PÔLES DÉRIVE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Dérive du pôle Nord magnétique

Dérive du pôle Nord magnétique
Crédits : Medi@terre-IPGP

photographie

Panache magnétique terrestre

Panache magnétique terrestre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


170 ans d'observation

Le 1er juin 1831, l'explorateur britannique James Clark Ross atteint pour la première fois le pôle Nord magnétique : « Alors que nous nous congratulions, nous plantâmes le drapeau britannique et prîmes possession du pôle Nord magnétique et du territoire adjacent au nom de la Grande-Bretagne et du roi Guillaume IV. » Cet exploit pour l'époque a été réalisé alors que le navire de James C. Ross, commandé par son oncle John Ross, était immobilisé par les glaces. Parti à la recherche du passage du Nord-Ouest, l'équipage dut séjourner pendant plus de quatre ans sur la péninsule de Boothia, ce qui permit à James C. Ross d'explorer celle-ci et de localiser le pôle, situé par chance à proximité. Soixante-treize ans plus tard, l'explorateur norvégien Roald Amundsen localisa à nouveau le pôle au cours de la première traversée réussie du passage du Nord-Ouest.

Après la Seconde Guerre mondiale, le service géologique du Canada (maintenant Natural Ressources Canada, NRCan) entreprit de localiser régulièrement le pôle Nord magnétique afin de mettre à jour les cartes de déclinaison dans l'Arctique canadien, utilisées notamment pour la navigation aérienne. Plusieurs campagnes de mesures ont ainsi réalisées entre 1948 et 1994. Deux localisations supplémentaires ont été effectuées en 2001 et 2007 dans le cadre d'une coopération internationale entre Poly-Arctique, une association qui organise des expéditions polaires et collecte des fonds pour la recherche médicale, l'Institut de physique du globe de Paris, NRCan et le Bureau de recherches géologiques et minières (photo et figure).

Dérive du pôle Nord magnétique

Dérive du pôle Nord magnétique

Photographie

Depuis sa première localisation en 1831, le pôle Nord magnétique dérive en direction de la Sibérie. S'il continue à sa vitesse actuelle (55 km/an), il franchira le méridien du détroit de Béring d'ici à 2020. 

Crédits : Medi@terre-IPGP

Afficher

Panache magnétique terrestre

Panache magnétique terrestre

Dessin

Une zone de polarité inverse se forme à la surface du noyau lorsque du fluide remonte des profondeurs du noyau (a) et expulse des lignes de champ dans le manteau (b). Ce mécanisme présente des analogies avec celui des taches solaires, d'où le nom parfois utilisé de «taches de noyau».... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le pôle Sud magnétique n'a quant à lui été atteint pour la première fois qu'en 1909, par les Australiens Douglas Mawson et Edgeworth David, et l'Écossais Alistair Mackay. Par la suite, il a été localisé plusieurs fois par diverses expéditions au cours du xxe siècle.

Une campagne de mesures consiste généralement à mesurer le champ magnétique en plusieurs points au voisinage du pôle, ce qui devient de plus en plus difficile car les deux pôles s'éloignent de la terre ferme. Aujourd'hui, le pô [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : physicien à l'Institut de physique du globe de Paris et à l'université du Colorado, Boulder, États-Unis

Classification


Autres références

«  PÔLES DÉRIVE DES  » est également traité dans :

DÔME DE THARSIS, Mars

  • Écrit par 
  • Gabriel TOBIE
  •  • 1 679 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dynamique interne et mouvement des pôles »  : […] La dynamique interne d’une planète entraîne des redistributions de masse et a pour conséquence de modifier le moment d’inertie de la planète (c’est-à-dire sa résistance aux mouvements de rotation). Ce dernier est caractérisé par trois axes principaux orthogonaux. Sous l’effet de la rotation, les planètes s’aplatissent, ce qui se traduit par un rayon polaire plus petit que le rayon équatorial. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dome-de-tharsis-mars/#i_53629

GÉOMAGNÉTISME ou MAGNÉTISME TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Arnaud CHULLIAT
  •  • 4 858 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le champ magnétique du noyau »  : […] Le champ magnétique du noyau, appelé aussi champ principal, représente plus de 99 p. 100 du champ géomagnétique global de la Terre. En première approximation, le champ du noyau a une structure dipolaire et peut ainsi être comparé à celui d’un aimant « classique » qui serait placé au centre de la Terre avec un pôle Nord et un pôle Sud et serait incliné d’un angle d’environ 10 0 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geomagnetisme-magnetisme-terrestre/#i_53629

Voir aussi

Pour citer l’article

Arnaud CHULLIAT, « PÔLES DÉRIVE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-poles/