DÉMONSTRATION (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La question des prémisses

Cependant, pour que la communication soit « quasi parfaite », une condition est nécessaire : il faut que les interlocuteurs s’accordent sur les points de départ de leurs démonstrations. Démontrer, en géométrie comme en logique, c’est en effet prouver qu’une conclusion découle nécessairement d’un ensemble de prémisses que l’on a préalablement admis pour vrai. La vérité de la conclusion dépend donc de la validité des prémisses, et les sophistes auront beau jeu de contester la vérité des philosophes en mettant en évidence cette fragilité propre à toute démonstration.

Platon, avec une avance considérable sur ses contemporains, fut le premier, malgré l’immense admiration qu’il vouait aux sciences mathématiques, à les qualifier d’« hypothétiques », ainsi qu’il le fait au livre VI de sa République. Celui qui fut peut-être son élève, le mathématicien Euclide (env. 325-env. 265 av. J.-C.), reconstruisit dans un livre majeur intitulé Les Éléments la totalité de la géométrie à laquelle on donna son nom (on parle de géométrie « euclidienne »). Cet ouvrage fait depuis vingt-quatre siècles l’admiration de tous les hommes de science. Euclide y déduit les uns des autres, en les classant hiérarchiquement, tous les théorèmes qu’avaient démontrés ses prédécesseurs, puis il montre qu’il faut accepter, en deçà des théorèmes démontrés, des hypothèses de départ, qu’il dénomme « axiomes » et « postulats ». Pour Euclide, certains de ces points de départ relèvent de l’évidence, et c’est à ceux-là qu’il donne le nom d’« axiomes » (terme issu d’un mot grec signifiant « ce qui a force ou valeur »). En revanche, d’autres prémisses n’ont nullement ce caractère d’évidence, et il leur donne un nom grec que l’on traduit par « postulat » (mot d’origine latine apparenté au verbe postulare qui signifie « demander »).

Il n’est pas interdit de penser que Platon fut plus lucide que son disciple Euclide auquel il aurait refusé d’accorder cette différence entre « axiomes » et « postulats ». Selon Platon, les prémisses de la géométrie comme de la logique sont arbitraires et ne relèvent d’aucune évidence. Mais les esprits du temps n’étaient pas assez mûrs pour accorder à Platon qu’il existait de l’arbitraire au point de départ des mathématiques.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

5-19 mai 2021 France. Manifestation des policiers devant l'Assemblée nationale.

Le 19, les syndicats de policiers organisent une « marche citoyenne » aux abords de l’Assemblée nationale, à Paris, en hommage à Éric Masson et à Stéphanie Monfermé, l’agente administrative du commissariat de Rambouillet (Yvelines) tuée en avril, qui se mue en démonstration de force. Gérald Darmanin se mêle aux milliers de manifestants en signe de soutien, tout comme les représentants des principaux partis, à l’exception de la France insoumise, qui dénonce « une manifestation au caractère ostensiblement factieux ». […] Lire la suite

28 août 1988 République fédérale d'Allemagne. Collision aérienne à Ramstein

Les autorités interdisent toute démonstration d'acrobatie aérienne. […] Lire la suite

1er-28 mai 1984 République fédérale d'Allemagne. Grève dans la métallurgie pour les 35 heures

Metall fait une grande démonstration de force en réunissant, à Bonn, environ deux cent mille manifestants. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « DÉMONSTRATION (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/demonstration-notions-de-base/