Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DÉPRESSION ÉCONOMIQUE

Analyse dynamique

Le phénomène de la dépression peut relever d'une analyse dynamique. Et cela, de deux façons.

Théorie de la dépression et théorie des cycles

La dépression peut être entendue comme phase du mouvement cyclique de l'activité économique. Elle est alors considérée comme le prolongement de la crise correspondant au retournement de la conjoncture d'expansion. La théorie dynamique moderne s'efforçant d'expliquer le mouvement cyclique dans sa continuité et de ne point dissocier l'explication des phases alternantes de prospérité et de dépression de celle des points de retournement, la théorie de la dépression entendue en ce sens relève à l'époque contemporaine de la théorie des cycles.

Notons encore qu'aujourd'hui les phases qui suivent le retournement de l'expansion présentent le plus souvent un caractère de récession, c'est-à-dire des caractéristiques atténuées par rapport à celles retenues pour définir la dépression. À la limite, une conjoncture déprimée se traduit seulement par un ralentissement de la croissance.

Étude de tendance séculaire

L'étude dynamique de la dépression peut être entendue dans un second sens, comme constituant l'étude des facteurs qui tendent à freiner la croissance. C'est alors, non plus une étude de cycle, mais une étude de tendance séculaire.

Le trend de la croissance peut s'infléchir et la croissance se ralentir par un processus d'autofreinage, de telle sorte que soit finalement atteint, au moins de façon asymptotique, un niveau stable de l'activité économique correspondant à un état stationnaire. Envisagée de cette façon, la dépression est fréquemment qualifiée, dans la littérature économique, de stagnation.

D'inspiration keynésienne, une école dite stagnationniste (Hansen) étudie la notion de maturité économique, caractérisant la phase avancée du développement des économies capitalistes.

Ces thèses ont pris naissance aux États-Unis, à l'occasion de la grande dépression des années trente. Elles reposent sur une analyse de la dégradation des facteurs régissant la croissance de la demande effective. On s'efforce de démontrer que l'action des facteurs qui suscitent la croissance des investissements connaît une intensité décroissante. Le premier de ces facteurs est la croissance démographique, dont on constate le ralentissement séculaire dans les pays développés. Le second facteur retenu est le caractère des innovations. On suppose que, après avoir impliqué un processus d'intensification capitalistique, c'est-à-dire d'accroissement du capital par tête, les innovations dans les techniques de production ont désormais pour objectif ou pour conséquence d'économiser du capital, de telle sorte que le montant d'investissement nécessaire pour réaliser les innovations qui, par unité de temps, permettent un taux déterminé d'accroissement de la productivité, tend à être de plus en plus faible. À supposer que le rythme du progrès technique lui-même n'en vînt pas à se ralentir au cours du temps, le montant d'investissement tendrait néanmoins à décroître.

En revanche, l'épargne tend à s'élever avec l'élévation du revenu national concomitante à la croissance. Un déséquilibre tend donc à s'établir dans le sens d'un excédent de l'épargne sur l'investissement qui exerce une influence dépressive croissante sur l'activité économique. Cette thèse, inspirée par la situation des États-Unis entre les deux guerres et par l'atonie frappante de l'activité d'investissement constatée pendant cette période, ne semble guère actuelle.

Une explication complémentaire

Une autre explication, complémentaire des précédentes, doit être examinée. À côté des investissements destinés à permettre la réalisation du progrès[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • GRANDE DÉPRESSION

    • Écrit par Marie-France BAUD-BABIC
    • 328 mots

    Le 9 mai 1873, un vendredi, la Bourse de Vienne s'effondre. Ce sera ensuite au tour de New York d'enregistrer un krach financier. Pendant les trois premiers quarts du xixe siècle, l'économie européenne avait bénéficié d'un dynamisme important, le capitalisme se développant à travers...

  • AFGHANISTAN

    • Écrit par Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Universalis, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    Sur un plan économique, tous les indicateurs montrent que le retrait occidental de 2014 a créé une dépression d’une rare ampleur. Selon la Banque mondiale, la croissance économique passe de 14,4 % en 2012 à 2,5 % environ en 2019, ce qui signifie une baisse du revenu par habitant, puisque l’accroissement...
  • CRISES ÉCONOMIQUES

    • Écrit par Jean-Charles ASSELAIN, Anne DEMARTINI, Pascal GAUCHON, Patrick VERLEY
    • 21 855 mots
    • 14 médias
    ...historiens et des économistes. Aux États-Unis, c'est la catastrophe qui met fin aux illusions nées de la « prospérité » des années 1920. En Europe, la « grande dépression » des années 1930 relègue largement dans l'oubli l'appellation de « grande dépression du capitalisme » donnée jadis aux années 1873-1896. Les...
  • CYCLES ÉCONOMIQUES

    • Écrit par Denis CLERC
    • 4 011 mots
    • 1 média
    ...: une phase d'accélération (l'expansion), plus ou moins rapide, plus ou moins longue, qui tend à se ralentir, jusqu'à atteindre un apogée (la crise). Puis une phase de décroissance (la dépression), elle aussi plus ou moins forte, plus ou moins longue, qui finit par se ralentir, puis s'arrêter, pour...
  • KRACH DE WALL STREET

    • Écrit par Sylvain VENAYRE
    • 209 mots
    • 1 média

    Le 24 octobre 1929 est resté comme le « jeudi noir » de l'histoire du xxe siècle. Ce jour-là, treize millions d'actions furent offertes à la vente à Wall Street, la Bourse de New York ; l'offre étant bien supérieure à la demande, les cours s'effondrèrent, inaugurant une chute...

  • Afficher les 8 références

Voir aussi