QUATRE ARTICLES DÉCLARATION DES (1682)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Déclaration du clergé de France sur la puissance ecclésiastique », texte latin en un préambule et quatre articles (d'où son nom) ; elle fut votée le 19 mars 1682 par une assemblée générale extraordinaire du clergé de France, convoquée par Louis XIV, alors en conflit avec la papauté sur l'étendue de l'autorité royale en matière ecclésiastique : le roi, déterminé par Colbert, voulait à cette occasion « renouveler la doctrine de France sur l'usage de la puissance des papes » et croyait habile d'y arriver « par l'autorité des évêques mêmes, assemblés entre eux ». Ainsi serait couronnée la politique royale : « Humilier Rome et s'affermir contre elle » (Bossuet). L'assemblée générale du clergé, composée de deux évêques et de deux prêtres par province ecclésiastique, n'était pas un concile : elle voulait satisfaire le roi sans s'aliéner le pape ; d'où une présentation modeste, humble même. L'assemblée se défend d'innover ; au contraire, elle veut réagir contre les novateurs, confirmer avec solennité les anciennes traditions de l'Église gallicane. La première d'entre elles, la plus vague, était l'attachement aux canons des premiers siècles de l'Église et à la législation religieuse française émanée à la fois des évêques et du roi : cela sous-entendait le rôle privilégié et essentiel du roi, « fils aîné de l'Église » et protecteur de la foi ; mais le sujet était trop brûlant et l'assemblée ne précisa rien. Au contraire, elle claironna trois affirmations doctrinales, classiques en France :

Aucune autorité ecclésiastique (pape, évêque, concile) n'a de pouvoir direct ou indirect sur le temporel, ne peut déposer un prince, délier ses sujets de la soumission qu'ils lui doivent. C'est l'ancienne doctrine de la monarchie française : le roi de France ne tient son royaume que de Dieu, n'a pas de supérieur au temporel. Ce n'était pas l'opinion des théologiens romains du xviie siècle.

Le concile œcuménique est supérieur au pape [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  QUATRE ARTICLES DÉCLARATION DES (1682)  » est également traité dans :

BOSSUET JACQUES BÉNIGNE (1627-1704)

  • Écrit par 
  • Jacques TRUCHET
  • , Universalis
  •  • 3 924 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'affaire gallicane »  : […] Bossuet est l'auteur de cette Déclaration des Quatre Articles qui est demeurée comme la charte du gallicanisme, et qui s'achève sur l'affirmation que le jugement du pape dans les questions de foi « n'est pas irréformable, à moins que le consentement de l'Église n'intervienne ». Aussi garda-t-il la réputation d'un gallican farouche, et cette impression s'accentua encore lorsqu'en 1870 le premier c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-benigne-bossuet/#i_9330

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les cultes »  : […] Le catholicisme est religion d'État. Au Moyen Âge, le royaume de France, comme tous les royaumes occidentaux, était dans l'Église. À partir du xv e  siècle, l'universalisme de la Chrétienté a vécu, l'Église gallicane fait partie du royaume de France et, au siècle suivant, le succès de la Réforme accentuera l'évolution. La papauté ne conserve plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-l-etat-monarchique/#i_9330

GALLICANISME

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 3 698 mots

Dans le chapitre « Gallicanisme et ultramontanisme aux XVIe et XVIIe siècles »  : […] Au xvi e et au xvii e  siècle, le gallicanisme parlementaire, tout comme le gallicanisme ecclésiastique, appuya souvent la politique religieuse de la royauté, notamment au moment de l'affaire de la régale. Toutefois, il garda sa coloration propre et, à plusieurs reprises, s'opposa à la volonté du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gallicanisme/#i_9330

INNOCENT XI, BENEDETTO ODESCALCHI (1611-1689) pape (1676-1689)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 538 mots

Benedetto Odescalchi naît le 19 mai 1611 à Côme, dans le duché de Milan. Il étudie le droit à l'université de Naples et intègre la curie sous le pontificat d'Urbain VIII. Le pape Innocent X le nomme cardinal en 1645, puis légat à Ferrare (Italie) et évêque de Novare (Italie) en 1650. Odescalchi est élu pape le 21 septembre 1676 sous le nom d'Innocent XI, contre la volonté de Louis XIV, qui s'oppo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benedetto-innocent-xi/#i_9330

RÉGALE DROIT DE

  • Écrit par 
  • Frédéric BLUCHE
  •  • 578 mots

Les droits du roi ou droits régaliens étaient, sous l'Ancien Régime, l'expression même de la souveraineté. L'un d'entre eux était le droit de régale. Abus consolidé en droit au viii e siècle, il apparaît à l'époque carolingienne. Le roi l'exerce en cas de vacance d'un siège épiscopal, prenant le diocèse sous sa protection, assurant la défense de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-de-regale/#i_9330

Pour citer l’article

Olivier COLLOMB, « QUATRE ARTICLES DÉCLARATION DES (1682) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/declaration-des-quatre-articles/