CORÈ & COUROS, sculpture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Statue féminine, la korè (plur. korai) apparaît au début de la sculpture monumentale grecque (milieu du ~ viie s.) et se maintiendra jusqu'à la fin de l'archaïsme (~ 480 env.). Ce type, dont l'origine doit être cherchée en Égypte et en Mésopotamie, demeure particulièrement constant. Il représente toujours une figure féminine debout, les pieds joints ou, parfois, le pied gauche légèrement avancé, les deux bras pendants, ou bien un bras levé pour tendre une offrande tandis que l'autre tient un pli du vêtement. Le traitement de la corè marquera toutefois une nette évolution vers un naturalisme identique à travers tout le monde grec. Cette particularité est certainement due aux artistes qui, dès cette époque, voyagent beaucoup et atténuent ainsi les caractères régionaux qui pourraient faciliter, actuellement, la répartition précise de ces productions par ateliers ou par écoles. On notera cependant qu'à l'ouest le type est plus mince et plus gracile qu'à l'est. Ces korai sont généralement sculptées dans le marbre, rarement dans le calcaire. Souvent, elles sont faites de plusieurs pièces assemblées. Les détails du visage (yeux), les accessoires (attributs et bijoux) sont fréquemment ajoutés et traités dans un autre matériau ; mais c'est surtout la décoration peinte qui anime la statue par une polychromie héritée de la palette égyptienne. On connaît fort mal la signification du type iconographique de la korè ; les riches trouvailles effectuées en 1885 sur l'Acropole par Panaghiótis Kavvadhiás inclinent cependant à n'y voir que des offrandes, disposées seules ou en groupe, particulièrement à la mode dans la seconde moitié du ~ vie siècle à Athènes.

Au ~ viiie siècle et au début du ~ viie, la Grèce produisit de nombreux petits bronzes représentant des figures masculines debout, de face, qui, avec les trois statuettes trouvées dans le temple d'Apollon à Dréros (Crète, ~ 650 env.) et les autres documents de type dédalique exhumés à Delphes, Samos et Gortyne, annoncent toute la série des kouroi (sing. kouros) qui marquent les premières réalisations de statuaire monumentale, liées à l'apparition d'une véritable architecture religieuse. Les recherches effectuées pour tenter de cerner l'origine du type du kouros (jeune homme, en grec) semblent indiquer aujourd'hui qu'il faut attribuer aux régions ioniennes et aux Cyclades un rôle au moins aussi important qu'à la Crète — si toutefois on ne doit pas considérer cette dernière simplement comme un grand centre artistique dont les ateliers auraient, dès le ~ viie siècle, produit de nombreuses sculptures d'après un type importé de l'Est. Le kouros représente un jeune homme — identifié souvent comme Apollon — nu, debout, la jambe gauche généralement avancée pour figurer l'attitude de la marche, les bras tendus le long du corps. Il est sans doute influencé par les créations plastiques de l'Égypte et de la Mésopotamie. Gisela Richter (Kouroi, Archaic Greek Youths, 1960, Londres) s'est livrée à une étude typologique et chronologique du kouros d'après des critères externes, particulièrement des comparaisons avec la peinture des vases, comparaisons qui lui permirent de remarquer de nettes ressemblances avec les débuts de la céramique athénienne, ainsi que d'après des critères internes, surtout par un regroupement stylistique fondé sur une théorie de l'évolution dans le rendu anatomique. L'auteur définit six groupes chronologiquement ordonnés :

Couros Dionysermos, art grec

Photographie : Couros Dionysermos, art grec

Couros Dionysermos, Ionie. Période archaïque, 530 env. avant J.-C. Marbre. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Couros de Paros

Photographie : Couros de Paros

Couros de Paros, découvert près du sanctuaire d'Asclépios. Vers 540 av. J.-C. Marbre. Hauteur : 105 cm. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

    615-590 Sounion

    590-570 Orchomène-Thera

    575-550 Tenea-Volomandra

    555-540 Melos

    540-520 Anavysos-Ptoon 12

    520-485 Ptoon 20

Le groupe de Sounion, qui rassemble les documents de la première série, est caractérisé par une conception abstraite et géométrique de la figure, dans laquelle reste encore apparente la forme du bloc quadrangulaire dans lequel elle a été taillée. Les traits anatomiques sont rendus d'une façon plus décorative, proche du dessin, que naturaliste (par exemple, le kouros B 438 du British Museum).

À partir de ~ 575, l'artiste paraît plus prompt à construire une anatomie correcte : les figures ont un certain volume et du modelé (kouros no 1906, Musée national, Athènes).

Datant de ~ 540-~ 520, le groupe dit Anavysos-Ptoon 12 est empreint d'une plus grande liberté dans le traitement et peut être comparé aux figures qui ornent la célèbre frise du trésor de Siphnos à Delphes. Les kouroi ont alors souvent les bras entièrement détachés du torse (no 169, gl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Couros Dionysermos, art grec

Couros Dionysermos, art grec
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Couros de Paros

Couros de Paros
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : archéologue, rédacteur en chef de la Revue archéologique, ingénieur du C.N.R.S., Institut de recherche sur l'architecture antique, Centre de documentation photographique et photogrammétrique

Classification

Autres références

«  CORÈ & COUROS, sculpture  » est également traité dans :

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 215 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Acropole classique »  : […] Avant la bataille de Platées, les Grecs, pour cimenter l'union sacrée, avaient, dit-on, fait le serment de ne pas relever les sanctuaires ravagés tant qu'ils n'auraient pas chassé les Perses de Grèce et d'Ionie ; or la lutte devait durer, sporadiquement ranimée, jusqu'en 449-448. De fait, les travaux de construction du Parthénon commencent dès l'année suivante. Tout serait donc simple si le Parth […] Lire la suite

ANTÉNOR (fin VIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 348 mots

Sculpteur athénien, auteur d'un groupe en bronze représentant les « Tyrannoctones », Harmodios et Aristogiton, assassins du tyran Hipparque en ~ 514, et promus héros de la liberté par la démocratie naissante (Pausanias, I, 8, 5). Ce groupe, postérieur à 508 avant J.-C., fut emporté comme butin par Xerxès, le grand roi perse, lorsqu'il occupa Athènes en ~ 480 ; il fut remplacé peu après par un grou […] Lire la suite

DÉLOS

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 2 191 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le sanctuaire d'Apollon »  : […] Délos doit sa fortune antique au fait d'avoir été le théâtre d'un mythe majeur, que raconte l' Hymne homérique à Apollon , poème archaïque anonyme : Létô, engrossée par Zeus et de ce fait en butte à la vindicte d'Héra, son épouse, parvient à persuader Délos, île errante et désolée, de l'y laisser accoucher, ce qui lui procurera à jamais renommée et prospérité, car on y viendra de partout adorer Ap […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 521 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  L'archaïsme »  : […] Le vii e  siècle avait été période de recherches, il avait créé des formes qui traduisaient pour l'essentiel la nature même de l'hellénisme. Il restait à classer toutes ces inventions, à perfectionner des moyens d'expression encore rudimentaires, à préciser un idéal, une conception de la vie qui n'étaient encore qu'esquissés. En une centaine d'années à peu près, qui équivalent dans la vie du peupl […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Fonctions de l'image

  • Écrit par 
  • François LISSARRAGUE
  •  • 4 759 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les dieux et les morts »  : […] À la diversité du vocabulaire correspond la variété des objets figuratifs en rapport avec le divin. Parmi les représentations divines, il faut distinguer la statue de culte des autres offrandes consacrées aux dieux. La statue cultuelle est le plus souvent abritée en un temple ; le terme hedos , temple, siège ou demeure, s'applique parfois à la statue elle-même, les deux réalités étant confondues. […] Lire la suite

POLYCHROMIE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Adeline GRAND-CLÉMENT
  •  • 4 339 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Sculpture »  : […] Tous les types de productions plastiques, quelles que soient leurs dimensions, pouvaient recevoir un traitement polychrome. Les techniques employées différaient en fonction des matériaux (pierre, métal, terre cuite, bois, ivoire…), mais l’effet restait le même : la figurine, le relief et la statue devaient briller de mille couleurs pour réjouir les hommes et les dieux. Les premières statues en mar […] Lire la suite

PORTRAIT, art grec

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 345 mots
  •  • 3 médias

Que l'art grec, si exclusivement attaché à la représentation de la figure humaine, ait tardé à pratiquer le portrait, ce n'est un paradoxe qu'en apparence : durant toute la période archaïque et jusqu'au second classicisme du ~ iv e siècle, les artistes grecs sont restés tributaires des types créés au ~ vii e siècle pour des fins religieuses. Couroi et corés, quand bien même placés sur des tombes […] Lire la suite

REPRODUCTION DES ŒUVRES D'ART - Les copies dans la sculpture antique

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 3 992 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Invention et imitation dans l'art grec »  : […] Dans l'art grec, la copie est partout et nulle part. Dès le début du vi e  siècle, de grandes offrandes sculptées n'hésitent pas à présenter des doublets : à Delphes, les Jumeaux d'Argos (590-580 av. J.-C.) ; à Samos, les groupes de Chéramyès (vers 570 ; une réplique de l' Hèra de Samos du Louvre a été trouvée en 1984) et de Généléos (vers 560). Encore ces statues se distinguent-elles par tel ou […] Lire la suite

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 950 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les coutumes funéraires, l'art et l'artisanat »  : […] Les nécropoles étaient situées hors de la cité, le plus souvent le long des routes qui conduisaient aux villes voisines ; les tombes étaient à inhumation ou à incinération, selon l'âge et la condition sociale du défunt ; les nouveau-nés et les enfants en bas âge étaient inhumés dans des amphores qui avaient servi au transport du vin ou de l'huile, et qui étaient réutilisées de cette manière. De c […] Lire la suite

Pour citer l’article

Martine Hélène FOURMONT, « CORÈ & COUROS, sculpture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/core-et-couros-sculpture/