CRIMINALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les statistiques, un enjeu technique et politique

« Comme dans le cas du suicide, l'analyse des phénomènes criminels ne peut, contrairement à ce que paraissait croire Durkheim, être considérée comme relevant de la seule sociologie », concluaient Raymond Boudon et François Bourricaud en 1982, dans la première édition de leur Dictionnaire critique de la sociologie. Depuis le début des années 1980, la sociologie du crime en France, quantitativiste et holiste, est ainsi constamment mise au défi de rapporter les évolutions macrosociologiques de la criminalité à des explications microsociologiques issues d'autres disciplines, comme y invitent ces sociologues au nom d'un individualisme méthodologique de type weberien. Dans nos sociétés dites individualistes, la sociologie néo-durkheimienne du crime, qui régna sans partage durant la période des Trente Glorieuses, tenta de résister vaillamment à cette injonction. Mais elle est progressivement entrée en crise, non pour avoir abandonné le précepte d'expliquer la « normalité sociale du crime » par le social plutôt que par le psychologique ou la clinique, mais pour des raisons plus stratégiques. Les politiques publiques de protection et de sécurité en rapport avec la gestion du « crime » et des « risques » se sont à ce point politisées que les frontières de la connaissance, de l'expertise, de l'action et de l'évaluation en ont été, en grande partie, bouleversées. Et les institutions régaliennes de police et de justice, obligées de composer avec une demande lancinante de protection et de réassurance des citoyens, ont sollicité de « nouveaux savoirs » pour produire toujours plus de sécurité visible, afin de mieux policer l'apparence.

Politistes et criminologues se sont progressivement érigés en spécialistes de la « gouvernance de sécurité » occupant le devant de la scène médiatique et masquant le travail des sociologues quantitativistes critiques de l'ère précédente. Ces derniers, les sociologues du crime néo-durkheimiens, ont alors eu tendance à se replier dans trois attitudes différentes, fuite en avant, fuite en arrière ou réalisme stratégique. La fuite en avant est nettement perceptible dans un discours de dénonciation hyper-critique sur la « pénalisation du social », au vu de la montée des thématiques et politiques sécuritaires de la loi et de l'ordre. La « fuite en arrière » se fait sentir chez certains d'entre eux par le recours à l'histoire sociale de la régulation des délinquances violentes et prédatrices, un refuge permettant de relativiser les enjeux hautement politisés du moment, et de ne pas se compromettre avec des recherches de plus en plus orientées par le politique sur les finalités desquelles on serait sans prise. L'approche réaliste a préféré opérer une réorientation des savoirs sur des acteurs délaissés par la « criminologie de l'acte » non durkheimienne, en recentrant à nouveaux frais l'attention sur les « victimes » apeurées ou insécures, ou sur les populations simplement préoccupées par les perturbations de la vie sociale engendrées par les insécurités. Ce qui a eu pour effet de redonner un second souffle à la sociologie du crime néo-durkheimienne soucieuse de toujours respecter le précepte méthodologique de l'explication du social par le social. Cette attitude réaliste a eu pour effet de relégitimer la discipline auprès des institutions de traitement ou de prise en charge pénale, en donnant des arguments aux gestionnaires perplexes au vu de la nature composite de la « demande de protection et de sécurité » des victimes.

Ces réorientations par politisation radicale dans l'étude de l'actuel, retrait dans une histoire relativisant le présent, ou réalisme par souci de moderniser les objets traditionnels de la sociologie du crime ont rencontré, au cours de la dernière décennie, des échos mitigés dans le champ politico-administratif. Seule l'attitude réaliste rencontra l'intérêt des pouvoirs publics après bien des inquiétudes : c'est que les besoins des « victimes » devenaient une préoccupation sérieuse, alors que pour les sociologues, expliquer les différences de leurs réactions aux incidents vécus demeurait l'unique fondement scientifiquement acceptable et stratégiquement utile de leur programme.

Deux mouvements portés par des scientifiques et par des gestionnai [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. (Centre d'études et de recherches en science administrative)

Classification

Autres références

«  CRIMINALITÉ  » est également traité dans :

DÉLINQUANCE

  • Écrit par 
  • Philippe ROBERT
  •  • 4 584 mots

Dans le chapitre « L'étude du phénomène et ses interprétations »  : […] Entre la grande crise économique des années 1880 et la Première Guerre mondiale, les politiques criminelles classiques nées un siècle auparavant dans la filiation du traité Des délits et des peines , du juriste Cesare Beccaria, paru en 1764, subissent contestations et recompositions. Du coup, la délinquance devient objet d'étude et non plus seulement matière à dissertation juridique ou philosophi […] Lire la suite

DEL PONTE CARLA (1947- )

  • Écrit par 
  • Florence HARTMANN
  •  • 1 135 mots

Carla Del Ponte est une magistrate et une diplomate suisse de langue italienne qui a été procureure générale auprès du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) de septembre 1999 à décembre 2007, et pendant quatre années, de 1999 à 2003, auprès du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). Elle a été membre de la Commission d’enquête internationale de l’ONU sur la Syrie de […] Lire la suite

MAFIA

  • Écrit par 
  • Clotilde CHAMPEYRACHE, 
  • Jean SUSINI
  • , Universalis
  •  • 8 696 mots
  •  • 1 média

Fréquemment utilisé, le terme mafia souffre cependant d'un déficit global de définition. L'origine est assurément sicilienne, le mot venant du dialecte palermitain, et observer Cosa nostra est indispensable à la compréhension du phénomène. Pour autant, les aspects étymologiques et historiques ne doivent pas faire oublier la réalité du système mafieux : loin de l'image romantique divulguée par le […] Lire la suite

MEXIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Henri ENJALBERT, 
  • Roland LABARRE, 
  • Cécile LACHENAL, 
  • Jean A. MEYER, 
  • Marie-France PRÉVÔT-SCHAPIRA, 
  • Philippe SIERRA
  •  • 32 136 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Démocratie et droits de l'homme »  : […] Dans le but de résoudre le conflit au Chiapas, Fox reprend, dès son élection, l'initiative qui avait été élaborée en 1996 par la Cocopa, pour faire adopter la réforme en matière indigène. Malgré le mécontentement de la majorité des organisations, car cette dernière ne reconnaît pas les communautés indigènes comme sujets de droit public ayant une capacité juridique à agir, elle est entrée en vigue […] Lire la suite

NIGERIA

  • Écrit par 
  • Daniel C. BACH
  •  • 11 723 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Tensions intercommunautaires et violences interconfessionnelles  »  : […] Le retour à un régime civil démocratiquement élu en 1999 n'a que partiellement contribué à un rétablissement de l'autorité et de la légitimité de l'État fédéral. De nouvelles sources de tensions sont apparues avec la formation de milices ethno-religieuses, la relance des revendications liées à la distribution des ressources pétrolières et la montée de l'islamisme radical dans le nord-est du pays. […] Lire la suite

POLICE SOUS LA IIIè RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BERLIÈRE
  •  • 4 194 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les révolutions de la police judiciaire  »  : […] Au tournant des xix e et xx e  siècles, la France a peur. Peur du crime et peur des criminels se mêlent inextricablement et se conjuguent pour persuader une opinion angoissée que jamais l'insécurité n'a été aussi grande. Cette psychose d'insécurité est nourrie par la redondance du fait-divers sanglant dans une presse à grand tirage qui met « le sang à la une ». Face aux figures de la peur qu'inc […] Lire la suite

PRISON

  • Écrit par 
  • Gilles CHANTRAINE
  •  • 9 224 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Illégalismes populaires et mise à l'écart des « grands déviants » »  : […] Ici, la reconstruction de la genèse de l'institution permet de saisir le lien qui, dès sa naissance et jusqu'à aujourd'hui, unit la prison à une « clientèle » spécifique. Sous l'Ancien Régime, en effet, l'administration royale, l'appareil judiciaire et la famille se répartissent le contrôle des comportements indésirables selon des procédures traditionnellement réglées. Les lettres de cachet, moye […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE EN MILIEU CARCÉRAL

  • Écrit par 
  • Nathalie PRZYGODZKI-LIONET
  •  • 1 639 mots

Dans le chapitre « Interventions concomitantes auprès des détenus et des personnels pénitentiaires »  : […] Le dispositif du projet d’exécution de la peine (PEP), qui se généralise dans tous les établissements pénitentiaires (règle 103-3 des règles pénitentiaires européennes adoptées en 2006), vise à donner plus de sens à la peine de prison, en impliquant le détenu dans une réflexion sur les actes qu’il a commis d’une part et dans la gestion de son temps d’incarcération d’autre part. En France, le psyc […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE ET JUSTICE

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 4 415 mots

Dans le chapitre « Les expertises psychologiques présentencielles »  : […] Indéniablement, les expertises judiciaires influencent le jugement des jurés, en particulier lorsqu’elles sont présentées au début du procès et lorsqu’elles informent directement sur les faits. L’expertise psychologique présentencielle est un examen qui vise à soutenir la construction de la décision judiciaire en apportant un éclairage sur la psychologie du suspect et de la victime. Dans le premi […] Lire la suite

SALVADOR EL

  • Écrit par 
  • Noëlle DEMYK, 
  • David GARIBAY
  • , Universalis
  •  • 9 393 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le Salvador de l'après-guerre : paix, stagnation économique et violence »  : […] L'intervention des Nations unies, pour encadrer la fin de la négociation et jouer activement un rôle de médiateur puis de garant de la paix, ainsi que le processus politique et militaire sont présentés comme des succès. Mais certains programmes prévus dans les accords de paix, notamment ceux pour la réintégration des anciens combattants dans la société, connaissent de sérieux problèmes. La réinser […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25 janvier-11 février 2022 Mexique. Protestation à la suite de l'assassinat de trois journalistes.

Le 11 février, au lendemain de l’assassinat d’un autre journaliste, le cinquième depuis le début de l’année, le président Andrés Manuel López Obrador promet « zéro impunité » pour « ceux qui sont impliqués dans la criminalité, tant la criminalité organisée que la criminalité en col blanc ». Les meurtriers présumés du journaliste ont été arrêtés. […] Lire la suite

21 septembre 2021 France. Condamnation des opposants au projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure.

Les avocats ont notamment dénoncé le recours, lors de l’enquête, à des interceptions de communications et des méthodes d’analyse criminelle rendues légales en 2016 dans l’objectif d’améliorer la lutte contre le terrorisme et la grande criminalité. […] Lire la suite

6-15 juillet 2021 Pays-Bas. Assassinat du journaliste Peter R. de Vries.

Ce drame replace la lutte contre la grande criminalité au centre des négociations en vue de la formation d’un gouvernement, après les élections de mars. […] Lire la suite

16-30 avril 2021 France – Liban. Dépôt de plaintes visant le gouverneur de la banque centrale libanaise.

Le 30, une seconde plainte similaire est déposée devant le PNF par l’association française Sherpa, qui lutte contre la criminalité économique, et l’association franco-libanaise du Collectif des victimes des pratiques frauduleuses et criminelles au Liban.  […] Lire la suite

22 avril 2021 Belgique. Annulation de la loi sur la conservation des métadonnées de communication.

L’ordre des avocats contestait l’exploitation qui est faite de ces données dans d’autres affaires que celles concernant la grande criminalité ou la menace contre la sécurité publique.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Frédéric OCQUETEAU, « CRIMINALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/criminalite/