Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CULTURALISME

Le courant culturaliste américain a réalisé historiquement la première association cohérente entre psychanalyse et anthropologie pour l'approche des phénomènes sociaux. Appelée aussi « culture et personnalité », cette école eut pour chefs de file trois anthropologues, Ruth Benedict (1887-1948), Margaret Mead (1901-1978), Ralph Linton (1893-1953), et le psychanalyste Abram Kardiner (1891-1981). Pour ces auteurs, la culture est définie comme la somme globale des attitudes, des idées et des comportements partagés par les membres de la société, en même temps que des résultats matériels de ces comportements, les objets manufacturés. Au-delà des particularismes et de la diversité sociétale, il s'agit de mettre en évidence l'influence des institutions et des coutumes sur la personnalité. Pour dégager les traits spécifiques des différents modèles culturels, les culturalistes ont recueilli d'importants matériaux ethnographiques dans un grand nombre de sociétés archaïques d'Amérique et d'Océanie.

Relativisme des formes culturelles et exigence méthodologique d'unité

Les travaux de Margaret Mead sur les rapports entre les sexes dans trois sociétés traditionnelles d'Océanie demeurent aujourd'hui encore un témoignage exemplaire de l'approche culturaliste. L'enquête fut menée entre 1931 et 1935 chez les Arapesh, les Mundugumor et les Chambuli, trois ethnies océaniennes qui offrent chacune un traitement distinct de la différenciation des sexes. Les Arapesh, qui vivent dans des montagnes peu propices à l'agriculture, élèvent des cochons et s'alimentent d'ignames et de taros. Dans cette société, malgré un environnement naturel peu favorable, règne une réelle solidarité entre hommes et femmes. La coopération est la règle ; l'autorité masculine n'est nullement valorisée. L'harmonie entre les sexes, symbolisée par le mariage, constitue l'idéal.

Alors que chez les Arapesh la douceur est la norme, les Mundugumor, tribu favorisée par d'excellentes conditions écologiques et une horticulture prospère, se complaisent dans des relations agressives, alimentées dès l'enfance par des frustrations successives ; le tempérament des adultes des deux sexes s'exprime dans la violence, la jalousie et la vengeance. Mais les rôles féminins et masculins ne se trouvent pas véritablement différenciés, comme c'est le cas chez les Chambuli. Cette tribu lagunaire, dont l'examen clôt l'enquête de Margaret Mead, réserve aux hommes et aux femmes deux univers bien distincts. Cérémonies et esthétique sont l'apanage des hommes : ceux-ci vivent une perpétuelle compétition pour obtenir la préséance sur la scène sociale. Les femmes ne connaissent pas ces relations difficiles et tendues qui sont propres aux maisons des hommes. Elles détiennent le pouvoir économique, assurant la subsistance de la société et maîtrisant la circulation monétaire. La domination masculine demeure formelle ; en fait, les rôles sont renversés : l'angoisse et l'inadaptation masculines contrastent avec le dynamisme et la sérénité des femmes.

À partir de ces analyses, Margaret Mead conclut que « les traits du caractère que nous qualifions de masculins ou de féminins sont, pour nombre d'entre eux, sinon en totalité, déterminés par le sexe d'une façon aussi superficielle que le sont les vêtements, les manières et la coiffure qu'une époque assigne à l'un ou l'autre sexe » (Sex and Temperament, 1935). Ainsi la personnalité est-elle moins fonction du sexe que d'un système de rôles imposé par le modèle culturel en vigueur dans une société donnée. Dès sa première étude, Coming of Age in Samoa, M. Mead avait montré comment, dès leurs premiers mois, les individus sont imprégnés par ce modèle : toute la gestuelle et le rapport[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ethnologue, chargé de recherche au C.N.R.S.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ACCULTURATION

    • Écrit par Roger BASTIDE
    • 8 306 mots
    • 1 média
    Tentons de dégager brièvement cet apport. Il apparaît d'abord que les processus acculturatifs varient, mais que ces variations ne se font pas au hasard, que l'on peut dégager un certain nombre de types :
  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    Cette spécificité inspira d'autres anthropologues marqués par une orientation psychologique, notamment les culturalistes américains. De la particularité d'une culture, se dégage, selon eux, un certain style, un pattern qui imprègne les individus et leurs comportements. Leur école dite « Culture...
  • BENEDICT RUTH FULTON (1887-1948)

    • Écrit par Raymond ECHES
    • 732 mots

    L'ethnologue américaine Ruth Benedict ne vint, avec enthousiasme d'ailleurs, à la recherche anthropologique que vers la trentaine, déçue qu'elle était alors par les études de littérature anglaise qu'elle avait entreprises à Vassar en 1905. Elle s'initia à l'ethnologie au sein de la New School for...

  • CIVILISATION

    • Écrit par Jean CAZENEUVE
    • 7 138 mots
    • 1 média
    ...civilisation des loisirs. La difficulté qu'on éprouve à coordonner ces diverses typologies a conduit à chercher des méthodes plus synthétiques. Parmi celles-ci, il faudrait citer celles qu'ont mises au point diverses écoles culturalistes. Ainsi, avec Linton et Kardiner, on peut chercher à trouver l'unité dans...
  • Afficher les 13 références

Voir aussi