COPÉPODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Reproduction et développement

Chez les copépodes, à de très rares exceptions près, les sexes sont séparés, ce qui les oppose aux cirripèdes où l'hermaphrodisme est au contraire la règle.

Un dimorphisme sexuel en relation avec l'accouplement existe chez les formes libres. Les antennules du mâle présentent une adaptation qui en fait un appareil de contention de la femelle au moment de la copulation. Il s'agit tantôt d'une courbure particulière des deux appendices, tantôt d'une différenciation de l'un des deux seulement. La dernière paire de pattes thoraciques peut également être modifiée et faciliter la fixation des spermatophores, ampoules contenant les spermatozoïdes, sur la femelle. Les œufs fécondés forment deux sacs très caractéristiques des copépodes, appendus aux orifices génitaux de celle-ci (Oithona plumifera). Les œufs éclosent au stade nauplius (cf. crustacés). La larve subit une série de mues, passe par un stade métanauplius et parvient à un stade propre aux copépodes, le stade copépodite , au cours duquel elle subit encore plusieurs mues avant d'acquérir la forme définitive de l'adulte.

Copépodes : stade copépodite

Copépodes : stade copépodite

Dessin

Tous les copépodes, à l.exception de quelques parasites, passent par ce stade qui vit librement dans le plancton. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Chez les parasites, le dimorphisme sexuel est en général très accentué : le mâle, plus petit, est souvent libre ou semi-libre et, de ce fait, moins modifié que la femelle. Dans d'autres cas, il est minuscule et, tout au long de sa vie, reste fixé sur la femelle.

Les modalités de la reproduction sont extrêmement variées et souvent complexes ; deux exemples en donneront une idée. Chez Lernaeocera branchialis (Lernaeoida), l'éclosion se produit, comme chez les formes libres, au stade nauplius (a). Les larves, au stade copépodite (b), se fixent sur les branchies d'un poisson plat, subissent plusieurs mues et constituent des sortes de nymphes (c) d'où émergent des individus sexués. Le mâle (d) et la femelle (e) s'accouplent. Le premier continue sa vie pélagique et meurt ; la seconde va se fixer sur les branchies d'un autre poisson, un Gadidae. La région antérieure se différencie en un appar [...]

Copépodes : types de développement chez les parasites

Copépodes : types de développement chez les parasites

Dessin

Deux exemples de types de développement chez les copépodes parasites. Dans le cas de Lernaeocera branchialis, on a le stade nauplius (a), le stade copépodite (b) et le dernier stade asexué (c). Le mâle (d) et la femelle (e) s'accouplent. Cette dernière se fixe et se transforme (g) pour... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


Médias de l’article

Copépodes : calanoïde

Copépodes : calanoïde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Copépodes : quelques espèces libres

Copépodes : quelques espèces libres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Copépodes : formes parasites

Copépodes : formes parasites
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Copépodes : le parasite du sprat

Copépodes : le parasite du sprat
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COPÉPODES  » est également traité dans :

BIOCÉNOSES

  • Écrit par 
  • Paul DUVIGNEAUD, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 9 782 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Causes de la diversité des biocénoses marines »  : […] Les variations de la richesse de ces biocénoses dépendent de règles générales suivantes : –  Quand la profondeur croît, les peuplements planctoniques et benthiques deviennent plus pauvres aussi bien en espèces qu'en individus ; l'appauvrissement est particulièrement marqué à partir de 6 000-7 000 m de profondeur, c'est-à-dire dans les eaux et sur les fonds des grands ravins océaniques. Pour le ben […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biocenoses/#i_16604

CRUSTACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 7 669 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les eaux continentales »  : […] Elles n'offrent pas une richesse de vie égale à celle des océans. C'est tout particulièrement vrai pour les crustacés, dont les formes dulçaquicoles sont bien moins variées que les formes marines. Et pourtant, si l'on considère l'ensemble des peuplements des lacs, des étangs et des cours d'eau, la place qu'y occupent les crustacés est de premier plan. Copépodes et cladocères constituent une bonne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crustaces/#i_16604

INQUILINISME

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 225 mots

Association groupant des animaux d'espèce différente en fonction d'une exigence d'ordre uniquement spatial sans qu'intervienne une nécessité d'ordre physiologique : une espèce inquiline cherche dans son hôte un abri. Le poisson Carapus (ancien fierasfer) s'abrite dans une holothurie en pénétrant à reculons dans l'orifice cloacal de l'hôte qu'il a choisi. Des associations analogues s'observent ent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inquilinisme/#i_16604

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 198 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Composition »  : […] Le plancton végétal, ou phytoplancton, est exclusivement constitué d'organismes unicellulaires. Les deux groupes les plus importants, tant par le nombre des espèces que par l'abondance des populations, sont les diatomées, dont les cellules sont protégées par une enveloppe siliceuse, et les dinoflagellés à enveloppe chitinoïde, enveloppe souvent pourvue de prolongements ou d'épines (cf.  dinophycée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-pelagique/#i_16604

PLANCTON

  • Écrit par 
  • Stéphane GASPARINI
  •  • 3 251 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce que le plancton ? »  : […] Le terme plancton trouve son origine dans l' Odyssée d'Homère où il est employé pour désigner les animaux qui « errent » ( planktós en grec ancien) à la surface des flots. En 1887, le zoologiste allemand Victor Hensen reprend ce terme pour qualifier l'ensemble des organismes qui vivent en suspension dans les eaux douces, saumâtres ou salées, et sont inaptes à lutter contre les courants. Cette déf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plancton/#i_16604

TELLURIQUE MILIEU

  • Écrit par 
  • Roger DAJOZ
  •  • 4 881 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Terrains perméables en grand »  : […] Les terrains perméables en grand correspondent aux grottes et aux réseaux de fentes en pays karstique. Les hydrogéologues distinguent dans un karst trois zones superposées . – La zone supérieure, ou zone de percolation temporaire , qui est caractérisée par un réseau complexe de fissures et de galeries et qui est parcourue verticalement par les eaux de pluie qui s'y infiltrent. Cette zone est souve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-tellurique/#i_16604

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques FOREST, « COPÉPODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/copepodes/