LADISLAS II JAGELLON (1351 env.-1434), roi de Pologne (1386-1434)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Roi de Pologne (1386-1434) né vers 1351, mort en 1434 à Gródek, près de Lwów, Pologne (auj. Lviv, Ukraine).

Jagellon, fils du grand-duc de Lituanie Algirdas (Olgierd en polonais), est son héritier présomptif. Lorsque son père meurt en 1377, il voit son titre disputé par ses proches et n'assoit véritablement sa position qu'après plusieurs années de lutte. En 1384, les nobles polonais, à la recherche d'un souverain capable de reprendre les terres cédées à la Hongrie, proposent à Jagellon d'épouser la jeune reine de Pologne, Hedwige d'Anjou, pour monter sur le trône à condition de christianiser la Lituanie et de l'unir à la Pologne. Jagellon signe ainsi l'union de Krewo en 1385. Élu roi de Pologne le 2 février 1386, il se convertit au catholicisme et épouse Hedwige quelques jours plus tard, avant d'être couronné à Cracovie le 4 mars. Le roi Ladislas II, fondateur de la dynastie des Jagellon, commence alors à répandre le catholicisme en Lituanie. Du vivant de la reine Hedwige, Ladislas est considéré comme un étranger n'ayant aucune autorité formelle sur le pays. Il ne devient maître du pays que lorsque son épouse meurt en 1399, alors qu'elle donne naissance à une fille qui ne survivra pas. Les chevaliers Teutoniques ont jusqu'alors exploité avec succès les dissensions qui règnent entre le roi et son cousin Vytautas (Witold en polonais), mais ces dernières disparaissent avec le traité de Vilnius en 1401. Par cet accord, Ladislas cède à Vytautas le titre de grand-duc de Lituanie en échange d'une union indissoluble de la Pologne et de la Lituanie en politique étrangère.

Ladislas doit résoudre quatre problèmes extérieurs : restaurer la position de la Lituanie et de la Pologne vis-à-vis de l'ordre Teutonique, mettre fin aux raids des Tatars, reprendre la Ruthénie à la Hongrie et étendre l'influence de la Pologne dans le sud-est contre son rival hongrois. Il réussit sur tous les plans, notamment grâce à l'aide militaire de Vytautas. L'ordre Teutonique, vaincu dans une série de combats marquées par la bataille de Grünwald-Tannenberg (15 juillet 1410), perd sa position de force dans le nord-est de l'Europe. Il cède peu de territoires (la Samogitie à la Lituanie et quelques terres proches de la Vistule à la Pologne), mais sa puissance militaire et financière en est à jamais affaiblie.

Les Tatars battent Vytautas en 1399 sur la rivière Vorskla, au prix d'un arrêt brutal de leur propre expansion territoriale. Ladislas y voit là une double victoire : les Tatars sont en effet affaiblis et les efforts de Vytautas pour s'ériger en souverain indépendant d'une Lituanie plus puissante sont anéantis.

Ladislas récupère la Ruthénie dès 1387 et devient assez puissant pour inféoder le prince de Moldavie. En 1412, il négocie même un prêt avec la Hongrie, ancien allié de l'ordre Teutonique. Il agit néanmoins avec prudence : il soutient par exemple les Hussites dans leur lutte contre Sigismond, roi de Bohême et de Hongrie, tout en se refusant d'intervenir. À la fin de son règne, la Pologne est ainsi en bons termes avec la Hongrie.

Le succès de Ladislas est plus mitigé sur le plan intérieur. Le roi s'évertue à convertir les régions de Lituanie encore païennes, mais est incapable d'intégrer le duché à la Pologne comme il l'avait promis et est forcé de laisser Vytautas agir en quasi- souverain. À la mort de ce dernier, en 1430, Ladislas demeure incapable de restaurer son autorité sur la Lituanie et, après une période de guerre civile, le frère de Vytautas devient grand-duc de Lituanie. En Pologne, la noblesse monte en puissance, surtout à la fin du règne de Ladislas. Ce dernier ne parvient pas à rallier à ses côtés les bourgeois pour opposer un contrepoids politique aux nobles. En matière de religion nationale, le roi fait preuve de détermination, notamment lorsqu'il tente d'éradiquer les disciples polonais de Jan Hus.

Ladislas meurt en 1434, laissant un État puissant à ses fils Ladislas III (1434-1444) et Casimir IV (1445-1492).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite en histoire de l'Europe de l'Est et de la Russie à l'université Johannes-Gutenberg, Mayence, ancien directeur de l'Institut pour la recherche sur l'Europe de l'Est

Classification

Autres références

«  LADISLAS II JAGELLON (1351 env.-1434), roi de Pologne (1386-1434)  » est également traité dans :

GRUNWALD BATAILLE DE ou BATAILLE DE TANNENBERG (15 juill. 1410)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 251 mots
  •  • 1 média

Appelée par les Allemands bataille de Tannenberg, cette bataille décisive du Moyen Âge finissant est une victoire majeure des Polonais et des Lituaniens sur les chevaliers Teutoniques. Elle marqua pour ces derniers la fin de l'expansion le long de la côte sud-est de la mer Baltique et le début du déclin. Menées par le roi de Pologne Ladislas II Jagellon et par son cousin Vytautas, grand-duc de Lit […] Lire la suite

LITUANIE

  • Écrit par 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS, 
  • D.A. SEALEY
  •  • 8 113 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du giron polonais à la décadence »  : […] Devant la pression incessante des Teutoniques, les héritiers de Gediminas cherchèrent à consolider l'alliance polonaise. Le grand-duc Jagellon (Jogaïla) épousa Hedwige de Pologne, unissant ainsi le sort des deux pays (union de Krewo, 1385). Par son mariage, il devint roi de Pologne sous le nom de Ladislas II. Le traité d'union imposait à la Lituanie de se convertir à la foi chrétienne, et livrai […] Lire la suite

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 246 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Réunification et expansion »  : […] Le souvenir de l'unité polonaise, entretenu d'ailleurs par le clergé et ses écrivains, survit pourtant chez les ducs qui se considèrent comme les gestionnaires du patrimoine commun des Piast et admettent le principe de « l'incessibilité des terres et des droits du royaume ». Les chroniqueurs expriment d'autre part le mécontentement confus de l'opinion publique envers les nobles qui « jouent avec l […] Lire la suite

VYTAUTAS LE GRAND (1350 env.-1430) grand-duc de Lituanie (1392-1430)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 572 mots

Grand-duc de Lituanie (1392-1430), né vers 1350 en Lituanie, mort le 27 octobre 1430 à Trakaï, en Lituanie. Vytautas est le fils du grand-duc Kiejstut qui, pendant des années, a lutté contre son frère Algirdas pour obtenir le contrôle de la Lituanie. Le conflit entre les deux branches de la famille se poursuit sous la génération suivante, Vytautas rivalisant avec le fils d'Algirdas, Jogaila (Jage […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gotthold K. S. RHODE, « LADISLAS II JAGELLON (1351 env.-1434), roi de Pologne (1386-1434) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ladislas-ii-jagellon/