats » d'appartements par l'association Droit au logement, les fauchages de plants de culture transgéniques organisés par les militants opposés aux O.G.M., etc.

On peut dire qu'à partir de 1960, la désobéissance civile fait partie de la culture politique des mouvements contestataires, notamment les mouvements de paix américains (contre les armes nucléaires, contre la guerre du Vietnam) et européens (contre l'implantation des « euromissiles », 1980-1985). Plus récemment, en Afrique noire francophone, les mouvements de démocratisation ont repris cette expression en un sens élargi, pour désigner toute forme de campagne non violente (notamment les opérations « ville morte »).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Martin Luther King

Martin Luther King
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Henry David Thoreau

Henry David Thoreau
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DÉSOBÉISSANCE CIVILE  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'organisation des résistances »  : […] Les campagnes de désobéissance civile lancées par l'ANC de 1949 à 1952, selon le modèle gandhien, s'étant révélées inefficaces, des mouvements progressistes Indiens, Coloured, Blancs et Noirs s'unifient au sein de l'Alliance du Congrès. L'opposition ainsi rassemblée proclame, en 1955, la Charte de la liberté, prônant l'émergence d'une Afrique du Sud non raciale et fondée sur le respect des droit […] Lire la suite

GANDHI MOHANDAS KARAMCHAND (1869-1948)

  • Écrit par 
  • René HABACHI, 
  • Joël KERMAREC
  •  • 3 084 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La lutte contre l'empire britannique »  : […] Il est en général, face à l'empire britannique, le porte-parole du nationalisme indien, dotant ce mouvement de la classe moyenne d'une puissance émotionnelle agissant sur toutes les classes de la société. Son action politique est marquée par une curieuse alternance de prises de positions très dures suivies de compromis qui fournirent des arguments à ses détracteurs et déroutèrent souvent ses amis. […] Lire la suite

KING MARTIN LUTHER (1929-1968)

  • Écrit par 
  • David L. LEWIS
  •  • 3 338 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La Southern Christian Leadership Conference »  : […] Conscient qu'un mouvement de masse est nécessaire pour exploiter la réussite de Montgomery, King fonde la Southern Christian Leadership Conference (S.C.L.C.). Cette organisation lui sert de base pour agir dans le Sud, mais aussi de plate-forme d'expression nationale. King donne des conférences dans tout le pays et discute des questions raciales avec les dirigeants des associations de défense des d […] Lire la suite

LANCEUR D'ALERTE

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe FOEGLE
  •  • 3 320 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le lancement d'alerte entre dénonciation et désobéissance »  : […] Lancer une alerte est à la fois une forme spécifique de dénonciation et un type particulier de désobéissance. Acte de dénonciation, l'alerte signale toujours des pratiques malhonnêtes, immorales ou illégitimes d’une personne physique ou morale. Mais, à la différence du délateur, le lanceur d'alerte dénonce de manière désintéressée, sans chercher à en tirer un profit personnel. La plupart des légi […] Lire la suite

NON-VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Jacques SEMELIN
  •  • 5 880 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'action non violente en démocratie »  : […] Dans un régime démocratique, où la confrontation réglée des opinions fait loi, l'action non violente peut raisonnablement espérer, en bravant l'autorité, faire cesser une injustice. Dans ce cas, le pouvoir est en effet mis en contradiction avec ses propres principes : il ne peut continuer indéfiniment de dénier à certains un droit qu'il accorde à d'autres au nom de principes universels. L'exempl […] Lire la suite

THOREAU HENRY DAVID (1817-1862)

  • Écrit par 
  • Michel GRANGER
  •  • 2 196 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Économie de vie et résistance »  : […] L'activité intellectuelle de Concord ne suffit pas à combler Thoreau qui trouve difficilement sa place dans une société où la religion manque de spiritualité et d'émotion, où le conformisme est oppressant et les préoccupations commerciales envahissantes. Sa vocation littéraire n'étant pas reconnue, il fait retraite, le 4 juillet 1845, dans une cabane construite de ses mains au bord du lac de Walde […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-28 février 2021 Birmanie. Coup d'État militaire.

Le 2, tandis qu’un mouvement de désobéissance civile se met en place, Min Aung Hlaing installe sous sa direction un Conseil d’administration de l’État, qui désigne une nouvelle commission électorale. Les militaires ont occupé le pouvoir de 1962 à 2011. La dissolution de la junte en mars 2011 avait ouvert la voie à une démocratisation du régime. Le 3, un tribunal de Naypyidaw inculpe Aung San Suu Kyi pour « avoir importé et utilisé illégalement des équipements de réception et de transmission radio » – des talkies-walkies utilisés par son service de sécurité. […] Lire la suite

10-27 juillet 2020 Mali. Durcissement du mouvement de contestation.

Le 10, une manifestation de « désobéissance civile pacifique » organisée par l’opposition tourne à l’émeute. Mobilisés depuis juin, les opposants au régime du président Ibrahim Boubacar Keïta – dit « IBK » – accusent la Cour constitutionnelle d’avoir révisé les résultats en faveur du Rassemblement pour le Mali (RPM), au pouvoir, à l’issue des élections législatives d’avril. […] Lire la suite

21 octobre 2019 Suisse. Soutien académique au mouvement Extinction Rebellion.

Quatre-vingt-un universitaires, dont le prix Nobel Jacques Dubochet, ainsi que deux cent vingt autres citoyens publient une lettre ouverte dans laquelle ils constatent que « le gouvernement suisse […] a été incapable de mettre en place des actions fortes et rapides, sans équivalent, pour faire face à la crise climatique et environnementale », et apportent leur soutien au mouvement non violent Extinction Rebellion (XR) et à ses actions de désobéissance civile. […] Lire la suite

7 octobre 2019 Environnement. « Rébellion internationale » d'Extinction Rebellion.

Le mouvement de désobéissance civile non violente Extinction Rebellion (XR) qui milite contre l’inaction des gouvernements face à la crise climatique lance une à deux semaines de « rébellion internationale » dans près de soixante grandes villes à travers le monde, organisant le blocage de lieux symboliques. Il s’agit de la deuxième manifestation de ce type après celle d’avril. […] Lire la suite

6-28 août 2019 Algérie. Appel du général Ahmed Gaïd Salah en faveur d'un scrutin présidentiel rapide.

 » Il fustige « certains groupes [qui] s’acharnent à rejeter toutes les initiatives […] en scandant des slogans tendancieux et lançant des appels douteux » – le 2, certains manifestants ont commencé à appeler à la désobéissance civile. Le 8 également, le tribunal d’Annaba prononce l’acquittement de Nadir Fetissi, poursuivi pour atteinte à l’unité nationale après avoir brandi un drapeau berbère lors d’une manifestation en juillet. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian MELLON, « DÉSOBÉISSANCE CIVILE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/desobeissance-civile/