PÔLES DÉRIVE DES

Médias de l’article

Dérive du pôle Nord magnétique

Dérive du pôle Nord magnétique
Crédits : Medi@terre-IPGP

photographie

Panache magnétique terrestre

Panache magnétique terrestre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


L'accélération brutale du pôle Nord magnétique

Depuis sa première localisation par Ross, le pôle Nord magnétique dérive dans la direction nord - nord-ouest, c'est-à-dire vers la Sibérie. Mais, alors que sa vitesse était restée inférieure à 15 km/an pendant près de 160 ans, celle-ci a soudainement augmenté vers 1990 pour atteindre près de 60 km/an au début des années 2000 et se stabiliser aujourd'hui vers 55 km/an. Aucun phénomène de ce type n'a jusqu'ici été observé au pôle Sud.

Pourquoi le pôle Nord magnétique a-t-il accéléré au cours des années 1990 ? La vitesse du pôle est déterminée par deux facteurs : le gradient local et le taux de variation séculaire du champ horizontal au niveau du pôle. À taux de variation du champ égal, le pôle se déplace plus vite dans une zone de gradient faible que dans une zone de gradient élevé, comme un marcheur dont le taux de montée serait constant se déplacerait plus vite sur un chemin presque plat que sur un chemin pentu. Ainsi, si le gradient décroît, ou si le taux de variation augmente, le pôle accélère dans son déplacement. Il a été démontré que l'essentiel (75 p. 100) de l'accélération observée dans les années 1990 provient d'une augmentation concomitante et tout aussi brutale de la variation séculaire du champ horizontal dans l'Arctique canadien. Autrement dit, le pôle se trouvait au bon endroit au bon moment.

Pour comprendre l'origine de l'augmentation de variation séculaire responsable de l'accélération de déplacement du pôle Nord magnétique, il est nécessaire d'observer le champ directement à la surface du noyau. Pour cela, on calcule un modèle empirique de champ en harmoniques sphériques à partir des observations faites au voisinage de la surface de la Terre (au sol et par les satellites), que l'on peut ensuite prolonger jusqu'à la surface du noyau en supposant le manteau peu conducteur. Ce type de modèle a permis de mettre en évidence l'existence d'une zone située sous les îles russes de Nouvelle-Sibérie où le champ magnétique[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : physicien à l'Institut de physique du globe de Paris et à l'université du Colorado, Boulder, États-Unis

Classification


Autres références

«  PÔLES DÉRIVE DES  » est également traité dans :

DÔME DE THARSIS, Mars

  • Écrit par 
  • Gabriel TOBIE
  •  • 1 679 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dynamique interne et mouvement des pôles »  : […] Sur Terre, la dérive de la position des pôles géographiques est observée grâce aux données paléomagnétiques qui renseignent sur la position du pôle magnétique au cours des temps géologiques. En raison de la tectonique des plaques, qui est caractérisée par un mouvement des plaques lithosphériques (composées de la croûte et d’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dome-de-tharsis-mars/#i_53629

GÉOMAGNÉTISME ou MAGNÉTISME TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Arnaud CHULLIAT
  •  • 4 859 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le champ magnétique du noyau »  : […] les pôles magnétiques se déplacent, en particulier le pôle Nord situé dans l’océan Arctique, qui se dirige vers la Russie à 55 km/an environ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geomagnetisme-magnetisme-terrestre/#i_53629

Voir aussi

Pour citer l’article

Arnaud CHULLIAT, « PÔLES DÉRIVE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-poles/