Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CRIMINALITÉ

Dialogue entre scientifiques et gestionnaires

Hormis le contentieux d'atteintes aux personnes dont les agents dépositaires de l'autorité s'estiment eux-mêmes les victimes dans leurs actes d'interpellation, les comptages publics sous-estiment les violences verbales à l'égard des autres citoyens et surestiment de plus en plus les violences caractérisées agrégées dans les violences physiques.

Les premières constituent l'un des phénomènes sociaux les plus significatifs des dix dernières années dans ce domaine, si l'on accorde crédit aux déclarations de victimes appartenant aux couches moyennes de la population (bavardes devant les enquêteurs même si elles se plaignent peu à la police). Le sociologue Philippe Robert en conclut à la montée d'« une rugosité accrue des relations sociales », précisant que « les comptages officiels [auraient été conduits] à mesurer une sorte de violence moins caractérisée par la gravité des dommages physiques que par l'insubordination sociale ou la dépendance des victimes ».

Cette analyse sur le long terme remet partiellement en cause l'idée très répandue selon laquelle les polices maîtriseraient totalement par elles-mêmes leurs ordres de priorité répressive. En bonne orthodoxie néo-durkheimienne, il resterait à se demander si les victimes sont globalement et objectivement plus souvent atteintes que par le passé, ou si elles supportent simplement moins volontiers que naguère cette montée de l'« insubordination sociale » ou « rugosité accrue des relations sociales ». Pour le dire autrement, on doit se demander si les caractéristiques de nos sociétés d'aujourd'hui ne sont pas à la diminution des « seuils de tolérance » collectifs aux « incivilités des incivils » dans les espaces publics et semi-privés. Une chose est certaine : les victimes, en tant que nouveau groupe de pression actif au sein des politiques pénales ont réussi « à faire partager au législateur, les unes leur détresse, les autres leur aigreur ».

En attendant des enquêtes de confirmation ultérieure sur ce qui semble être devenu une tendance longue propre à la fin du xxe et au début du xxie siècle, l'O.N.D. se donne pour mission de rassurer un ministère de l'Intérieur soucieux de sortir la tête haute de l'exercice de comparaison des différentes sources de connaissance du crime. Les administrations policières paraissent, quant à elles, peu disposées à approfondir la connaissance des besoins du corps social en réaffectant les policiers sur les demandes insatiables de protection de différentes catégories de victimes dans la sphère publique. Car la défense des attributs de la souveraineté de la nation et de l'État, la lutte contre la grande criminalité de la police judiciaire et la lutte contre l'insécurité routière demeurent les priorités d'un modèle professionnel de police très centralisée, encore peu tourné vers les besoins de la société.

Or, si l'éthique de conviction guidant la science des socio-criminologues ne fut jamais tellement d'améliorer ou de raffiner les comptages policiers, bien qu'on ait pu noter un infléchissement intéressant de leur position à cet égard, la hiérarchie policière, quant à elle, apprend à s'en soucier, l'éthique de sa responsabilité lui dictant deux sortes de stratégies de communication en direction de l'électorat des « victimes » apeurées ou soucieuses. Il s'agit, d'une part, de rassurer les gens en affichant l'idée que les taux d'élucidation des faits signalés augmentent progressivement, prouvant ainsi que la sécurité publique est bien mobilisée et mieux pilotée pour interpeller les délinquants. Et d'autre part, de rassurer les syndicats de policiers en leur démontrant le caractère payant à la longue de la meilleure implication de leurs membres dans une répression du crime prouvée par la diminution[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. (Centre d'études et de recherches en science administrative)

Classification

Pour citer cet article

Frédéric OCQUETEAU. CRIMINALITÉ [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Crime au bois de Vincennes - crédits : AKG-images

Crime au bois de Vincennes

Autres références

  • DÉLINQUANCE

    • Écrit par Philippe ROBERT
    • 4 602 mots
    C'est aussi à Chicago qu' Edwin Sutherland écrit White Collar Crime en 1934. Son intérêt va surtout à la criminalité professionnelle et à celle des entreprises. Il considère la délinquance comme un comportement appris. L'occasion ne suffit pas à faire le larron. L'essentiel gît dans la ...
  • DEL PONTE CARLA (1947- )

    • Écrit par Florence HARTMANN
    • 1 139 mots

    Carla Del Ponte est une magistrate et une diplomate suisse de langue italienne qui a été procureure générale auprès du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) de septembre 1999 à décembre 2007, et pendant quatre années, de 1999 à 2003, auprès du Tribunal pénal international pour le...

  • MAFIA

    • Écrit par Clotilde CHAMPEYRACHE, Universalis, Jean SUSINI
    • 8 710 mots
    • 1 média

    Fréquemment utilisé, le terme mafia souffre cependant d'un déficit global de définition. L'origine est assurément sicilienne, le mot venant du dialecte palermitain, et observer Cosa nostra est indispensable à la compréhension du phénomène. Pour autant, les aspects étymologiques et historiques ne doivent...

  • MEXIQUE

    • Écrit par Jacques BRASSEUL, Henri ENJALBERT, Universalis, Roland LABARRE, Cécile LACHENAL, Jean A. MEYER, Marie-France PRÉVÔT-SCHAPIRA, Philippe SIERRA
    • 33 396 mots
    • 18 médias
    ...producteur des métamphétamines destinées à ce marché, est également devenu le premier producteur mondial de marijuana en 2006. De plus, les organisations criminelles mexicaines ont pris le relais des cartels colombiens et ont mis en place leurs propres structures, contrôlant l'ensemble de la filière depuis...
  • Afficher les 12 références

Voir aussi