Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ANCÊTRES CULTE DES

La complexité des faits

Religions archaïques

Le culte des ancêtres, au sens strict du terme, n'est pas clairement attesté dans les cultures les plus archaïques, chez les collecteurs et les chasseurs. On le rencontre, en revanche, en Mélanésie et dans certaines civilisations de type agricole. En Mélanésie, on érige en l'honneur de certains morts illustres des figures taillées en bois ; pourtant ces figures n'ont pas un caractère sacré. Aux Nouvelles-Hébrides, on façonne en bambou une représentation du chef décédé, qui est déposée ensuite dans la hutte cultuelle. Mais ici non plus l'image du chef n'est pas l'objet d'une vénération spéciale ; nous avons affaire à un culte des morts qui n'est pas encore complètement articulé. En d'autres régions, les représentations des morts illustres sont conservées plus longtemps, et parfois on leur fait des offrandes en échange de leur protection (surtout en cas d'épidémies). Dans les cultures mégalithiques de l'Asie sud-orientale, pour établir une liaison concrète entre les trépassés et les vivants, on érige des pierres sur lesquelles les âmes des morts sont censées s'asseoir. Appelés « sièges des esprits », ces monuments conservent indéfiniment les qualités des personnes en l'honneur desquelles ils ont été élevés ; ils assurent la fertilité des hommes, des troupeaux et des terres. Dans nombre de cultures mégalithiques, le monument élevé en l'honneur du chef finit par devenir le centre de la vie cultuelle et sociale du village : c'est autour de ce mégalithe qu'ont lieu les danses et les rituels publics, et c'est toujours là qu'on s'assemble.

La situation est différente dans les religions où le culte vise non pas les morts dans leur ensemble, mais un ancêtre mythique, c'est-à-dire un personnage considéré, dès l'origine, comme surhumain ou semi-divin. C'est le cas de certaines tribus de l'Australie centrale où les ancêtres mythiques (également connus dans la littérature ethnographique sous le nom de « héros totémiques ») sont à la fois les « créateurs » des hommes – qu'ils ont formés et auxquels ils ont insufflé une particule de leur vie – et des héros civilisateurs, puisqu'ils leur ont enseigné l'art de faire le feu, de chasser et de se nourrir, et leur ont révélé les institutions religieuses et sociales. Par la suite, ces ancêtres mythiques se sont évanouis sous terre ou se sont métamorphosés en rochers, en arbres ou en objets rituels. Cependant, leur disparition n'est pas définitive. D'une part, ils veillent sur la conduite des hommes ; d'autre part, ils se réincarnent perpétuellement ; la particule de « vie » qu'ils ont insufflée lors de la formation des hommes constitue une sorte d'« âme immortelle ». Au fond, chaque individu réincarne, au moins partiellement, un ancêtre mythique, mais il n'apprend ce mystère qu'à la fin de son initiation.

Dans d'autres religions primitives, le fondateur mythique de la tribu est censé être en même temps « premier homme » et héros civilisateur : l'humanité, c'est-à-dire la tribu, est son « œuvre », puisqu'elle descend de lui et a été civilisée par lui. Parfois, l'ancêtre mythique-héros civilisateur se confond avec la divinité suprême ; c'est le cas d'Unkulunkulu chez les Zoulous.

Religions orientales

La Chine fournit le premier exemple d'une intégration complète du culte des ancêtres dans l'ensemble de la vie religieuse. Dès l'époque la plus ancienne, le culte jouait un rôle fondamental : on croyait que les âmes des trépassés continuaient d'exister auprès des vivants, mais elles étaient également capables d'intercéder auprès du dieu du Ciel en faveur de leurs descendants. Les ancêtres étaient donc les protecteurs des vivants,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Chicago
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Herbert Spencer - crédits : AKG-images

Herbert Spencer

Autres références

  • ABORIGÈNES AUSTRALIENS

    • Écrit par Barbara GLOWCZEWSKI
    • 7 150 mots
    • 5 médias
    ...en rêve et dans les rites, pour réactualiser les attaches spirituelles qui les associent individuellement et collectivement à des sites terrestres. Les ancêtres, qui ont présidé à la formation de ces lieux, à la reproduction de toutes les espèces animales et végétales, de l'eau, de la pluie et de toutes...
  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

    • Écrit par Marc PIAULT
    • 9 619 mots
    • 1 média
    ...partie des rites accomplis partent du niveau familial pour s'élever progressivement à l'ensemble du groupe. Les chefs de lignage rendent un culte aux ancêtres, les occupants initiaux d'un site sont généralement responsables des sacrifices offerts aux génies des lieux et les chefs des communautés sont...
  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

    • Écrit par Jean DEVISSE, Universalis, Francis GEUS, Louis PERROIS, Jean POLET
    • 6 689 mots
    ...occupent les vallées et les rares zones de savanes. Deux ensembles de peuples sont démographiquement plus importants, les Fang (ou Pahouins) au nord et les Ambama au sud-est, correspondant à deux régions de forte production artistique, notamment de figures de reliquaires liées au culte des ancêtres.
  • ALCHIMIE

    • Écrit par René ALLEAU, Universalis
    • 13 642 mots
    • 2 médias
    ...métallurgiques. N'étaient-elles pas, depuis la plus lointaine antiquité, celles qui communiquaient avec la terre où sont à la fois les minéraux et les os des ancêtres ? C'est pourquoi on offre aussi aux embryons métalliques, extraits de la terre maternelle, le breuvage ennoblissant, réservé aux ancêtres, aux...
  • Afficher les 35 références

Voir aussi